WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Pour quelle(s ) histoire(s ) d'être(s ) ? Associations 1901, inter relations personnelles et interactions sociales, un art de faire

( Télécharger le fichier original )
par Jean- Marc Soulairol
Université Lumière Lyon 2  - Diplôme des hautes études des pratiques sociales D. H. E. P. S.  2002
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.2.2 La naissance de conditions favorables à la relation

En développant l'analyse de la section précédente281(*), nous avons conclu que le membre donnait une forme à ce qu'il ressentait pour favoriser l'échange et le partage avec l'autre par la symbolisation du Compu's Club. Autrement dit, les membres semblent être des sujets influencés dans leurs relations par la représentation qu'ils ont de l'association. La section suivante veut désigner à partir des entretiens, la relation en tant que processus d'échanges. C'est-à-dire les membres en tant qu'acteurs en relations de face à face282(*), de membre à membre, en interrelation dans le cadre d'un projet, par exemple :

1er entretien « ...tout le monde amène des idées... » (l.354) « C'est les passions. [...] le gars qui vient ici c'est qu'il aime ça, c'est que c'est un passionné donc obligatoirement il va venir défendre son idée au maximum. Il va s'emporter, le ton monte, mais le lendemain c'est fini. » (l.344)

2è entretien « Je peux exprimer soit mon accord, soit mon désaccord. [...] Et ça a été entendu [...] sans se disputer, sans employer des mots. Même si des fois on a eu des mots un peu violent, ça a été quand même entendu et puis... Le désir de construire ensemble a toujours été là. » (l.96)

5è entretien « On laisse débattre les gens qui s'expriment jusqu'à la fin. » (l.535)

Une branche au sein du Compu's Club réunie cinq à douze personnes. Ces personnes semblent s'être constituées en groupes autonomes...

5è entretien « On ne dépend plus du Club, à part qu'on est dans son local. » (l.408)

9è entretien « A travers la Finance, y a quand même un, un groupe... » (l.304)

...et de manière hétérogène sur les plans culturels et sociaux283(*) :

3è entretien « On regroupe un petit peu des personnes, déjà de toutes nationalités, enfin... issue, en fait... des chômeurs, des Rmistes... On regroupe plein de personnes en fait. Il y a aussi des gens qui sont handicapés que se soit moteur ou mental. (l.428)

Ces groupes paraissent s'organiser, soit dans le but de satisfaire les désirs ou/et les ambitions personnelles de chacun : le projet individuel.

7è entretien « Bon à la CAO, c'est un truc que, moi, je veux faire, donc y'a que moi qui veut l'faire, donc je fais des calendriers, les autres, ils font ce qu'ils veulent. » (l.573)...

soit de poursuivre un but commun : le projet de la branche.

...« Mais, c'est vrai, qu'au niveau de [...] CEB, c'est des projets qu'on a tous ensemble. C'est investir, créer un club d'Investissement, donc on a une, [...] une sorte de ligne à suivre, et on la suit. » (ib. l.574)

Souvent les deux dans un même temps :

2è entretien « Il a été très difficile d'arriver à fonctionner [...] De par nos tempéraments différents, nos objectifs et nos engagements personnels par rapport à ce livre. Maintenant ça va, au bout de presque deux ans. » (l.261) « Ce qui nous passionne c'est le moment où on a écrit, où on réécrit pour affiner, pour enrichir le vocabulaire, pour mettre la virgule là où il faut, le point là où il faut. » (l.416)

8è entretien « L'exemple que j'ai en tête c'est à propos de mon projet : lorsque je suis venu en parler il y avait S (3è entretien, ndlr), tu étais là, il y avait peut-être Ch (l'employée du Club, ndlr). Et S... c'est pas qu'il était pas d'accord, mais il a commencé à dire des choses auxquelles je n'avais pas pensé. Et çà c'est super ! [...] on espère vraiment faire le tour de la question mais [...] on espère toujours qu'il y ait quelqu'un qui ait une autre vision... de la chose. » (l.650)

A partir de là, quels peuvent être les aspects mobilisateurs permettant de rassembler les énergies et les compétences individuelles pour en faire une force collective, un but commun ? Sur l'ensemble des personnes interviewées (10/10), il est apparu deux aspects mobilisateurs en liens l'un avec l'autre : le projet et la relation284(*), la relation pour le projet, le projet pour la relation. Comment la relation peut-elle être mise au coeur des projets menés pour la satisfaction de chacun ? Si l'on se réfère aux propos relevés dans le sixième entretien il est probable que le projet soit stimulateur et focalisateur d'énergie :

