WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Intérêt de la remédiation cognitive dans la prise en charge du trouble de déficit de l'attention

( Télécharger le fichier original )
par Brigitte FORGEOT
Université Paris 8 - DESS psychologie clinique 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2. Les théories des ressources de l'attention.

2.a. Le modèle de Kahneman.

Kahneman (1973) décrit ce que l'on a appelé le modèle des ressources attentionnelles qui est un modèle de la distribution de ces ressources, limitées, entre les diverses activités mentales les sollicitant. Ce modèle introduit l'idée de l'affectation délibérée. La focalisation de l'attention sur les informations pertinentes pour effectuer une tâche donnée, permettrait de concentrer ces ressources sur leur seul traitement, ce qui aurait pour effet d'améliorer la qualité de la performance mnésique et perceptive. Le traitement cognitif des autres informations (distracteurs) serait effectué dans la limite de la quantité de ressources résiduelles.

En revanche, en situation d'attention partagée les ressources cognitives sont distribuées simultanément entre plusieurs sources d'informations, d'où une moins grande efficacité et/ou une moins grande profondeur de traitement, qui expliquerait la diminution des performances par rapport aux situations d'attention focalisée.

Ce modèle suggère donc qu'en plus du processus inconscient, l'attention peut être focalisée volontairement (comme lorsque quelqu'un mentionne votre nom). Le modèle introduit également la façon de concevoir l'attention comme une compétence qui peut être améliorée. M. Eysenck (1982) examine quant à lui la relation entre l'attention et l'amorce. Il conclut qu'il existe deux types d'amorçage : un système passif et général qui peut élever ou abaisser le niveau de l'attention, et un système spécifique, compensatoire qui permet à l'attention d'être focalisée sur une tâche particulière ou un stimulus environnemental.

2.b. La théorie multimodale de Johnston et Heinz.

Johnston et Heinz (1978) ont alors élaboré une théorie multimodale proposant que le sujet peut adopter n'importe quel mode d'attention exigé par la tâche. Le mode précoce d'attention est dit de sélection attentionnelle sensorielle, avant l'étape de la reconnaissance des formes comme dans le modèle de Broadbent et Treisman. Ceci est, par exemple, le cas quand les deux messages sont différents physiquement comme une voix d'homme et une voix de femme .

Cette théorie multimodale prédit d'autre part que c'est dans le mode de sélection tardif que le plus de ressources attentionnelles vont être exigées pour la réalisation d'une tâche d'attention sélective.

Par l'appel qu'ils faisaient à une quantité exigée modulable de ressources attentionnelles dans leur théorie, ces travaux de Johnston et Heinz (1978) ouvrent ainsi la voie au déplacement de la problématique de la localisation de « l'entonnoir sélectif », vers celle des aspects « intensifs » (quantitatifs) de l'attention, car malgré de multiples recherches, une absence de consensus sur cette localisation a fini par conduire au dit déplacement des problématiques de recherche. Si la notion d'entonnoir sélectif renvoie aux aspects « localisation de la sélection attentionnelle » et donc aux processus de la sélectivité attentionnelle, la notion d' « intensif » fait référence, quant à elle, aux études ayant donc trouvé leurs premières théorisations dans celle de la gestion des ressources attentionnelles.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net