WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La méditation de la pleine conscience : outil pédagogique et soutien aux apprentissage ?


par Ronan LE JONCOUR
Université De Provence UFR de Psychologie - Master Recherche 2 2011
  

précédent sommaire suivant

· CONCLUSIONS

Il semble que nous soyons au seuil de découvertes ou plutôt de redécouvertes et d'évolutions passionnantes concernant le soin des troubles du corps et de l'esprit. Pourtant, cette actualité de la pleine conscience tire son essence de l'ancestrale méditation bouddhique et plus particulièrement des techniques Shamatha et Vipassana.

Nous avons vu combien garder l'esprit unipointé peut aider à faire reculer la souffrance, pour que la pensée errante et son cortège d'émotions perturbatrices cesse de surgir. Les autorités spirituelles contemporaines que sont le Dalaï Lama, dans la tradition tibétaine, et le moine ThichNhatHanh, pour la branche du zen, ont expliqué le fonctionnement de l'esprit par la compréhension de la nature de la conscience, à des scientifiques curieux de psychologie bouddhique. Cette collaboration entre des méditants chevronnés et des laboratoires équipés d'appareils d'enregistrement et de logiciels très pointus, donne naissance à des découvertes essentielles sur le maillage de connexions neuronales associant pensées et sentiments, cognitions et émotions. Parmi les chercheurs innovants, Jon KABAT-ZINN, a laïcisé, quant à lui, une certaine posture méditative en l'expurgeant de ses références culturelles et religieuses. C'est donc grâce à l'intérêt grandissant de ces hommes de sciences, que la Méditation de la Pleine Conscienceacquiert uneplace importante dans de nombreux domaines d'application de la santé. Les pays anglo-saxons continuent de valider scientifiquement et de développer ces techniques au sein de prestigieuses universités (MIT, SANFORD, UCLA ...etc.). Les programmes de recherches se multiplient sur le sujet. De nombreuses spécialités médicales intègrent les pratiques de la pleine conscience à leurs protocoles de soin. Les applications dans le domaine des soins psychiatriques commencent à se développer en Europe. Nous espérons les voir se développer en France dans le domaine des Sciences De l'Éducation. Puisse nos travaux de recherche y contribuer modestement.

I - ÉTAT DE L'ART

Avant de nous lancer dans une direction en particulier nous avons voulu découvrir l'état de l'art en la matière de yoga et méditation. Nous avons souhaité découvrir et mettre à l'épreuve une opinion qui tend à dire que la méditation est un phénomène de mode. Pour cela nous avons cherché dans plusieurs directions que sont l'histoire, les recherches scientifiques, mais aussi le domaine de la politique.

1. LE POINT DE VUE DES INSTITUTIONS POLITIQUES ET AUTRES ORGANISMES

Au cours de nos recherches nous avons découvert un certains nombre de rapport commandité par des organismes internationaux dont le rôle est de penser à l'avenir et de présenter des axes de développement pour la société en général et l'éducation en particulier.

Chacun des rapports a eu comme parrain au moins un personnage illustre de la société correspondant à l'époque où i est écrit. Dans tous les cas des spécialistes des différentes disciplines interrogées à titre consultatif ont apportés leurs contributions à l'élaboration de ces rapports.

1.1. Les institutions politique

A l'origine de cet axe de recherche, nous souhaitions savoir quelle est la relation de la sphère politique avec ce que pourrait être les activités associées à la relaxation ou favorisant le retour sur soi, en général et la méditation, en particulier.

Rapport OCDE CERI* : 2004

(*Centre pour la Recherche et l'Innovation dans l'Enseignement) - (c) L'Observateur de l'OCDE, N°242, Mars 2004 : Ondes cérébrales - p16

Nous avons souhaité reproduire une partie de l'article pour porter à la connaissance du lecteur le détail du contenu :

Où étiez-vous quand les tours jumelles se sont effondrées ? Vous rappelez-vous votre premier diplôme, votre première bicyclette ou votre premier baiser ? Les empreintes émotionnelles telles que celles-ci font plus que générer des images mentales qui provoquent la peine ou la joie. Les scientifiques pensent maintenant qu'elles pourraient influencer l'apprentissage.

La plupart des enseignants s'accordent à dire que les étudiants participent et apprennent davantage dans un environnement détendu et néanmoins motivé. L'inverse est également vrai : la peur ou l'anxiété peut inhiber l'apprentissage et les résultats scolaires. Mais il ne suffit pas de se pencher uniquement sur l'environnement de la salle de classe. Les neuroscientifiques croient savoir pourquoi.