6è entretien « Ce que j'y vois, en fin de compte c'est un vivier de personnes, [...] qui discutent d'un tas de choses. Et çà, apparemment, c'est quelque chose qui donne beaucoup de... beaucoup d'entrain, en fait. » (l.173) « Les gens ont, [...] un point commun, c'est les finances et connaître un petit peu l'économie... [...] Et puis maintenant, on commence à faire des formations un peu plus poussées, ça commence à intéresser de plus en plus et je pense que ça commence à dynamiser légèrement le groupe... » (l.428)

Ce champ projet-relation semble permettre la rencontre d'intérêts ou d'attitudes définissant le ressenti de chaque acteur : se sentir utile...

7è entretien « On se sent utile ! » (l.907) « Je me sens bien quoi ! » (l.97)

...se sentir gratifié...

4è entretien « Voilà, il y avait plus tous ces gens, toute cette ambiance, toute cette camaraderie, tout çà n'existait plus et je pense que ça nous a pesé. (l.899). Et le fait de ne plus rencontrer personne l'envie, elle part, la motivation, elle part... y a plus rien. (l.930)

8è entretien « C'est le fait de donner du temps, donner des idées. Pour moi, c'est gratifiant et ça me suffit. Ça me suffit, à partir de là je me sens mieux. » (l.604)

...être fier, etc.

9è entretien « (à propos de la Finance) C'est de faire quelque chose, et de voir un peu comment ça fonctionne ! Pour moi, c'est çà. [...] Et puis, si on peut glaner quelque chose, euh... ben la réussite... çà, ce serait d'abord une réussite, ça prouverait qu'on est capable de faire quelque chose. » (l.564)

En un mot : valorisé. Cette recherche de valorisation par chacun se caractérise, semble-t-il, par des conséquences que nous avons retrouvé dans les deux tiers, au moins, des entretiens (7/9) : avoir du plaisir, se sentir bien, être satisfait.

1er entretien « J'y trouve un plaisir... une satisfaction. » (l.288)

5è entretien « D'être heureux, d'être... de pouvoir échanger des opinions. » (l.849) « Je me sens bien... non je me sens très bien... j'aime bien le Club. » (l.654)

7è entretien « ...donc on s'fait plaisir. Enfin un lieu de plaisir, j'allais dire. » (l.234)

Cette valorisation semble nous indiquer que les buts individuels et collectifs poursuivis autorisent la création de liens. En clair, ce sont des pratiques régulières de partage et de solidarité qui font liens285(*). Ces pratiques nous sont fournies, entre autres, par les propos suivants :

9è entretien « Je crois qu'il y a une valeur de partage, qui est très importante. Un partage sur tous les plans, sur le plan intellectuel et connaissances, moi ce que je connais, je le partage avec d'autres. Ce que je sais faire, je le mets au service des autres, (silence) et ça crée une valeur morale de solidarité... (silence) Surtout çà. » (l.476)

5è entretien « C'est de rencontrer des personnes et d'avoir des contacts avec d'autres personnes. Ce qui permet d'avoir des liens... » (l.90)

Le partage indique le « fait d'avoir quelque chose en commun avec d'autres personnes »286(*) et la solidarité nous informe « d'une dépendance mutuelle »287(*). Mais à eux seuls, suffisent-ils pour établir des interrelations desquelles émergent les projets ? La neuvième personne interviewée semble nous affirmer que la rencontre de "l'autre" est le terreau des interrelations :

9è entretien « Une volonté de connaître les membres du Club. [...]C'est ce qu'il faudrait faire pour améliorer les relations entre les membres, [...] Même pour les créer ! » (l.710)

Sous l'angle fonctionnel de la branche, la cohésion du groupe semble favorisée par la représentativité du Pilote288(*). Nous avons constaté auprès des personnes interviewées appartenant aux branches Finance (CEB), Internet (Comnet) et Littérature (Echap)289(*), que le choix du Pilote a été effectué de manière informelle, tacite... 

