WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Qualité de la démocratie et de la gouvernance au Burkina Faso

( Télécharger le fichier original )
par Daouda THIOYE
ENSAE-Sénégal - Ingénieur des travaux statistiques (3éme année) 2013
  

précédent sommaire suivant

III.3. SATISFACTION DE LA POPULATION PAR RAPPORT A LA DEMOCRATIE EN VIGUEUR ET LA LIBERTE D'EXPRESSION AU BURKINA:

Après avoir mesuré leur degré d'adhésion aux principes démocratiques, nous allons dans cette section évaluer leur degré de satisfaction par rapport à la démocratie qui leur est offerte et étudier par la même la liberté d'opinion dans le pays.

III.3.1 Satisfaction de la population par rapport à la démocratie burkinabè :

En général, les individus sont satisfaits de la démocratie burkinabè. En effet, 50% des répondants se disent satisfaits de cette démocratie et même la plus grande proportion (27%) en aune vision angélique. Toutefois, une bonne partie des individus (38%) se montre pessimiste et déclare ne pas être satisfaite de la démocratie qui leur est offerte. La proportion d'indécis sur cette question (11%) reste sensiblement identique à celle des individus qui n'ont pas su qualifier la démocratie burkinabè, alors que les individus très pessimistes affirmant que le Burkina est tout sauf une démocratie sont presque négligeable (moins de 1%).

Suivant le milieu de résidence, on constate que les individus résidant en milieu rural sontplus satisfaits de la démocratie burkinabé (54% contre 40% en zone urbaine), et de plus 30% d'entre eux disent être très satisfaits, alors qu'en milieu urbain cetteproportion n'est que de 18%.

Cette insatisfaction de la part des populations urbaines (voir tableau 33en annexe) est davantage notée au niveau des régions du Centre, des Hauts-Bassins, du Nord, du Sahel où près d'un individu sur deux se dit ne pas être comblé par cette démocratie (ces proportions sont respectivement de 48%,49%, 52% et 55%).

Le graphique ci-après illustre ce qui précède.

Graphique 22 : Satisfaction des burkinabè par rapport à la démocratie en vigueur.

III.3.2 La liberté d'expression au Burkina Faso :

La liberté d'expression est un droit imprescriptible de la Constitution burkinabéqui veut que chaque individu, du fait de sa qualité de citoyen, puisse exprimer librement et sans crainte son opinion. En tant que liberté publique, elle est l'une des pierres angulaires de la démocratie moderne qu'aucun pays qui s'en réclame, ne peut nier.

Ci-dessous le tableau donnant l'opinion des burkinabè sur la liberté d'expression dans le pays.

Tableau 17 : Avis des burkinabé sur la liberté d'expression.

 

Milieu de résidence(en %)

Total(en %)

 

Urbain

Rural

Pas du tout libre

12,23

11,68

11,82

Pas très libre

19,44

16,67

17,40

Quelque peu libre

25,08

23,70

24,06

Complétement libre

39,81

45,35

43,88

Ne sais pas

3,45

2,61

2,83

Total

100,00

100,00

100,00

Source : Afrobaromètre, Round 4, Burkina Faso, calcul de l'auteur.

Au regard de ce tableau, on constate quela liberté d'expression dans le pays reste assez limitée puisque uniquement 44% des individus déclarent être complétement libres d'exprimer leur opinion. Parmi les 53% qui éprouvent une certaine intimidation, 12% affirment qu'ils ne sont pas du tout libres, alors que 17% et 24% s'affichent respectivement comme des individus pas très libre et des individus libres mais pas totalement.

Toutefois, on peut constater que les habitants du milieu rural sont plus libres d'exprimer leur opinion que ceux de la zone urbaine (45% contre 40%).

Ces réticences des individus à propos de la liberté d'expression sont davantage confirmées par les alphabètes du niveau Secondaire et du niveau Supérieur qui sont uniquement 31% et 38%respectivement à soutenir une totale liberté d'expression.

Toutefois, même s'ils ne sont pas en général totalement libres d'exprimer leur opinion sur les affaires courantes du pays, ils reconnaissent respectivement à 78% et à 67% que la liberté de vote et la liberté d'adhérer à une organisation politique de leur choix sont totalement respectées. De plus ils ne sont que de 6% et 8% à déclarer respectivement que ces deux droits ne sont point respectés.

Cette fois ci, on remarque que la tendance est inversée c'est à dire que les habitants du milieu urbain ont davantage ces deux libertés que ceux du milieu rural. D'autre part, les individus, quel que soit leur niveau d'instruction, reconnaissent à plus de 73% une totale liberté de voteet à 63% qu'ils sont complétement libres d'adhérer à une organisation politique de leur choix.

Les graphiques ci-après permettent d'illustrer ce qui vient d'être dit.

Graphique 23 : Opinion des burkinabé sur la liberté d'adhérer à une organisation politique de leur choix

Graphique 24 : Opinion des burkinabé sur la liberté de vote

précédent sommaire suivant