WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Eléments méthodologiques d'exploration des risques dans les musées et les activités muséales

( Télécharger le fichier original )
par Achille Clotaire NGOMO ALGOT
Université de Technologie de Troyes - Master Ingénierie et Management en Sécurité Globale Appliquée 2014
  

précédent sommaire suivant

2 .LES RISQUES DE VOLS ET DE VENDALISME

Le vandalisme et le vol ont cette particularité commune de constituer des faits humains, volontairement exécutés. La première très brutale consiste en une destruction d'objet de patrimoine ou ayant une considération de valeur du point de vue de la société ou d'une personne. Quant au second, l'accaparement frauduleux d'un objet n'appartement pas à la personne accaparatrice.

2.1 Les risques de vol

Si l'on anticipait sur les mesures de prévention du vol de biens culturels, on pourrait s'accorder en disant que le risque de vol en ce domaine est celui qui serait le mieux maîtrisable en termes de surveillance ou de mesures techniques de sécurisation d'oeuvres. Ceci pour faire remarquer que le risque d'accaparement frauduleux des biens culturels d'une institution muséale remonte autant à sa naissance. Mais ce risque demeure présent eu égard à l'actualité contemporaine des vols à l'intérieur des musées depuis le spectaculaire détournement de La Joconde à la première moitié du vingtième siècle au cambriolage nocturne, d'un Picasso et d'un Matisse d'une valeur de 95 millions d'euros malgré le dispositif de vidéo surveillance et de la présence de vigiles sur le site du Musée d'art moderne de Paris . Ce dernier cas qui n'est pas le seul en cette période d'amorce du troisième millénaire a été précédée par deux autres vols spectaculaires mais pathétiques pour l'intégrité de biens volés.

En 2008 à Zürich, trois bandits, après avoir terrassé le personnel du Bührle, trente minutes avant sa fermeture s'en iront avec un Monet, un Cézanne, un Degas et un Van Gogh. Le premier chef d'oeuvres et le dernier seront cependant retrouvés en 2010.

Le musée de Münich (Oslo) connaîtra un sort similaire en 2004 par le détournement de deux chefs d'oeuvre du maître Munch « Madone » par les individus en armes, au nombre de trois après avoir maîtrisé les agents de surveillance.

Le vol dans un musée de Boston en 1990, par des individus habillés en tenue de forces de sécurité, emportant définitivement un Rembrandt et un Monet, le tout pour une valeur en euros de 230 millions.

L'expérience porte à croire cependant que les cas de vols d'oeuvres quoique rares sont souvent constitutifs d'impact d'une exceptionnelle gravité pour les oeuvres elles-mêmes, pour les personnels du musée voire pour la réputation. En termes de solution, la panacée n'est pas forcément de se procurer de moyens technologiques de surveillance comme on peut le remarquer dans le contexte de protection d'oeuvres en Amérique du Nord. La confiance en la formation des agents de surveillance et leur renforcement comme en France ou en Europe est peut-être plus sûre pour la protection des précieux biens, culturels conservés par les espaces muséaux.

précédent sommaire suivant