WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Documentation sur le statut des métis de pères Allemands au Togo entre 1905 et 1914. Présentation de documents allemands avec traductions ou résumés en français


par Essosimna Tomfei Marie-Josée ADILI
Université de Lomé (Togo ) - Maà®trise en lettres allemandes 2012
  

précédent sommaire suivant

2.7.3.3: Traduction intégrale en français Au Secrétariat d'Etat aux Colonies à Berlin,

Brême, le 16/07/1913

La société missionnaire de l'Allemagne du Nord, au sujet de la prise en charge des enfants mulâtres au Togo.

Selon le dernier rapport administratif de l'année paru sur les colonies allemandes, il existerait au Togo 240 enfants mulâtres. La population masculine européenne s'élèverait à 254, dont 42 missionnaires catholiques et évangéliques. Comparé à ce nombre des Européens, le nombre des enfants métis est élevé. La société de mission de l'Allemagne du Nord soutient la thèse selon laquelle toute union entre Européens et femmes et filles autochtones doit être rejetée. Ses représentants ont donc plusieurs fois insisté, qu'il faudrait par exemple accorder toutes les facilités possibles au mariage des fonctionnaires.

Eu égard à la situation réelle sur le terrain, nous sommes d'avis qu'au Togo les enfants mulâtres ont leur place parmi les indigènes. Conformément à cela, à la demande et avec le soutien des parties concernées, et avec l'aide de nos missionnaires, les enfants mulâtres sont presque toujours placés chez des indigènes ou dans les familles de leurs mères africaines. Mais malheureusement, il arrive souvent du côté des pères, que la prise en charge des enfants soit insuffisante ou n'existe pas du tout. C'est pour cela que la mission a salué avec gratitude le fait que la Ligue Coloniale allemande a souligné avec insistance, lors de son assemblée générale de 1912 à Hambourg, l'obligation faite aux pères européens de payer des frais d'alimentation pour leurs enfants métis. Ceci devrait contribuer à réduire le nombre de mulâtres.

Nous nous permettons donc de formuler des doléances, à savoir : l'administration coloniale impériale devrait prendre des mesures adéquates, peut-être en nommant un tuteur général des mulâtres, afin qu'au Togo, les pères soient amenés à payer des frais d'alimentation suffisants, pour que les conditions des enfants métis soient réglées d'une manière qui corresponde aux intétêts des enfants respectifs eux-mêmes, de la mission et du gouvernement.

Pour la Présidence de la société des missions de l'Allemagne du Nord

a signé

A. W. Schreiber, Directeur de Mission.

P. 27 Réponse

Le secrétaire d'Etat, Berlin, le 26 juillet 1913

C'est avec satisfaction que j'ai pris connaissance de l'importance qu'accorde la société de mission aux problèmes juridiques et à l'entretien des mulâtres. Les gouverneurs des colonies qui sont sous mes ordres sont prêts à présenter les projets de décrets réglementant le statut juridique des enfants métis hors-mariage. Je leur ai transmis votre doléance.

a signé par intérim

Gleim

Commentaire succinct

La Direction de la mission de Brême s'invite officiellement en Allemagne dans le débats sur la question des métis au Togo. En campant sur une position raciste dogmatique qui est celle du gouvernement colonial, elle manque de marge de manoeuvre pour jouer sa propre

partition. En effet, c'est de la pure naiveté de penser que l'obligation faite aux pères européens de payer des frais d'alimentation pour leurs enfants métis, peut contribuer à réduire le nombre de mulâtres. La mission de Brême manque donc d'arguments et de solutions crédibles pour affronter la situation des métis. Aussi se borne-t-elle à proposer ce qu'elle-même fait avec ses missionnaires : faciliter le mariage des administrateurs coloniaux avec des femmes blanches, pour éviter que ceux-ci se tournent vers des femmes noires66. On voit que la Mission de Brême n'a pas encore compris une des dimensions principales de la question : l'attrait de la femme noire, symbole d'érotisme exotique

précédent sommaire suivant