1er entretien « ...que certains Membres se prennent vraiment pour des chefs, voilà. Ce qui, à mon avis fera disparaître l'association. » (l.509)

4è entretien « [...] Se sentir sur le même piédestal... » (l.863)

...comme si, malgré l'égalité revendiquée par les membres les propos étaient polarisés par l'autorité de l'un d'entre eux. Nous pourrions presque dire : basé sur l'inconscient parce qu'il apparaît, pour le membre, un souci de sécurisation qui répondrait à un besoin d'accomplissement. Ce sont les exemples suivants, par la reconnaissance (ou non) d'un responsable, qui ont permis de mettre en évidence cet « appareil psychique groupal »290(*)

2è entretien « Le leader, donc, notre écrivain, était très fouillis. On ne connaissait pas son objectif. C'était un coup oui, un coup non. Il était impalpable. Euh... très... bon alors on va dire artiste, il paraît que c'est une qualité. » (l.327)

7è entretien « On a un pilote. On appelle un pilote une personne qui fait le boulot de leader, [...] qui répond au coup par coup, suivant ses connaissances ou qui oriente vers la personne qui sait [...] le travail du pilote est très important parce-que... il est obligé d'avoir un connaissance un peu plus approfondie. » (l.269)

Pour analyser avec précision le point qui pose la question du Pilote, nous avons relevé que nos interlocuteurs parlaient de son "acceptation hiérarchique" en tant que responsable comme d'une évidence. Ainsi le Pilote semble apparaître spontanément, simplement et reconnu de fait, à l'intérieur de la branche :

5è entretien « Ben y' a aussi un meneur. Y a une personne qui est un peu plus responsable de la branche.[...] Je ne sais pas du tout, si elle s'est désignée. » (l.691)

Pour ne présenter qu'un seul exemple, l'autorité du Pilote de la Branche Finance291(*) est apparue sous la forme de prééminence dont il bénéficie parce qu'il se révèle capable d'influencer l'attitude des autres.

6è entretien « Apparemment, moi, j'ai cette étiquette d'animateur et bon, bé si ch'uis plus là, c'est fini. » (l.348)

Cette autorité est une qualité inhérente à ce Pilote qui est capable d'en faire preuve, c'est-à-dire : compétence informatique renforcé par une certaine popularité (sympathie, simplicité, sincérité dans ses attitudes sachant lever les "frustrations" du groupe ; bref, sachant se faire comprendre) :

3è entretien « On apprend avec un pilote qui a beaucoup plus d'expérience que nous... ce qui se passe c'est... comment i faut faire, quels sont, donc, les démarches pour pratiquer quoi. » (l.249) « Un pilote, s'occupe un peu plus [...] de la Branche. Du bon fonctionnement et du bon déroulement de la Branche. De canaliser les gens et de permettre a ce que les gens aient toujours un interlocuteur [...] qui va avoir après à communiquer l'avis de la Branche au noyau de l'association, au Compu's Club. parce-qu'on est quand même lié à l'association, au Compu's Club. » (l.282) « C'est pas quelqu'un qui commande, c'est presque proscrit de commander au sein d'une association. [...] Il faut plutôt orienter [les gens] et leur faire comprendre. » (l.292) « Tout ce que je me souviens c'est que à l'époque, y'avait une personne qui ne le faisait jamais (le compte-rendu de formation), puis je lui ai simplement demandé de le faire... Elle m'a regardé bizarrement, puis elle a accepté. Et elle a fait un travail normal. (l.480)

Le Pilote, lui-même, a pleinement conscience d'être un "cadre de référence"292(*), une autorité :

6è entretien « Je suis "Pilote", entre guillemet, de cette branche et... il est vrai que, quand je suis plus là, apparemment , il manque un animateur. » (l.345) « Ah ouais ouais, c'est grave, hein, même. Elle m'a dit : « il me saoule lui » carrément. Des fois, je crois même qu'elle était pas loin de plus venir au Club uniquement à cause de çà. Il va falloir modérer les choses. [...] J''ai encore du mal, parce-que j'ai... je n'veux pas diriger, hein, à l'intérieur de cette communauté. Je n'ai pas envie de, de... bon il va falloir que je trouve une solution, Ms (9è entretien, ndlr), j'essaie de la calmer gentiment... euh... et pi, va falloir que je trouve une solution quand ça se rencontre entre PG et Ms, par exemple, c'est de freiner PG, quand il parle trop et puis de relancer Ms pour qu'elle essaye de s'intégrer. » (l.399)

Mais, quel est le rôle de cette autorité ? Il semble que la réponse se trouve dans la prise en compte, non seulement des caractéristiques et des compétences du Pilote comme nous venons de le voir, mais aussi, dans celle d'un apprentissage à la vie démocratique qui impose des règles de communication. Le projet, facteur de conscientisation des règles démocratiques :

