WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La méditation de la pleine conscience : outil pédagogique et soutien aux apprentissage ?


par Ronan LE JONCOUR
Université De Provence UFR de Psychologie - Master Recherche 2 2011
  

précédent sommaire suivant

5.2. Importance de l'engagement responsable

L'usage des pratiques de la pleine conscience ouvre sur l'expérience personnelle de chaque participant. Lors des exercices (détaillés plus loin), les instructeurs du programme guident les participants par le moyen d'inductions qui les invitent à se relier, en pleine conscience, à leur expérience, moment après moment. Puis, chacun est convié à s'exprimer sur son vécu. Par son attitude particulièrement ouverte, curieuse, confiante dans le processus à l'oeuvre chez le participant, l'instructeur favorise le déploiement de la parole sur l'expérience concrète de chacun, et s'appuie sur ces feedbacks, pour enseigner les compétences qu'il reconnaît déjà à l'oeuvre dans les propos des uns et des autres. Cette responsabilité de sa propre parole, induite et favorisée par la curiosité de l'instructeur, va permettre au participant de relier sa pratique à ce qui fait sens pour lui-même.

Parce qu'ils sont incités à s'exprimer sur leurs vécus, mais aussi sur leurs doutes, leurs difficultés, les participants se sentent petit à petit plus responsables. L'instructeur les considère comme « experts » en ce qui les concerne. Il encourage à « s'ouvrir » à la difficulté et à adopter une attitude douce envers toute expérience, par la qualité d'accueil qu'il incarne lui-même, à l'égard de tout ce qui se présente.

5.3. Les grands thèmes du programme

Toutes les citations concernant le programme ci-après proviennent de WILLIAMS et al. La pratique cognitive basée sur la pleine conscience MBSR intègre la psychologie, la pleine conscience et une pratique corporelle douce. Elle est destinée à tous ceux qui souhaitent développer leur conscience du quotidien.

Ce programme MBSR est précédé d'une entrevue d'évaluation qui a pour objectif :

· D'expliquer ce qu'est l'approche par la pleine conscience tout en explorant avec le participant comment elle pourra l'aider.

· D'insister sur le travail personnel demandé quotidiennement au cours des huit semaines.

Il se présente ensuite comme un entraînement qui consiste en huit séances hebdomadaires de deux heures trente chacune durant lesquelles le thème et le déroulement sont exposés en détail. Des notes ainsi que des exercices à domicile sont distribués à chaque participant.

Séance 1 : Le pilote automatique

« La pleine conscience commence quand nous reconnaissons la tendance à être en pilote automatique et que nous nous engageons à apprendre comment mieux en sortir pour devenir conscients de chaque moment. La pratique qui consiste à orienter délibérément l'attention vers les différentes parties de notre corps montre à quel point cela peut-être simple et difficile à la fois. »

Comme les participants apprennent de la façon la plus expérientielle possible, le programme démarre par un exercice de pleine conscience nommé, l'exercice du raisin sec. Il s'agit de diriger l'attention vers les sensations corporelles. Pendant une dizaine de minutes, l'instructeur invite successivement à porter l'attention sur un de ces grains, tenu entre les doigts. Les participants observent ce que leur esprit peut concevoir de ce petit objet : son poids, sa couleur, les détails de sa texture, son odeur puis enfin son goût. Au final de l'exercice, il leur apparaît, qu'un geste aussi banal que l'ingestion d'un grain de raisin, peut prendre une densité et une richesse insoupçonnées.

Les participants deviennent conscients du peu d'attention qu'ils accordent habituellement à la vie quotidienne. L'exercice montre à quel point faire attention d'une manière particulière (c'est-à-dire, délibérément, dans le moment présent et sans jugement) peut vraiment changer la nature de l'expérience. Les instructeurs recueillent les commentaires de feedback en soulignant l'intérêt de devenir plus conscient de soi alors que les routines mentales automatiques risquent d'entraîner une personne guérie vers un nouvel épisode dépressif.

La deuxième pratique de cette première séance consiste à faire découvrir aux participants, ce qui se passe en eux lorsqu'ils déplacent volontairement leur attention dans leur corps. Par l'exercice du body scan ou balayage corporel, ils apprennent à devenir conscients de la vitesse à laquelle l'esprit saute d'un sujet à un autre alors qu'ils sont guidés à explorer les sensations de leur corps. En amenant leur conscience à détailler les sensations perçues dans chaque partie du corps, les participants apprennent à s'observer lorsqu'ils maintiennent leur attention pendant une période de temps soutenue. En développant ainsi leur concentration, ils découvrent pas à pas ce que signifie être « pleinement conscient, moment après moment ».

Les participants découvrent que dans cette approche, il n'est pas demandé d'atteindre un quelconque état, ni même de se sentir détendu ou plus calme. S'ils sont tentés d'évaluer leur réussite ou s'ils estiment avoir échoué à l'exercice, l'instructeur les encourage à remarquer cette tendance. Pour les personnes qui ont été dépressives, les habitudes mentales tournent souvent autour des thèmes de la performance, de la réussite, de la recherche d'approbation. Ces questions de réussite ou d'échec peuvent aussi faire surface encore et encore. Le travail ne consiste pas à essayer d'empêcher ces pensées de surgir, mais à apprendre à les reconnaître quand elles apparaissent, pour pouvoir les traiter vraiment.

précédent sommaire suivant