WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La méditation de la pleine conscience : outil pédagogique et soutien aux apprentissage ?


par Ronan LE JONCOUR
Université De Provence UFR de Psychologie - Master Recherche 2 2011
  

précédent sommaire suivant

3. PHASE 3 : ÉTUDE EXPÉRIMENTALE QUALITATIVE

3.1. Questionnement préalable

La méthodologie qualitative se caractérise par le recours à des approches, méthodes et techniques d'approche directe du sens des phénomènes humains et sociaux, sans le passage par la mesure et quantification. Son usage est de plus en plus répandu, les recherches foisonnent. La question la plus cruciale est sans doute celle de la posture du chercheur dans ce type de recherche. Peut-on encore parler d'objectivité ? L'implication du chercheur présente-t-elle un obstacle ou un levier ? L'analyse des données s'accommode-t-elle bien de modèles théoriques étrangers à la situation précise de recherche ? A quelles conditions le chercheur qualitatif peut-il revendiquer la rigueur dans son travail sur le terrain comme dans ses analyses ?

3.2. Rappel de nos objectifs de recherche

Nous souhaitons mesurer les retombées de la pratique de la méditation selon les hypothèses que celle-ci permet de développer quatre types de compétences :

1) Cognitives

2) Métacognitive

3) Affectives

4) Sociales

3.3. Choix de la méthode

Nous souhaitons étudier sur le terrain et par la pratique la validité de nos hypothèses. Dans ce but, nous avons choisi de nous appuyer sur une méthodologie expérimentale qualitative.

Sur la base d'un volontariat intrinsèque, une quarantaine d'étudiants (âge compris entre 20 et 23 ans) sera sélectionnée. L'ensemble passera le questionnaire général composé des outils psychométrique. Sur la base des résultats une sélection dite « randomisée » sera faite et l'ensemble sera divisé en deux groupes : un groupe témoin et un groupe expérimental. Les deux groupes auront la possibilité de suivre l'entraînement à la pleine conscience selon le protocole basé sur huit semaines de Jon KABAT-ZINN.

Dans un premier temps, le groupe expérimental suivra le protocole de huit semaines de méditation sur la pleine conscience. À la fin des huit semaines les deux groupes seront à nouveau réunis pour passer le questionnaire général.

Dans un second temps, le groupe témoin aura la possibilité de suivre le protocole de huit semaines à son tour.

L'idéal serait de pouvoir réaliser cette étude sur deux classes différentes ou encore mieux dans deux établissements différents.

3.4. Choix Des Outils de Mesures

Nous nous sommes questionnés sur la meilleure façon de mesurer les effets de la pratique méditative et de ses conséquences dans le champ de l'éducation.

En tout état de cause, il nous semble évident de mesurer les effets directs de la méditationpar la mesure du stress, mais un peu moins évident de mesurer les effets indirects sur les conditions d'apprentissage et surtout les bénéfices tirés de la pratique pour les étudiants.

En effet, un programme de 20h de MBSR ne peut vraisemblablement n'avoir qu'un impact direct sur le stress des étudiants. Cependant, le stress (notamment des étudiants) a une visée adaptative, il est indispensable pour faire face aux enjeux (ici les examens). Mais à dose trop forte, au lieu d'être stimulant il est destructeur. Toutefois, il est donc nécessaire de pouvoir réguler son stress.

Nous avons découvert que nous pouvons mesurer "objectivement", "directement" par des questionnaires et des échelles d'une part le stress et, d'autre part, sinon des capacités d'adaptation au moins le sentiment d'auto-efficacité11(*), avec les questionnaires suivants :

· GHQ questionnaire général de santé (General Health Questionnaire)

· Échelle de stress perçu

· Échelle HAD anxiété-dépression (HopitalAnxiety and Depressionscale)

· Échelle d'auto-efficacité

Choix des échelles psychométriques de Pleine Conscience

Comme nous l'avons exposé dans la première partie de notre étude, il existe un certain nombre d'échelles psychométriques qui ont été développées à l'intérieur du domaine de recherche sur la méditation de pleine conscience.

Chaque échelle à des caractéristiques et un but déterminé. Au regard des résultats que nous souhaitons mesurer et dans l'état actuel de nos connaissances, nous pensons que les échelles les plus appropriés sont :

a) Kentucky Inventory of Mindfulness Skills (KIMS)

Cette échelle comprend 39 items qui mesurent quatre éléments de la pleine conscience : l'observation, la description, l'agir avec conscience et l'acceptation sans jugement. Les items sont évalués sur une échelle de type Likert en cinq points. La mesure des aptitudes de la pleine conscience évaluée au travers de la construction de la KIMS repose fortement sur les aspects conceptuels de l'approche thérapeutique de la DBT12(*) de LINEHAN. L'instrument évalue la tendance générale à être conscient au quotidien et n'exige pas une expérience de méditation. Les auteurs rapportent une consistance interne qui s'étend de 0,76 à 0,91 pour les quatre sous échelles.

* 11Nous développerons ce point en nous vasant sur les travaux de BANDURA

* 12DBT : DialecticalBehaviorTherapy - Thérapie Comportementale Dialectique. Cette thérapie aurait été développée pour répondre aux besoins des personnalités Border Line. Elle est aussi appelée « thérapie du parler ». Elle vise à travailler surtout sur les pensées et les croyances.

précédent sommaire suivant