WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La méditation de la pleine conscience : outil pédagogique et soutien aux apprentissage ?


par Ronan LE JONCOUR
Université De Provence UFR de Psychologie - Master Recherche 2 2011
  

précédent sommaire suivant

2. PROBLÉMATIQUE THÉORIQUE

· INTRODUCTION

Afin de répondre aux hypothèses que nous avons posées plus haut, nous avons rassemblé un certain nombre d'auteur qui ont tous étudiés et développer des concepts des théories sur lesquels nous allons bâtir la structure de nos recherches.

Nous avons pris le parti d'étudier les conditions d'apprentissage d'un étudiant lambda, c'est-à-dire subissant les conditions standard d'un apprentissage. Le point de départ de notre observation se situe et s'appuie sur la théorie du changement.

Le changement est la source de l'événement et la source de création de la déstabilisation origine du chaos...

2.1. Cadre Théorique

Relation au changement

Comme nous le rappelle MALLET (2001) les théories de l'apprentissage se succèdent depuis de nombreuses années mais pour le moment, il n'y a pas de théorie de l'apprentissage satisfaisante, qui ne laisse des pans de questionnement6(*)... Elle précise que des avancées ont permis de mieux cerner les conditions favorables au développement d'un ou de plusieurs apprentissages.

La première condition repose sur l'existence d'un projet professionnel ou personnel chargé de sens pour l'apprenant. Elle précise que si le projet essence ne sont pas requis, les apprentissages sont toujours laborieux, quand ils ne sont pas tout simplement impossibles ou superficiels et fragiles. Dans notre travail de recherche nous posons l'hypothèse que l'apprenant et dans un cursus qu'il a choisi et par conséquent projet et sens sont bien réunis.

La deuxième condition, émerge dans les relations entre l'apprenant et le monde extérieur. Ce monde extérieur est constitué par son entourage, sa famille et aussi et surtout son formateur ou son maître. Pour aller, la relation doit aller au-delà d'un simple encouragement, elle doit contenir de l'empathie, de la sympathie, de la bienveillance et pourquoi pas le dire aussi, de l'amour. Ses qualités sont la chaleur nécessaire à la mise en route d'un processus d'apprentissage, consommateur d'énergie multiples chez l'apprenant dans sa relation interactive avec son environnement, dans ce processus que EdgarMORIN appelle auto-éco-développement dans l'introduction à la pensée complexe.

La troisième condition concerne l'apprentissage lui-même. Tout apprentissage est un processus de déconstruction/reconstruction et doit être accepté en tant que tel par l'apprenant, qui ne doit pas craindre de mourir et renaître en permanence, Remettant alors en cause, son identité, ses savoir, ses idées arrêtées sur le monde et sur lui-même. Il n'y a aucun apprentissage qui ne bouleverse l'ordre ancien quel que soit la nature des apprentissages. Tous y passent des plus solides au plus immatériel et pire encore lorsqu'il s'agit de mieux se connaître dans des processus analytique ou plus largement thérapeutique au même spirituel. Comme le dit MALLET (2001) :

« Ce lâcher prise, par-delà et au-delà de tout projet, cet abandon à l'inspiration et à la vie, les grands artistes, les grands savants en font leur quotidien. Mais, toutes proportions gardées, comprendre, entrevoir un nouveau point de vue, une nouvelle perspective demande aussi un certain abandon, au double sens du terme : ne pas s'accrocher au savoir (et savoir-faire) que l'on a, et accepter avec souplesse et ouverture la nouvelle synthèse à venir. D'autant que cette nouvelle synthèse est quelquefois, et même souvent, imprévisible dans la temporalité et la forme de son émergence. »

* 6 Citation d'une boutade de Michèle GENTHON (Maitre de conférence à l'Université de Provence) lors d'une interview.

précédent sommaire suivant