WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Culture managériale et pérennisation des projets de développement au Cameroun: cas du nazareth agro pastoral training and production centre de menteh (bamenda)

( Télécharger le fichier original )
par Albert Legrand TODJOM MABOU
Université Catholique d'Afrique Centrale - Master Développement et Management des Projets en Afrique 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

B. Le développement des unités de formation et de production

1. Le développement de l'unité de formation

Comme cela est spécifié déjà dans le premier document de projet soumis par les promoteurs à l'Archevêque de Bamenda, la formation occupe une place fondamentale dans le projet du Nazareth Center. Mais comme c'est un domaine technique, les infrastructures de production sont indispensables dès le début pour que la formation ne se limite pas au niveau théorique.

La formation agropastorale commence pour la première fois en septembre 2008. En effet, après une période de sensibilisation dans la presse radiophonique de la ville de Bamenda, les paroisses et autres lieux de culte et de rassemblement de la ville, 10 filles et 9 garçons s'enregistrent pour la formation à cette première promotion (Cf. ANNEXE N°11). Les données sur les formations au cours des années 2009-2010, 2010-2011 et 2011-2012 n'ont pas été trouvées dans les archives du NAPTPC.

Au cours de l'année académique 2012-2013, le NAPTPC accueille au total 75 apprenants dont 35 en première année de formation longue de deux ans (13 filles et 22 garçons) ; 31 en deuxième année (22 filles et 1 garçon) et 9 en formation modulaire de trois mois (3 filles et 6 garçons). Pour l'année académique 2013-2014, 34 apprenants sont déjà inscrits (32 boursiers du programme D/AFOP et deux non boursiers).

Le bilan spécifique du programme D/AFOP est le suivant : la première promotion (EA1 AFOP) est déjà inscrite dans un projet d'insertion en cours d'études par les responsables de ce programme ; la deuxième (EA2 AFOP) est en train de se préparer à l'examen final au niveau national et de mûrir un projet d'insertion professionnelle à présenter aux responsables avant la fin de l'année académique en cours ; la troisième (EA3 AFOP) poursuit les apprentissages en deuxième année de formation. Le nombre d'apprenants dans ce programme s'élève à 97 au total. La formation porte essentiellement sur les techniques agricoles et d'élevage.105(*)

Comme l'affirme Philippe Lavachery, le développement économique durable du Cameroun, comme celui de la plupart des pays en voie de développement, repose principalement sur le secteur primaire. Les productions agricoles vivrières (maïs, manioc, banane plantain, macabo, riz, mil, sorgho, arachide, etc.) et de rente (cacao, café, coton, caoutchouc, banane douce, ananas, etc.) font de l'agriculture camerounaise la plus riche de l'Afrique Centrale106(*). Toutefois, il est important que la diversification des cultures s'accompagne de celle des méthodes de culture et surtout de l'intensification de la formation et du renforcement des capacités des populations rurales dans les techniques agropastorales.

Au cours de l'année 2008, année de lancement de l'unité de formation au NAPTPC, un curriculum de formation est élaboré. A partir de septembre 2010, l'unité de formation connaît un grand développement avec le début du partenariat entre le NAPTPC et le programme D/AFOP du gouvernement camerounais qui s'est engagé dans la promotion de l'agriculture et du développement rural. En effet, L'agriculture est la principale source de croissance et de devise du pays107(*). C'est pourquoi plusieurs associations locales, institutions gouvernementales et organisations internationales s'engagent dans la promotion de ce secteur. C'est le cas par exemple de plusieurs GIC locaux, du MINEPIA, d'INADES - Formation Cameroun, de l'IRAD, de la Banque Mondiale, du FIDA, etc. L'initiative de l'unité de formation du NAPTPC s'inscrit dans cette logique.

Le fait que les apprenants boursiers du gouvernement camerounais suivent un curriculum et un traitement différents de celui conçu par le NAPTPC pour ses formés conduit à certains ajustements. En effet, certains cours sont dispensés en tronc commun pour les deux groupes et les apprenants du programme modulaire du NAPTPC prennent part à certains cours destinés aux apprenants boursiers. Par ailleurs, les étudiants boursiers reçoivent une ration alimentaire de 1000 F CFA par jour. Le NAPTPC, faute de moyens pour faire jouir ses propres apprenants des mêmes prérogatives, entreprend d'offrir à ceux-ci un repas par jour en vue d'éviter les récriminations. Cette initiative augmente les besoins du NAPTPC en fonds de roulement.

Outre les cours théoriques et pratiques qu'il dispense à ses propres apprenants depuis 2008, le NAPTPC est également un lieu de stage académique très sollicité par certaines spécialités des universités du Cameroun, comme la Faculté d'Agriculture et de Sciences Animales de l'université de Dschang et celle de l'Université Catholique du Cameroun; la faculté vétérinaire de l'Université de Saragosse en Espagne avec la signature d'un accord de partenariat en 2010, le collège régional d'agriculture de Bambili à Bamenda et le collège de technologie de l'Université de Bamenda.

Les étudiants de ces universités et Ecoles de Formation qui arrivent au NAPTPC ont des niveaux variés. Ils sont inscrits de la première année du cycle universitaire à la deuxième année du Cycle Master. Leur présence dans le NAPTPC a permis de développer non seulement l'unité de formation, mais aussi grâce à leurs rapports de stage et exercices pratiques dans la ferme, l'unité de production. Comme illustration, suite à la démission subite du responsable de l'unité de production des poulets de chair en août 2013, un nouvel employé a été recruté, mais il ne maîtrisait pas le système de chauffage des poussins et il en a causé la mort de plus 700. C'est grâce à l'assistance technique d'une étudiante de l'Université Catholique du Cameroun en stage au NAPTPC pendant cette période que les causes du décès sont identifiées et des solutions adéquates trouvées et appliquées. Un jour après, le nombre de décès est passé d'une centaine par jour à une vingtaine et finalement à trois ou quatre décès un peu plus tard.

En somme, les centres de formation agropastorale et universités ainsi que les promoteurs locaux, nationaux et internationaux des activités agropastorales ont pour mission de promouvoir l'agro business, de capitaliser les connaissances traditionnelles et de vulgariser les expériences de développement, de renforcer les capacités des acteurs pour une plus grande efficacité dans la mise en oeuvre et la gestion des initiatives de développement agropastorales. Il s'agit donc d'allier la théorie à la pratique ensemble car la création des milieux de production agropastoraux se révèle efficace pour la mise en pratique des théories apprises.

* 105 La culture de la banane plantain, de l'igname, du maïs, des carottes, des choux, des haricots des légumes et d'autres plantes du jardin ; la préparation et utilisation des engrais chimiques et naturels ; l'administration d'une ferme et d'une plantation ; l'élevage des lapins, haulacodes, porcs, poulets de chair et pondeuses ; la préparation de pépinière pour les plantules ; la préparation des aliments pour les animaux  de la ferme ; la formation humaine ; la formation spirituelle.

* 106 Philippe LAVACHERY, « Le peuplement des grassfields : recherches archéologiques dans l'ouest du Cameroun » in Afrika Focus, Vol. 14, N° 1, 1998, p. 32.

* 107 Philippe LAVACHERY, « Le peuplement des grassfields : recherches archéologiques dans l'ouest du Cameroun » in Afrika Focus, Op. cit., p. 32.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.