WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Culture managériale et pérennisation des projets de développement au Cameroun: cas du nazareth agro pastoral training and production centre de menteh (bamenda)

( Télécharger le fichier original )
par Albert Legrand TODJOM MABOU
Université Catholique d'Afrique Centrale - Master Développement et Management des Projets en Afrique 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

DEUXIEME PARTIE

Le management : levier d'une mise en oeuvre pérenne des projets de développement

Les grandes étapes de l'évolution du projet

Synthèse subvention d'exploitation et d'investissements

IlCe propos nous montre que tu n'as pas cherché davantage ! Même quand c'est difficile comme tu le dis ne jamais l'exprimer dans ton document aussi froidement...Utiliser des tournures linguistiques ou élaguer le détail simplement est presque impossible de savoir avec exactitude combien d'argent à été investi au Nazareth Agro Pastoral Training and Production Centre de Menteh depuis 1993 où le P. Izuel monte le premier projet. Ceci est dû au non archivage de tous les documents économiques liés aux subventions des bailleurs de fonds et du fonctionnement du Centre. Nous allons uniquement nous appuyer sur les informations fournies par les archives trouvés dans le Centre.

Selon ces documents le premier grand investissement est lié au lancement du Centre en 1993. Il s'agit de la somme de 19. 830. 000 F CFA (Voir Annexe N°0000). Cette subvention est utilisée comme décrit dans le tableau ci-dessous (Voir Annexe N°00000) :

DESIGNATION

MONTANT EN F CFA

Acquisition titre foncier

3 750 000

Relocalisation d'un voisin

800 000

Plants d'arbre

200 000

Construction d'un pont :

900 000

Excavation de la route :

800 000

Canalisation des eaux de pluies 

600 000

Système d'adduction d'eau 

4 680 000

Electrification

1 050 000

Construction édifice administratif 

1 250 000

Construction dortoirs

3 000 000

Construction édifice agropastoral 

1 500 000

Quelques projets agricoles 

300 000

Direction technique et administration 

1 000 000

TOTAL

19 830 000

CHAPITRE 3

CHAPITRE 3

MANAGEMENT ET PERENNISATION DU NAZARETH CENTRE

TABLEAU N°01

Le deuxième grand investissement vient en 2007 d'une ONG espagnole : Manos Unidas119(*). Le montant de la subvention s'élève à 110.772 Euros c'est-à-dire 72.661.668,8 Francs CFA (Cf. Annexe N°00000). C'est le premier grand investissement qui a permis véritablement la construction de premières infrastructures du Centre notamment la construction et l'équipement de deux poulaillers, une lapinerie, une porcherie, un bâtiment pour mélange et stockage des aliments pour animaux, l'investissement pour l'achat des premiers animaux pour l'élevage et les salaires et autres dépenses de fonctionnement pour la première année.

En 2008, la Fundación Itaka Escolapios, une ONG espagnole dont le siège est à Bilbao en Espagne, dont le processus de reconnaissance est encore en cours au Cameroun, signe un accord de partenariat avec la Congrégation des Pères Piaristes. Un des points de cet accord stipule que cette ONG s'engage à fournir des fonds pour le déficit de fonctionnement ordinaire du Nazareth Centre et à fournir dans la mesure de ses possibilités et des réponses de ses bailleurs de fonds de l'aide pour la subvention d'investissement au Centre. Au cours de cette première année la Fundación Itaka Escolapios accorde la ferme une aide financière pour la subvention d'investissement d'un montant de 1.000.000 F CFA pour l'équipement de la bibliothèque ; d'un montant 2.000.000 FCFA pour la préparation d'un curriculum académique pour l'unité de formation de la ferme ; d'un montant de 750.000 FCFA pour l'achat de deux ordinateurs portables pour l'usage de l'administration de la ferme et d'un montant d'environ 21.200.000 F CFA120(*) pour un projet de microcrédit initié à la ferme pour les apprenants arrivés au terme de leur formation.

Le 19 janvier 2009, la Fundación Itaka Escolapios reçoit du gouvernement camerounais l'agrément pour ouvrir un siège. C'est la naissance de la représentation camerounaise de l'ONG. Celle-ci est reconnue sous le nom de Fondation Itaka121(*). Au cours de cette année académique, la ferme reçoit une subvention d'exploitation de 24.504.998,9 FCFA et représentant les 38% de son budget d'exploitation annuel.

Au cours de l'année académique 2010-2011, Fundación Itaka Escolapios accorde une aide financière pour le fonctionnement ordinaire de 15.202.141,53 F CFA à la ferme école de Menteh et de 21.850.250 F CFA pour l'investissement dans la construction d'une porcherie.