Lors d'un symposium récent de l'OCDE-CERI* à Ulm, en Allemagne, des experts ont étudié le lien entre les émotions, l'apprentissage et le cerveau. Deux parties spécifiques du cerveau ont fait l'objet d'un intérêt particulier : l'hippocampe, qui fonctionne entre autres comme une interface entre la mémoire à court terme et la mémoire à long terme, et joue un rôle déterminant dans l'apprentissage des faits ; et l'amygdale, qui participe à l'attribution d'une signification émotionnelle aux événements, et est en particulier impliquée dans le traitement de la peur.

Comme l'explique Bruno DELLA CHIESA, coordinateur du projet OCDE-CERI, si vous vous retrouvez en face d'un taureau furieux par exemple, l'amygdale va prendre le relais et inhiber le raisonnement. Vous devenez ainsi plus efficace lorsque vous essayez de vous enfuir. En cas de stress, la transmission des informations au néocortex (la matière grise du cerveau) est bloquée ou se fait au minimum de manière anormale ou incomplète. Plus tard, vous pourrez vous souvenir d'avoir affronté l'animal, mais oublier ce qui s'est passé immédiatement avant ou après.

Les animaux dangereux sont rares dans les salles de classe, mais ils ont leurs contreparties émotionnelles, comme les professeurs, les autres étudiants ou les outils d'apprentissage eux-mêmes, par exemple des manuels ou des ordinateurs. Des influences extérieures négatives, telles que l'éclatement de la famille, le terrorisme, la violence sur le terrain de jeu et même l'influence des loisirs ou des médias, peuvent s'exercer sur l'enfant et perturber sa stabilité émotionnelle.

Autrement dit, alors que la peur nuit à la motivation et à l'apprentissage, le plaisir les favorise. Comme l'a souligné David SERVAN-SCHREIBER, de l'École de médecine de l'Université de Pittsburgh au cours du symposium d'Ulm, les étudiants ne peuvent simplement « pas traiter les informations comme le demande l'école si nous n'arrivons pas à agir sur l'interaction entre le déclenchement des émotions et le fonctionnement du cerveau ». Il a ajouté que « ce que nous faisons subir à notre corps affecte directement la capacité de notre cerveau à fonctionner dans un contexte d'apprentissage ». D'après lui, le régime alimentaire peut également être déterminant, dans la mesure où il est à l'origine de la fabrication des 20 % d'acides gras que contient le cerveau.

Des études ont été menées sur les effets de la nutrition sur le comportement, en particulier une étude réalisée en milieu carcéral par Alex RICHARDSON, du Laboratoire universitaire de physiologie d'Oxford, qui montre une réduction de 35 % des actes violents simplement après avoir ajouté un supplément nutritionnel dans le régime des détenus afin de compenser les insuffisances des cuisines collectives.

La compréhension des mécanismes et des processus neurofonctionnels pourrait permettre d'élaborer des programmes éducatifs cohérents qui contribueraient à former l'intelligence émotionnelle, augmentant ainsi la capacité d'apprentissage du cerveau. Les apprenants plus lents pourraient être formés en étant libérés de leurs peurs et de leurs blocages, ce qui pourrait déboucher sur une assimilation et un traitement plus faciles des informations. Cela demande des efforts de la part des éducateurs.

Dans le domaine de l'apprentissage, divers traitements thérapeutiques visant à maîtriser le stress et à améliorer l'intelligence et la stabilité émotionnelles commencent à être incorporés dans certains programmes scolaires. Le gouvernement britannique a récemment identifié 25 services éducatifs qui testeront et mettront en oeuvre des programmes pilotes de prise en compte des émotions. Au Danemark, plusieurs écoles et garderies participent à un consortium sur le jeu et l'apprentissage qui explore les relations entre le corps, l'esprit, la cognition et l'apprentissage.

Il ne fait aucun doute que les influences sociales et familiales sont importantes, mais nos ondes cérébrales montrent que les éducateurs et les autorités, plutôt que de se limiter uniquement à l'enseignement, devraient également s'attaquer aux influences émotionnelles présentes dans la salle de classe.

*Le projet OCDE-CERI, « Sciences de l'apprentissage et recherche sur le cerveau », vise à rapprocher les neurosciences des politiques et des pratiques en matière d'éducation, en établissant un programme de recherche conjointe.

précédent sommaire suivant