WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Eléments méthodologiques d'exploration des risques dans les musées et les activités muséales

( Télécharger le fichier original )
par Achille Clotaire NGOMO ALGOT
Université de Technologie de Troyes - Master Ingénierie et Management en Sécurité Globale Appliquée 2014
  

précédent sommaire suivant

Première partie : LA NOTION DE MUSEE : ORIGINE CONCEPTUELLE ET EVOLUTION

Partir d'une approche définitionnelle du musée, lorsqu'il s'agit d'une traiter de la problématique des risques et dangers y afférents peut revêtir plusieurs intérêts. Dans le cas de l'actuelle étude, on en retient deux à savoir naturellement la nécessité de se retrouver en terme cognitif ou le sens sur la réalité de ce concept physique et organisationnel parmi tant d'autres, puis la nécessité d'en déterminer les différents paramètres de l'environnement ou des environnements le constituant. Cette dernière motivation tient en fait à l'importance que revêt la connaissance des sous-systèmes d'un système et la multitude des interactions caractérisant leur fonctionnement.

1.1. Un détour dans l'antiquité du Musée

C'est ainsi qu'un détour dans l'antiquité grecque nous permet de découvrir l'existence des divinités désignées par les musées qui représentaient des divinités inspiratrices chez les humains de l'esprit des arts. Ces divinités d'arts bénéficiaient évidemment de la célébration des cultes dans une enceinte nommée museon signifiant ainsi le sanctuaire des musées ou encore temple des dieux des arts.

La consécration de cette mythologie est sans doute attachée à l'édification de ce que l'on peut désigner comme premier musée, à Alexandrie, en Egypte aux environs de l'an 280 avant Jésus Christ, par Ptolémée Ier dont la dynastie désignée par les lagides s'établit en Egypte. Dans ce qui pouvait donc représenter la notion d'espace au museon on nous signale une structure jouant bien sur le rôle de sanctuaire de vénération des Musées mais aussi celui de l'équivalent actuel de nos centres de recherche.

On le décrit, dans sa dimension physique comme constitué d'un grand espace réservé aux réunions ou encore à ce qui peut ressembler aux conférences d'aujourd'hui.

Cette époque, le musée occupe aussi une fonction hôtelière car y sont internés, comme en pensions les érudits de l'époque. Lieu de résistance des savants, le museon ne pouvait se priver d'une fonction de documentation, alors qu'il est même signalé le caractère minimal de sa fonction de conservation des oeuvres artistiques de l'époque, pour que viennent y trouver comme lieu de prédilection pour leur réflexions, recherches, débats mathématiciens, astronomes, poètes, musiciens, philosophes etc...

Le foisonnement intellectuel du museonde Ptolémée Ier et peut être son attractivité populaire venait aussi de ses jardins botaniques et Zoologiques, au-delà de sa bibliothèque, de son observatoire pour l'exploration des astres ou de sa cellule de ce qui peut être considéré de nos jours comme « centre de recherche en anatomie ». Dans la fonction éducative, le « musée » d'Alexandrie était aussi caractérisé par sa diffusion des enseignements aristotéliciens ; autrement dit il a servi de relai pour la diffusion de l'instruction dont le foyer se trouvait encore en Grèce antique.

précédent sommaire suivant