WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse criminologique sur les espaces verts dans la ville de Lubumbashi


par Pierre Nguz Mbaz
Université de Lubumbashi - bachelier 2015
  

précédent sommaire suivant

1.2. Coordination Urbaine de l'Environnement

La Coordination Urbaine de l'Environnement a pour tâche de coordonner dans la ville ou district toutes les activités relatives à l'environnement, d'assurer la mise en exécution des textes légaux en matière de l'environnement et leur application. Elle met en place les mécanismes de planification, de suivis et d'évaluation afin de contribuer rapidement à la bonne marche de la coordination.

Actuellement, à part la Coordination urbaine de l'environnement, le service d'Urbanisme et Habitat intervient aussi dans la gestion des espaces verts d'une manière directe dans le sens que, c'est lui qui s'occupe du reboisement dans la ville sous étude.

Selon monsieur Kikondja, un agent de la Coordination urbaine de l'environnement chargé du reboisement:

 «  La gestion des espaces verts ne se fait pas sur des bases scientifiques. Elle est aléatoire, cette gestion ne dépend pas seulement de la Coordination urbaine de l'environnement, il y a plusieurs services qui s'y ingèrent. Souvent la Division des affaires foncières après avoir attribué des parcelles dans le nouveau quartier, garde des espaces libres sous prétexte qu'ils serviront de lieu de loisir et après ils y recourent pour les attribuer à d'autres personnes avec une certaine valeur ».

Après la Division des affaires foncières, vient ensuite la Coordination urbaine de l'environnement comme acteur de la gestion des espaces verts à Lubumbashi. Comme nous l'avons dit précédemment, les rapports entre les différents acteurs sont souvent conflictuels. Car, comme le sous-tend le discours plus- haut, des acteurs particuliers s'approprient des espaces verts pour des fins individuelles.

La gestion des espaces verts n'est pas une affaire aussi simple qu'elle en a l'air. Car, la disparition des espaces verts revêt une très grande complexité dans la mesure où l'implication des acteurs a une portée très large.

En effet, les agents de la Coordination urbaine de l'environnement désignent ceux de la division des affaires foncières comme responsables de la disparition des espaces verts. Car, lorsque les concessions sont confiées à la coordination urbaine de l'environnement dans le but d'y aménager les espaces verts, il arrive que des particuliers possédant une valeur sociale élevée s'approprient ces concessions. Tout ceci se fait sous le regard impuissant des services impliqués dans la gestion des espaces verts. Mise à part la Division des affaires foncières et la Coordination Urbaine de l'Environnement, un autre acteur impliqué dans la gestion des espaces verts est le service d'Urbanisme et Habitat.

1.3. Service d'Urbanisme et Habitat

D'après les données recueillies sur terrain, le Service d'Urbanisme et habitat se dit être la seule institution de l'Etat qui a la compétence de la gestion des espaces verts. En effet, ce service s'occupe de la construction et de l'aménagement du territoire. Ses compétences s'étendent également aux domaines de l'aide sociale, à l'aménagement de l'urbanisme, à l'établissement des plans locaux d'Urbanisme, à la délivrance des permis de construire ainsi qu'à la gestion des espaces publics.

Jadis le service d'Urbanisme était attaché aux travaux publics, la gestion des espaces verts était la préoccupation de la Coordination Urbaine de l'Environnement. C'est juste après l'apparition d'une loi sur l'aménagement du territoire et la gestion des espaces publics qu'on a attribué la gestion des espaces verts au service de l'urbanisme et habitat. Selon monsieur Bibo, chargé de mettre les mesures de protection sur les espaces publics et leur contrôle :

«Il y a maintenant deux ans que la gestion des espaces publics a été attribué à notre service, c'est pourquoi tu me vois ici au parc Kamalondo. C'est à nous que revient la charge de la gestion des espaces verts mais lorsque un particulier les sollicite auprès des autorités notre service est très souvent mis à l'écart ».

Le service d'urbanisme et habitat se veut le seul gestionnaire des espaces verts dans la ville de Lubumbashi. Mais le monopole de la gestion des espaces verts ne lui est pas reconnu par les autres acteurs. Car lorsqu'il s'agit du lotissement ou de la vente d'un espace vert, d'autres acteurs s'y ingèrent. En effet, il est difficile de cerner les rôles principaux de chaque acteur dans la gestion des espaces verts, car, chacun gère à sa manière. C'est ainsi que lors de la disparition des espaces verts, tous les services se rejettent la faute en désignant l'autre comme responsable.

Nous avons compris qu'il y a des interactions entre ce trio des services autour de la gestion des espaces verts. Ces interactions sont parfois d'ordre organisationnel, elles sont aussi conflictuelles. Ce manque d'unité entre les trois services rend la gestion des espaces verts moins efficace et donne l'opportunité à certains particuliers de s'accaparer des espaces verts sans être inquiété.

En effet, chaque service possède son propre domaine dans la gestion des espaces verts. La division des affaires foncières lotit les parcelles en laissant les espaces vides pour la nature, la coordination urbaine de l'environnement procède au reboisement et le service d'urbanisme et habitat s'occupe de l'aménagement du territoire. Les conflits entre ces trois services proviennent du non respect des tâches respectives attribuées à chacun d'eux.

Au-delà des services précités, il existe des acteurs plus proches des espaces verts, il s'agit de la population.

précédent sommaire suivant