WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Intérêt de la remédiation cognitive dans la prise en charge du trouble de déficit de l'attention

( Télécharger le fichier original )
par Brigitte FORGEOT
Université Paris 8 - DESS psychologie clinique 2004
  

précédent sommaire suivant

B. DISCUSSION

B.1.. Interprétation des résultats, limites de l'étude et validité des conclusions.

Les enfants ayant participé à l'entraînement cognitif semblent bien d'après ce tableau récapitulatif avoir progressé au niveau de leur attention, concentration, et hyperactivité ou impulsivité.

Les activités proposées par l'IME aux enfants ont été les mêmes dans le groupe « évaluation » et dans le groupe « contrôle ». Les temps scolaires ont été les mêmes également. Nous avons constitué les groupes de façons à ce que les enfants soient appariés selon leur âge et la similitude de leurs troubles.

Bien qu'ayant soigneusement sélectionné les participants de façon à ce que la différence soit leur participation ou non à l'entrainement cognitif, il est impossible de prétendre que « toutes choses étaient égales par ailleurs », chaque enfant ayant son parcours propre et ses souffrances qui ont conduit à son orientation en IME.

Nous avons donné ici les résultats d'une étude préliminaire concernant les thérapies de remédiation cognitives (TRC) appliquées à des enfants présentant des troubles de déficit de l'attention, avec ou sans hyperactivité, et avec ou sans pathologie associée.

Nos résultats suggèrent l'intérêt thérapeutique de cette approche assistée par un logiciel chez des enfants ayant beaucoup plus de facilité à rester assis devant un ordinateur qu'à un bureau dans une classe, le travail devant ordinateur les mettant moins en échec.

À Montréal, l'équipe de Mme GUAY, de la clinique des troubles de l'attention à l'hôpital des Trois Rivières, a montré que les effets de la thérapie de remédiation cognitive restaient présents jusqu'à un an au moins. D'autres études citées plus haut donnent des durées plus élevées, mais il faudra encore le recul de quelques années pour réellement évaluer l'effet au cours du temps.

En ce qui concerne notre étude, les résultats semblent confirmer l'effet de la stimulation des fonctions cognitives sur les troubles de l'attention de ces enfants, ainsi que sur leurs troubles de comportement. Ces résultats sont toutefois à considérer avec précaution du fait de l'impossibilité où nous étions de réaliser de véritables tests cognitifs.

Il ne s'agissait pas pour nous d'évaluer une thérapie, mais plutôt de défricher un terrain prometteur, en espérant que ce type de prise en charge soit davantage accepté dans les institutions puisque pour le moment il n'a pas encore la faveur des soignants bien qu'il soit demandé par les enfants et leurs familles. Des études contrôlées sont donc nécessaires pour confirmer nos résultats

B.2. Perspectives et prolongements.

Cette étude, malgré ses limitations, ouvre de très intéressantes perspectives de prise en charge des troubles de déficit de l'attention/hyperactivité. La facilité d'utilisation de ce type d'entraînement et le peu de moyens et de matériel qu'il nécessite en font un outil idéal pour des suivis en ambulatoire, en CMPP ou dans un cabinet libéral. Il s'agit également d'un type de prise en charge qui pourrait très facilement être implanté dans les écoles et institutions, à titre curatif ou préventif.

Une étude de plus grande envergure serait à proposer, avec d'autres logiciels. Développer un logiciel plus adapté à des enfants (Rehacom a été conçu pour des patients adultes cérébro lésés) serait aussi une piste de recherche passionnante.

Enfin, il est à noter que plusieurs des équipes qui ont ouvert la voie de la thérapie par remédiation cognitive des troubles de déficit de l'attention s'intéressent actuellement à un autre type d' « entrainement du cerveau », le neurofeedback (recherche en cours à l'Université Mc Gill, Montréal). Cette technique permet de visualiser ses ondes cérébrales et de s'entraîner jusqu'à obtenir la capacité d'attention et de concentration voulue par diverses techniques apparentées à la relaxation. C'est une troisième perspective de prolongement de cette étude.

précédent sommaire suivant