WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La méditation de la pleine conscience : outil pédagogique et soutien aux apprentissage ?


par Ronan LE JONCOUR
Université De Provence UFR de Psychologie - Master Recherche 2 2011
  

précédent sommaire suivant

Notion de stress

Ce sera la première notion dont nous ferons référence dans notre étude. Si l'on regarde bien autour de soi autant dans le passé que dans le présent et à plus d'un titre si l'on intègre le futur à notre observation, le stress est un élément quotidien.

La notion de stress intervient à tout moment et à tout instant dans nos relations aux évènements.

Nous souhaitons dès maintenant choisir de ne pas parler de bon et mauvais stress. En effet, la notion de bon et mauvais nous obligerait à définir ce que le bon et le mauvais représente dans une relation de stress pour chacun. Et de ce point de vue, il y aurait autant de point de vue que de cas envisagés. Il serait intéressant de poser la question à un gagnant du gros lot au loto qui fait un infarctus par l'intensité de la nouvelle. Serait-ce un bon stress ou un mauvais stress que d'apprendre que nous sommes l'heureux gagnant.

De notre point de vue, ce sont les conséquences de la relation au stress qui nous disent si c'est un bon ou mauvais stress. En quelque sorte, notre capacité à nous adapter guidera aussi le résultat de ce que nous apprécions comme bon ou mauvais.

Un événement reste un événement, c'est notre relation à l'événement qui va caractériser si cela est bon ou mauvais pour nous, mais aussi les conséquence de cet événement vont fortement influencer l'appréciation que nous aurons de cet.

c) Modèles de stress

Des modèles ont été mis au point par des chercheurs, modèles qui seront intégrés dans notre étude :

· Le modèle de Hans SELYE en 1956 :

Il définie trois phases : Alarme / Résistance / Épuisement

· Le modèle de Henri LABORIT en 19XX :

Il définie trois phases également : Lutte / Fuite / Sidération

précédent sommaire suivant