WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse criminologique sur les espaces verts dans la ville de Lubumbashi

( Télécharger le fichier original )
par Pierre Nguz Mbaz
Université de Lubumbashi - bachelier 2015
  

précédent sommaire suivant

1.2. Du thème à l'objet de recherche

Ce nouveau concept n'a pris son essor dans les textes scientifiques que vers la fin des années 1990, avec l'article de Costanza (Fisher, 2009 ; Barnaud 2011 ; De Goot, 2010). Cette équipe multidisciplinaire (économistes, géographes et écologues) a défini les services éco- systémiques comme «  l'ensemble des bénéfices directs et indirects rendus à la société par les fonctions des écosystèmes ».

Dans cette recherche, nous nous sommes donné comme objet de comprendre la disparition des « espaces verts » à Lubumbashi. C'est à partir de nos observations que nous sommes arrivé à proposer un objet d'étude. Lubumbashi, la capitale du cuivre, hier « Elisabethville» a cédé son sourire à la tristesse. « Les espaces verts » de cette ville sont effacés de la carte géographique au profit des habitats précaires, sous prétexte d'éliminer l'insalubrité et l'insécurité.

L'Etat est une personne morale qui est représentée directement par les institutions sensées gérer ces espaces comme le service de la Division des affaires foncières, la Coordination urbaine de l'environnement ainsi que le Service d'urbanisme et habitat. En réfléchissant sur la disparition des espaces verts, nous voulons aussi comprendre comment ces institutions étatiques sont impliquées dans leur gestion.

Notre préoccupation consiste à analyser la gestion des espaces verts à Lubumbashi où nous constatons de plus en plus leur disparition et leur remplacement par les stations de carburant, qui se multiplient, dans un contexte de réchauffement de la planète. Cette disparition menace la sécurité humaine dans la ville de Lubumbashi.

En effet, l'exploitation des stations de carburant est une source potentielle de pollution atmosphérique, de la pollution du sol, des eaux et constituent une nuisance pour la population environnante de par leur stockage dans la citerne ; leur utilisation pose déjà problème. Pour comprendre cette disparition, nous nous sommes concentrés sur les discours des acteurs.

L'observation nous a permis de nous intéresser à la problématique de l'aménagement du territoire plus particulièrement à la gestion des espaces verts dans la ville de Lubumbashi. Il existait une politique de gestion des espaces verts, aujourd'hui d'après notre observation et constat sur terrain, nous sommes arrivé à l'hypothèse qu'il en existe plus dans la ville. Nous constatons de plus en plus la disparition dédits espaces.

C'est ce qui nous a amené à chercher à comprendre comment se gèrent les espaces verts hérités de la colonisation et ensuite comprendre leur disparition dans la capitale cuprifère de la République Démocratique du Congo.

Des sites qui constituaient autrefois une forêt urbaine ont été graduellement remplacés par des stations de carburant et d'autres investissements tels que les écoles, les maisons d'habitation ou de commerce etc. Cette forêt contenait des espèces de flore et de faune qui contribuaient à l'équilibre écologique de ladite ville.

Kaufman (repris par Lupitshi wa Numbi, N., 2006:5) note qu'une fois le thème défini et le champ circonscrit, l'objet « est donc ce qui parvient à être séparé de la connaissance commune et de la perception subjective du sujet grâce - bien entendu - à des procédures scientifiques d'objectivation ». Pour notre part, nous avons essayé de clarifier certains concepts qui structurent la présente recherche.

Sur le plan urbanistique, dans la ville de Lubumbashi (la capitale du cuivre de la RDC), les colons avaient prévu les espaces verts pour un cadre de vie urbaine verdoyant et permettant de se détendre, d'embellir la ville ainsi que de se protéger contre les effets néfastes. Dans la présente recherche, au lieu de présenter les causes de la disparition de ces espaces verts comme objet de recherche, nous avons choisi de faire une analyse sur la disparition des espaces verts à Lubumbashi.

précédent sommaire suivant