WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Eléments méthodologiques d'exploration des risques dans les musées et les activités muséales

( Télécharger le fichier original )
par Achille Clotaire NGOMO ALGOT
Université de Technologie de Troyes - Master Ingénierie et Management en Sécurité Globale Appliquée 2014
  

précédent sommaire suivant

AXE II LA SECURISATION DES BIENS CULTURELS ET DES PERSONNES EN ENVIRONNEMENT MUSEAL INTERNE

L'évocation de la définition d'un musée fait surgir de manière quasi constante tantôt les concepts de collection, de conservation, d'étude, d'exposition, d'interprétation. On peut ainsi résumer ces fonctions à trois avec Van Mensch, lorsqu'il assigne au musée essentiellement les fonctions de préservation, d'étude et de communication. Une des implications de ces fonctions est que le musée n'est pas un espace fermé notamment en termes de fréquentation. Bien au contraire, avec l'effet catalyseur des stratégies de management culturel a même induit une explosion de la consommation culturelle au-delà de la traditionnelle fréquentation du public qui donnait un sens à l'existence d'une structure muséale.

Autrement dit, un musée est fait pour recevoir du public à travers ses fonctions de production de sources de délectation des oeuvres culturelles par ses visiteurs.

Les stratégies de marketing culturel portent essentiellement sur ses biens culturels ne sont pas les seuls à vouloir expliquer l'afflux des visiteurs pour l'espace muséal qu'il soit ouvert au fonctionnement, comme dans le cas le plus courant, dans les structures en termes de bâtiment.

Il faut aussi voir dans ce contexte, une évolution de la fonction de présentation qui était dévolue au musée à cause des fonctions extra patrimoniales observables dans les musées que ce soit la restauration, les activités commerciales, cinématographiques voire même d'hébergement comme cela est constaté dans certaines parties du monde.

Une attention particulière doit donc être portée sur deux dimensions considérées comme capitales à l'activité des organismes de prestation de services muséographiques. Il s'agit d'abord de l'objet d'attractivité primordiale d'un musée représenté par l'ensemble d'éléments constituant son patrimoine culturel et artistique. L'observation de la fonction patrimoniale des musées invite de manière invariable à voir dans cet ensemble des éléments comme des chefs d'oeuvre `artistes représentés soit en tableaux ou en sculptures ; des éléments usuels de la vie pratique mais valorisé en biens patrimoniaux à travers des critères divers comme l'historicité, l'appartenance à des célébrités passées. Il en résulte pour ces objets devenus culturels des conditions d'acquisition marchande colossales en ce qui concerne leur acquisition par les organisations muséales.

L'autre dimension est celle constituée par le public ou les publics de l'institution muséale. On vient d'en souligner l'importance en termes d'accroissement de la fréquentation des musées. Une organisation comme le musée du Louvre à Paris pour illustration peut ainsi enregistrer une moyenne de trois millions de visiteurs par an alors que sa voisine le musée d'Orsay peut placer à l'actif de son nombre de son public journalier une moyenne annuelle de neuf mille visiteurs par jour. Un autre point de focalisation sur l'importance du public dans sa relation avec les musées est la diversité de ses publics : touristes, chercheurs, étudiants, personnalités politiques, hommes d'affaires, enfants, personnes à besoins spécifiques ; hommes, femmes. Bref, le musée, par sa fréquentation s'interprète de plus en plus comme un véritable microcosme de la société.

On peut concevoir le niveau de responsabilité qui s'interpelle, pour une organisation muséale moderne en matière de sécurisation tant pour son patrimoine d'exposition que pour ses publics. La fonction sécuritaire d'un musée est pour ainsi dire le pilier caché à même de garantir de manière pratique les conditions de résilience en vue d'une perpétuation de la réputation de l'institution muséale. Celle-ci consistera, en effet, pour les biens culturels une source de perpétuation de leur valeur par des conditions de conservation optimales eu égard aux multiples sources de menaces pesant sur leur intégrité physique pouvant provenir aussi bien des environnements extérieurs au musée qu'à son propre environnement interne.

Du côté des visiteurs du musée, le musée est un cadre inaliénable de protection de l'intégrité morale et physique tout en étant une source d'enrichissement culturel voire socialisation. La fonction sécuritaire des musées est dans cette optique appelée à se renforcer davantage si l'on s'en tient au moins aux dispositions du cadre légal, celle-ci amenant les conditions de démocratisation de l'accessibilité à s'appliquer de manière systématique à l'exemple de la récente loi d'accessibilité promulguée en France, dite loi du 11 février 2005. Le fait qu'elle mette l'accent sur l'accessibilité des personnes en situation de handicap nous conduira spécialement à se focaliser sur cet aspect dans la présente étude.

En choisissant cette direction, nous partons de l'hypothèse que l'aménagement des conditions d'accessibilité des personnes en situation de handicap dans les musées n'est pas totalement acquis. En effet, si du point de vue des autres publics, d'autres barrières à l'entrée des musées peuvent être évoqués ( prix, accueil, places, qualité des expositions etc...) ; ces aspects ne constituent pas des phénomènes pouvant impacter directement la sécurité physique des personnes que ne le sont les conditions d'accessibilité physique et de circulation à l'intérieur des espaces museaux.

Les deux axes que sont les biens culturels contenus dans un musée et les personnes se trouvant à l'intérieur d'un musée viennent ainsi à constituer les piliers d'une analyse des conditions de résilience à l'intérieur des espaces museaux. Cette analyse peut commencer par une détermination des objets culturels conservés par les musées, leur base d'attraction avant d'aborder les principaux risques auxquels ils sont exposés. La démarche sera la même pour les personnes en situation de handicap, maillon délicat dans la chaîne des usagers des espaces d'activités muséales.

précédent sommaire suivant