WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Drapeaux, iconographies et géopolitique


par Simon GERMAIN-BATISSE
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Master 1 Géographie 2012
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

V - La fonction dissuasive du drapeau

Le rôle militaire symbolique du drapeau a en vérité mué au XXème siècle vers un rôle de dissuasion et de projection. Le drapeau devient alors, dans l'optique géopolitique, un instrument au service de la projection de puissance d'un pays, de revendications territoriales d'un Etat, et de dissuasion de conflits. Lorsqu'on plante désormais un drapeau, ce n'est plus pour marquer une victoire dans un conflit, c'est justement pour prévenir d'un éventuel conflit. Le drapeau est ainsi le seul outil symbolique capable de détourner l'audience internationale vers lui pour réaliser les projections territoriales d'un Etat. Il devient celui qui informe au monde les vues de certains Etats, et il sert en même temps d'agent de dissuasion des autres Etats qui pourraient contester cette projection de puissance. C'est la fonction d'exposition1 du drapeau. Il expose les envies d'acteurs et en avertit les autres.

On foisonne d'exemples exprimant le drapeau comme agent symbolique des revendications de territoires ou d'affirmation de puissance. Il s'agit le pus souvent de mise en scènes comme au théâtre. On pense notamment au drapeau des Etats-Unis planté sur la Lune, immortalisant la puissance états-unienne capable désormais de régner dans l'espace, puissance remise en cause par les indiens en 2008, lorsqu'une sonde aux couleurs indiennes plante à son tour le drapeau indien sur le satellite de la Terre. L'exemple du drapeau russe, planté sous une zone polaire de l'Arctique sujette à différentes revendications territoriales de la part des Etats-Unis, du Canada et de la Norvège en vue de l'éventuelle réserve d'hydrocarbures, marque bien la projection territoriale qu'établissent les autorités russes dans cet endroit du monde. De la même façon, la présence d'un drapeau chinois sur les îles Paracels, archipel perdu en Mer de Chine Méridionale mais qui procurerait la prédominance pour l'Etat qui les possède sur les sous-sols riches en hydrocarbures et en ressources halieutiques, souligne la volonté des autorités chinoises de dissuader les pays riverains de cette Mer de s'approcher des rivages de cet archipel (Brunei, Vietnam, Philippines, Malaisie) alors que celui-ci n'est officiellement pas chinois. D'ailleurs, pour beaucoup d'ilots inhabités de l'Océan Indien ou Pacifique, la seule image qu'on ait est celle d'un drapeau servant à affirmer la souveraineté d'un Etat sur ce territoire, mais surtout sur les eaux environnantes. Le drapeau se fait alors le vecteur de domination maritime par le jeu des Zones Economiques Exclusives (ZEE). Pensons à l'ilot de Clipperton2 au large du Mexique dominé par les Français, ou aux îles Eparses, Juan de Nova, Glorieuses sous souveraineté française, scellant le passage des navires empruntant le canal du Mozambique. De la même manière les rochers Liancourt entre la Corée du Sud et le Japon servent de point de cristallisation des tensions entre les deux Etats qui reviennent au coeur des débats régulièrement. La présence d'un drapeau coréen contrarie en effet les autorités japonaises.

1 Pascal Ory, dans « L'histoire culturelle face aux images : le drapeau, un enjeu oublié ? », conférence tenue à l'ENS-Paris en 2006

2 Frédéric Encel, dans Comprendre la géopolitique, 2009, Point, Seuil, p.94, mentionne l'importance de la vue du simple drapeau français sur l'îlot inhabité de Clipperton. Il y voit là un signe fort de souveraineté nationale.

79

En caméra sous-marine, le drapeau russe est planté sous la banquise, au Pôle Nord

Source : lemonde.fr

Ici le drapeau agit par lui-même. Il est le contenant d'un contenu géopolitique. Par sa vue, l'on reconnait les aspirations de souveraineté de tel ou tel pays.

Finalement ce n'est plus le territoire qui importe, mais le symbole de la revendication : le drapeau. C'est celui-ci qui fait réagir plus que la présence avérée de telle ou telle autorité sur tel territoire. La puissance symbolique éclipse et supplante les faits.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net