WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Vers une organisation mondiale pour la reconstruction post-catastrophe ?


par Laetitia Bornes
ENSAPVS - Architecture 2014
  

précédent sommaire suivant

10.1.3 L'AIDE INTERNATIONALE

L'aide internationale se traduit immédiatement par des financements et des promesses de dons de nombreux bailleurs très divers, ainsi que des appels aux dons de différentes ONG et organismes :

MSF lance un appel aux dons de 250 000€,

Action contre la faim lance un appel aux dons de 500 000€,

Certaines célébrités s'engagent également : Angelina Jolie et Brad Pitt promettent 1 million de USD, George Clooney organise un téléthon en faveur des victimes d'Haïti,

De nombreux gouvernements annoncent également des promesses de dons colossaux : la somme record de 930 millions de USD pour le Venezuela, 914 millions de USD pour les Etats-Unis, 307 millions de USD pour l'Espagne, 256 millions de USD pour le gouvernement canadien, 200 millions de USD pour le gouvernement français, 100 millions de USD pour le Brésil et le Japon, 54,8 millions de USD pour l'Allemagne, 40 millions de USD pour la Suisse, 20 millions de USD pour le Qatar, etc.,

La Banque Mondiale promet un budget de 227 millions de USD,

Le Fond Monétaire Internationale engage la somme de 147 millions de USD...

En tout, les promesses s'élèvent à 5 milliards de USD sur 18 mois et 11 milliards de USD sur 5 ans.

Figure 62 : Bilan des principales aides financières débloquées fin janvier 2010264(*)

Afin d'assurer la gestion de ces financements et de coordonner les opérations, une nouvelle institution consacrée est créée : la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d'Haïti (CIRH). Cette commission ne voit le jour que le 21 avril 2010, soit 3 mois et 9 jours après la catastrophe.

Dans le documentaire Assistance Mortelle de Raoul Peck, Jean-Max Bellerive, ancien premier Ministre d'Haïti, explique que les structures de ce type conduisent généralement des opérations sectorielles, régionales, alors que dans le cas d'Haïti, il s'agit de refonder tout le pays.

Autour de la table des décisionnaires, seuls les plus grands bailleurs, ceux qui ont promis plus de 100 millions de USD, et les représentants d'Haïti sont autorisés :

Les représentants du gouvernement haïtien

Les représentants de la société civile haïtienne

La Banque Mondiale

La Banque Interaméricaine de Développement

L'Organisation des Nations Unies

L'Union Européenne

Les gouvernements du Venezuela, des Etats-Unis, de l'Espagne, du Canada, de la France, du Brésil, du Japon et de la Norvège

La Communauté caribéenne (CARICOM)

Cette alliance en faveur d'Haïti, composée de 13 membres haïtiens et 13 membres internationaux, se forme en dépit de contradictions géopolitiques, d'intérêts économiques divergents, et de rivalités institutionnelles. La présidence est confiée à Jean-Max Bellerive, ancien premier Ministre d'Haïti, et Bill Clinton.

Figure 63 : Acteurs représentés au CIRH265(*)

La réponse à la catastrophe se présente comme une opportunité pour Haïti de se reconstruire « mieux », et de solutionner par la même les problèmes antérieurs au séisme : il s'agit d'une « nouvelle chance ».

Le CIRH a pour mission d'assurer la coordination et le déploiement efficace de l'aide, tout en faisant preuve de transparence. Le fonds fiduciaire, dépôt de l'argent des pays donateurs, est sous la responsabilité de la Banque Mondiale, agent fiscal, en collaboration avec les Nations Unies et la BID. La coopération opérationnelle s'organise autour de cinq « clusters » clés : Aide alimentaire, Eau-assainissement et Hygiène, Santé, Abris et Biens non alimentaires, Logistique.

Arrive rapidement un flux massif d'ONG très diverses en taille et en professionnalisme. Jean Max Bellerive qualifie ces quelques 4000 ONG dépêchées de « magma humanitaire »266(*). Certains « clusters »réunissent alors plus de 200 participants.

* 264 Source : cartes réalisées par Jerome Guyot, Articque, données de : www.lesoir.be, 27/01/2010, http://blog.articque.com.

* 265Source : Raoul Peck (2012), Assistance Mortelle, Arte Video.

* 266Source : Jean-Max Bellerive, dans le documentaire de Raoul Peck (2012), Assistance Mortelle, Arte Video.

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie