WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le développement de l'employabilité à  partir d'une réflexion sur la responsabilité sociale de l'entreprise

( Télécharger le fichier original )
par Nathalie Marcopoli
Conservatoire national des arts et métiers Paris - Mémoire de DESS développement des systèmes d'organisation 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.2.1.2 Les syndicats de salariés

Les problématiques sociales sont familières des syndicats de salariés. Toutefois, ces derniers doivent intégrés de nouvelles questions, telles que l'environnement, la cohésion sociale globale. La mondialisation a engendré une détérioration des conditions sociales. Ces problématiques se posent au niveau mondial ; l'enjeu pour les syndicats est d'agir par le biais d'un cadre institutionnel de dimension également mondiale. Des accords mondiaux sont signés. Ils permettent de prendre en compte l'entreprise dans sa conception élargie, ce qui permet d'appréhender des problématiques relevant de la RSE et le DD, comme le montrent plusieurs exemples.

Les syndicats expliquent qu'ils pallient une carence des gouvernements et organisations internationales à protéger les travailleurs des mauvaises conditions de travail.

Autre point intéressant : les syndicats analysent les codes de conduite des entreprises pour vérifier dans quelle mesure les entreprises mettent réellement en oeuvre leur responsabilité sociale, ou dans quelle mesure, au contraire, elles ne répondent qu'à une pression de l'opinion publique.

Au niveau européen, les syndicats s'attachent à conserver la primauté de la réglementation et de la législation sur l'approche volontaire des entreprises. Cette approche a été notamment relayée en France par la CGT et la CFDT à travers une première initiative concernant l'épargne salariale, en vue d'une plus grande sécurité et justice par le biais de la mise sous label des fonds gérés. Le levier d'action « épargne salariale » ne fait pas l'unanimité et pose la question du pouvoir réel qu'elle apporte aux syndicats.

Dés lors, plusieurs questions se posent aux syndicats : comment utiliser les formes d'actions offertes à l'actionnaire tout en oeuvrant pour une population qui reste avant tout salariée ? Comment entrer dans un dialogue avec l'employeur sans se noyer dans la masse des autres parties prenantes ? Comment s'ouvrir à de nouveaux modes de raisonnement intégrant les problématiques globales de société ?

En matière sociale, un enjeu important se situe dans sa capacité à travailler sur la responsabilité individuelle afin de renforcer le pouvoir du salarié face à celui de l'entreprise. Les syndicats continuent de développer une approche collective de l'action dans un monde où l'individualisme est la règle, dans un monde où chacun sait inconsciemment qu'il ne peut plus compté que sur lui-même pour acquérir du pouvoir face à celui de l'entreprise, qui grandit sans cesse.

Pour progresser dans ce sens, la solution consiste à redonner la responsabilité de son parcours à chaque salarié, ce qui permet d'individualiser les problématiques posées.

D'autre part, des combats ont perdu de leur légitimité : le combat pour une protection de l'emploi réalisée par l'entreprise par le biais d'une approche d'emploi à vie ; le combat pour des augmentations collectives des salaires alors que ces augmentations ne sont que minimes. Les syndicats demandent encore à l'entreprise de prendre des décisions en faveur des salariés alors que cette dernière a tout pouvoir pour ne pas les prendre, étant donné l'état du marché de l'emploi, le resserrement des acteurs « grandes entreprises », l'abandon par les individus du combat collectif.

Il est nécessaire de quitter la position d'attente vis-à-vis de l'entreprise car elle a, aujourd'hui, le pouvoir nécessaire pour ne pas donner.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy








"Tu supportes des injustices; Consoles-toi, le vrai malheur est d'en faire"   Démocrite