7è entretien « Si on veut prendre une décision, donc, chacun vote, chacun dit ce qu'il pense, s'il n'est pas d'accord, il dit qu'il n'est pas d'accord, mais c'est vrai que en général quand on a une idée, on est, enfin... [...] S'i y'a un truc qui va pas, donc, euh... on en parle, et bon, on essaie toujours de... » (l.389)

6è entretien « La plupart des décisions sont, sont, sont prises après un vote, hein, en général. Quand il s'agit de décisions importantes, on fait voter les gens. Et puis, bon, en fonction des arguments amenés ou des décisions que l'on doit prendre, le vote se fait assez facilement. Et souvent, peut-être pas à l'unanimité, mais à une large majorité. » (l.497)

L'inverse est-il vrai ? C'est-à-dire : lorsque l'autorité du Pilote n'est pas reconnue, il n'y aurait pas de règle de communication et la branche ne créerait pas de relation ? Le couple interviewé293(*), initiateurs de la Branche CAO294(*), semble nous dire que la notion de leader est introduite par des indicateurs de démocratie :

4è entretien « Ph : Nous, on avait lancé l'idée. On pensait qu'en lançant l'idée les gens allaient venir et qu'ils allaient proposer leurs idées... Na : ...On souhaitait pas être les moteurs. » (l.326) « Où j'ai été déçu... ce que j'aurais aimé que ça m'apporte plus, c'est voir plus de personnes, c'est plus discuter... [...] Les gens sont venus chercher "quelque chose" ; il y en a aucun qui est venu pour dire : « c'est une super idée, j'ai des idées, je viens avec vous. » [...] Notre connaissance est très limitée et on s'est vite rendu compte que s'il y a personne qui arrivait avec de nouvelles connaissances on serait vite, (silence) Et les gens qui venaient, i venaient juste pour, euh... pour faire ce qu'ils avaient à faire et puis c'est tout, hein. ils étaient pas plus intéressés que ça. » (l.395)

Pour résumer, le projet permettrait les interrelations sociales. Mais si pour caractériser cela, nous avons relevé deux aspects reliants (le partage et la solidarité) la représentativité du Pilote, c'est-à-dire l'acceptation tacite de son autorité, semble autoriser l'éducation à la démocratie.

* 281 Soit, la perception du Compu's Club par le membre.

* 282 Pour Gustave-Nicolas Fischer la nature de la relation est expliquée par le lien établit dans un réseau d'échanges, de communications et d'influences qui agissent sur les comportements. Fischer N.-G., Les concepts..., op. cit., p.29.

* 283 Bien que nous ayons déjà noté que l'âge paraissait déterminer le choix de l'activité (voir p. 73), nous ne disposons pas d'éléments permettant d'indiquer l'influence culturelle et sociale. nous constatons seulement une hétérogénéité des branches.

* 284 Nous invitons le lecteur à se reporter aux notes de bas de page n°282 pour la définition de la relation que nous avons retenue, celle de Gustave-Nicolas Fischer.

* 285 Dans les deux sens suivants : 1) mettre en communication ou en rapport et 2) assembler des feuilles de papiers pour former un livre.

* 286 Encyclopædia Universalis 1998.

* 287 Ib. (dans son plus large emploi : dépendance et aide mutuelle entre tous les hommes du seul fait d'être homme)

* 288 Pilote : terme employé pour désigner le responsable de la branche. Quelquefois le Pilote prend l'appellation de "Président de Branche".

* 289 Représentant les trois branches auxquelles participent les personnes interviewées.

* 290 « "Le groupe est considéré comme un ensemble de formes, schèmes et appareils à contenir, transposer et gérer les informations psychiques." Le groupe est alors perçu comme une instance de nature à créer des phénomènes psychiques qui lui sont propres, qui ne seraient pas une simple juxtaposition des appareils psychiques individuels. » Fischer, Gustave-Nicolas, la psychologie sociale, du Seuil, Coll. Points d'essais, 1997 in Cazals-Ferré & Rossi, ib, p.85.

* 291 6è entretien, annexe 11. Il est aussi le Pilote de la branche Internet : Comnet.

* 292 Newcomb nous montre « que les attitudes sont fonction du champ social dans lequel sont insérés les individus : lorsque le champs social est composé de "groupes de références" dont les attitudes sont contradictoires, un processus se développe chez l'individu au bout duquel il finit par choisir un ou plusieurs groupes de références dont les "valeurs" sont compatibles. Il assure ainsi son insertion dans un champ social en choisissant des attitudes compatibles avec les groupes de référence dominants. » Encyclopædia Universalis 1998.

* 293 Quatrième entretien, annexe 9.

* 294 Voir annexe n°1.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net