WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le refus de la linéarité dans l'adaptation cinématographique de la Rue Cases-Nègre de Joseph Zobel

( Télécharger le fichier original )
par Théophile Muhire
Université Natinale du Rwanda - Licence en Lettres 2004
  

précédent sommaire suivant

3.1.3 Rapport nombre de pages / durée du film

L'autre observation qu'il faut faire dans l'analyse temporelle d'une adaptation, c'est le rapport qui existe entre le nombre de pages et la durée du film qui en découle. Nous avons vu que le roman qui était de 240 pages a été transposé sur une pellicule de 103 minutes. Certaines scènes ont été supprimées, rétrécies ou dilatées, tandis que d'autres ont été créées. A ce niveau, nous allons inverser la perspective de comparaison que nous avions adoptée jusqu'ici. Avant, c'était le film qui se comparait au roman, maintenant, nous allons partir du film pour pouvoir juger de la répartition du temps alloué à la réalisation globale. Nous allons nous baser sur la segmentation des auteurs à l'intérieur même de ces deux récits. Dans le roman, cette segmentation est du type « première, deuxième, troisième partie », avec chaque fois un blanc de deux pages. Dans le film, par contre, c'est la voix off du narrateur qui marque la ponctuation et le passage d'un acte à un autre. Cette segmentation comprend :

- Un générique

- Un prologue

- Trois actes de durée sensiblement égale

- Un épilogue

- Une présentation des acteurs (« cast »)

Dans une forme condensée, ce rapport se présente comme suit :

Situation

Film

Roman

Commentaire

Le générique

3 min

8 pages

Le générique dans le roman correspond aux premières pages où nous avons des informations concernant le titre, l'auteur, la maison d'édition, l'ISBN, le « copyright » et la dédicace.

Le prologue

1 min

8 pages

Cette partie dans le film correspond à la voix off qui donne le ton du film et, dans le roman, c'est la description de la vie courante à la Rue Cases.

Acte I : La vie à la Rue Cases

30 min

64 pages

Dans le film, cette partie s'étend jusqu'à la voix off qui annonce le départ de José pour l'école. Dans le roman, c'est le blanc entre la première et la deuxième partie qui en marque les limites.

Acte II : la vie à l'école primaire (Cour Fusil et Petit-Bourg)

34 min

82 pages

Dans le film, une voix off annonce la disparition de Léopold, signant ainsi la fin de la deuxième partie. Dans le roman, la deuxième partie va jusqu'à l'annonce des résultats du concours des bourses.

Acte III : la vie à Fort-de-France.

-lycée Schoelcher

31 min

70 pages

Dans le film, cette partie commence avec la préparation du concours de bourses et se termine avec la mort de M'man Tine. Dans le roman, elle est dominée par la figure de M'man Délia, la grande absente du film.

L'épilogue

1 min

1 page

Dans le film, c'est la voix off qui clôture le film, tandis que dans le roman, c'est le dernier paragraphe mais surtout, la dernière phrase du roman : « c'est aux aveugles et à ceux qui se bouchent les oreilles qu'il me faudrait la crier » (l'histoire de la domination des nègres antillais par le Blanc).

Le « Cast »

2 min

0

Cette partie n'existe pas dans le roman

Comme nous pouvons le remarquer àtravers ce tableau, le film essaie de calquer son rythme à celui du roman.

3.2 L'espace

Envisagé jusqu'ici, comme le milieu à la fois physique et sémantique dans lequel évoluent les personnages, l'espace est, par contre, présent dans La rue Cases-Nègres d'une autre manière : en tant que force agissante du récit. Le cadre de vie et la société qui dominent le récit changent à deux reprises. Commencé à la rue Cases où le décor est dominé par les champs de cannes, l'espace diégétique du récit évolue vers Petit-Bourg où l'école est l'élément central, pour enfin déboucher à Fort-de-France afin de nous faire découvrir les méandres de la vie citadine. La fonctionnalité narrative de l'espace dans La rue Cases-Nègres repose donc sur cette hiérarchie topographique qu'il convient d'examiner ici. Nous verrons, en même temps, le travail effectué du roman au film, pour « rendre cinématographiquement » l'espace de Zobel.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Visitez Arcy sur Cure

Camping du Saucil a(Villeneuve sur Yonne)