WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse criminologique sur les espaces verts dans la ville de Lubumbashi


par Pierre Nguz Mbaz
Université de Lubumbashi - bachelier 2015
  

précédent sommaire suivant

Section 3 : Méthode de collecte te d'analyse des données

La méthodologie est une étape importante dans la recherche scientifique, elle est une réflexion sur les techniques et les méthodes qui conviennent pour pouvoir élaborer un travail scientifique.

De ce fait, Pires (repris par Tshinyama Kadima, 2009 : 50) affirme que «  la fonction de la méthodologie n'est pas de dicter des règles absolues de savoir-faire, mais surtout d'aider l'analyste à réfléchir pour adapter le plus possible ses méthodes, les modalités d'échantillonnage et la nature des données à l'objet de sa recherche en voie de construction ».

Donc à ce niveau déjà, nous arrivons à distinguer le savoir scientifique et d'autres savoirs, chaque méthode appliquée doit être accompagnée des arguments de sa construction. Il faut signaler comment faire pour avoir une direction de recherche bien précise, étant donné que la criminologie est basée sur l'empirie, c'est-à-dire, il faut des données issues du terrain pour pouvoir fonder validement la connaissance que construit un chercheur du phénomène étudié. C'est ainsi que Kaufmann (2004 :8) déconseille l'improvisation.

3.1. La technique documentaire

Nous avons recouru à la documentation comme technique de collecte des données, dans la mesure où nous avons eu à analyser plusieurs sources documentaires dans la collecte des données. Nous avons exploré plusieurs documents relatifs à notre objet de recherche et des notions importantes ont été recueillies.

Ainsi, nous avons trouvé sur terrain des informations pertinentes à notre recherche mais qui étaient disponibles dans des documents. C'est ainsi que la collecte des données s'est effectuée à la fois à travers la documentation et auprès des personnes impliquées sur la disparition d'espace vert de Kamalondo.

3.2. L'observation directe

Selon Franche Comte (2008 : 2), observer est un processus incluant volontairement l'intelligence, orientée par un objectif terminal ou organisateur et dirigé sur un objet pour en recueillir des informations. Selon Jean-Louis (2000 : 23), l'observation peut être définie comme la considération attentive des faits afin de mieux les connaître et de collecter des informations à leur propos.

Selon Albert Muluma (2003 :109), l'observation est directe lorsque le chercheur vit lui-même l'action sur le terrain, lorsque l'action est vécue sur place. L'observation directe est une technique de collecte des données que nous avons mobilisée dans cette recherche. Cette observation est fondée sur le contact direct du chercheur avec la réalité étudiée. Nous, étant observateur direct, nous avons utilisé les informations de sens, vue et ouïe pour collecter les données de terrain.

Dans notre travail, cette technique nous permet d'observer la réalité et de collecter directement les données. L'observation scientifique n'est pas quelque chose de naturel, un processus qu'il suffirait de laisser se développer de lui-même. Elle suppose, au contraire un effort de la part du chercheur (Jean-Louis, 2012 : 3).

Selon Gaston Bachelard (1884 :1962), « le fait scientifique n'est pas seulement à constater mais qu'il est aussi conquis et construit ». L'observation directe porte directement sur le phénomène étudié, il s'agit d'entrer directement en contact avec les acteurs concernés.

Dans notre recherche de terrain, nous avons essayé d'identifier l'ensemble d'acteurs impliqués dans la gestion de l'espace vert Kamalondo. Nous avons distingué deux catégories d'acteurs, notamment les acteurs étatiques en tant que gestionnaires d'espace, la population bénéficiaire et les acteurs politico-économiques.

Avec la croissance actuelle de la démographie dans la ville de Lubumbashi, nous avions observé de plus en plus la diminution des espaces verts dans ladite ville, alors que ces derniers contribuent à l'équilibre écologique.

3.3. L'entretien semi-directif

Selon Lupitshi Wa Numbi (2006 :16), le recours à l'entretien comme instrument de recherche ou de recueil des données est dicté par la nature de la recherche qualitative ainsi que celle de l'objet d'étude. Notre objet d'étude consiste à comprendre la disparition des espaces verts dans la ville de Lubumbashi.

Nous avons choisis l'entretien semi-directif, nous nous sommes rendus dans d'espace vert de Kamalondo pour rencontrer les personnes ressources et nous avons conversé avec elles.

Selon Albert Muluma (2003 :11), « l'entretien est un procédé d'investigation scientifique, utilisant un processus de communication verbale, pour recueillir des informations, en relation avec le but fixé ». L'entretien semi directif a été utile pour notre recherche puisqu'il a permis de recueillir les différentes opinions provenant de la population sur la manière dont les espaces verts bien que gérés mais disparaissent.

Ce modèle d'entretien, notamment semi directif a été intéressant pour nous dans la mesure où nous avons pu converser avec nos interlocuteurs en partant d'une question pour ensuite approfondir la connaissance sur le thème abordé. Dans l'ensemble, nos entretiens ont duré environ 10 à 15 minutes, tout dépendait des informations fournies par l'informateur. Le but de nos entretiens sur le terrain était sans doute de comprendre la disparition des espaces verts dans la ville de Lubumbashi.

précédent sommaire suivant