Au cours de l'année académique 2011-2012, la subvention de la Fundación Itaka Escolapios à la ferme est de 11.321.719 F CFA pour l'exploitation. La congrégation des Pères Piaristes fait également un prêt de 16.000.000 F CFA pour l'investissement dans les animaux destinés à l'élevage. Cette somme est remboursée un an plus tard (2012-2013) par la Fundación Itaka Escolapios. En effet, le Centre à cause de sa situation déficitaire est incapable de le faire. La ferme a par ailleurs reçu les sommes de 15596400 pour la construction d'un nouveau poulailler pour les pondeuses ; 10.000.000 F CFA pour la construction d'une chambre froide ; 12.533.175 F CFA pour la création et l'équipement d'une salle informatique comportant 12 ordinateurs, une imprimante, un scanner, une photocopieuse et une connexion internet. Il important de noter que le 09 septembre 2011, une convention de partenariat entre le gouvernement camerounais et le Centre Agropastoral de Menteh.

En effet, dans la coopération française a octroyé une aide financière au Cameroun pour la promotion du secteur de l'agriculture et de l'élevage. Le gouvernement camerounais a ainsi mis sur pied à travers le MINADER122(*) et le MINEPIA123(*) un programme appelé D/ AFOP124(*). C'est dans le cadre de cette subvention que plusieurs centres agropastoraux publics et privés parmi lesquels le Nazareth Centre, bénéficient de la subvention. L'enveloppe qui revient au Centre s'élève à 83.849.800 F CFA répartie comme suit : ....... La première partie prévue pour l'année 2010-2011 est déjà versé avant la date de la signature de la convention, cette dernière étant l'aboutissement d'un long processus de négociation. Tandis que le versement des sommes destinées aux autres rubriques évolue normalement chaque année, aucune subvention destinée aux infrastructures n'est encore mobilisée alors que le contrat est à sa dernière année.

Au cours de l'année académique 2012-2013 la Fundación Itaka Escolapios a accordé une subvention d'exploitation de 11.100.000 FCFA au Nazareth Centre. Cette somme était destiné à couvrir les dépenses courantes de la fermes jusqu'au mois de décembre 2013, date à laquelle une restructuration du Centre était prévu ; la ferme a par ailleurs reçu la somme de 9.000.000 FCFA pour l'achat d'une camionnette pour les achats et les livraisons ; 12.500.000 FCFA pour l'achat des cages pour l'élevage des pondeuses

Revoir l'écriture de tes notes de bas de page

.

Au cours de l'année académique 2013-2014, Fundación Itaka Escolapios après une étude qui lui est présenté octroie une Centre deux subventions. L'une d'un montant de 3.060.720 F CFA pour l'unité de formation et l'autre d'un montant de 18.241.333 F CFA pour l'unité de production. La subvention pour l'unité de production est considérée comme la dernière subvention de cette ONG pour financer la production au Centre. Cette dernière doit ainsi permettre au Centre d'être pérenne sur le plan financier surtout en ce qui concerne la production.

Le développement de l'unité de formation

Comme cela est bien spécifié déjà dans le premier document de projet soumis par le P Juan Izuel à l'Archevêque de Bamenda, la formation occupe une place fondamentale dans le projet du Nazareth Center. Mais comme c'est un domaine technique, les infrastructures de production sont indispensables dès le début pour que la formation ne se limite pas au niveau théorique.

La première promotion de formation agropastorale commence en septembre 2008. En effet, après une période de sensibilisation dans la presse radio de la ville de Bamenda, les paroisses et autres lieux de cultes et de rassemblement de la ville de Bamenda, 10 filles et 9 garçons s'enregistrent pour la formation pour cette première cuvée (Cf. Annexe 0000).

Au cours de l'année 2009-2010, ils sont ..... Filles et ..... Garçons qui reçoivent la formation au Centre. 2010-2011 ; 2011-2012 ;

Au cours de l'année académique 2012-2013 le Centre accueille au total 75 apprenants donc 35 en première année de formation longue de deux (13 filles et 22 garçons) ; 31 en deuxième année (22 filles et 1 garçon) et 9 en formation modulaire de trois mois (3 filles et 6 garçons) ; Pour l'année académique 2013-2014, .... Apprenants sont déjà au Centre et tous sont pour le moment des boursiers du programme D/AFOP.

La formation porte essentiellement sur les techniques agricoles et d'élevage notamment dans la culture du plantain, igname, maïs, carottes, choux, haricots légumes et autres plantes du jardin ; préparation et utilisation des engrais chimiques et naturels ; l'administration d'une ferme et d'une plantation ; l'élevage des lapins, aulacodes, porcs, poulets de chair et pondeuses ; préparation de pépinière pour les plantules ; préparation des aliments pour les animaux  de la ferme ; formation humaine et la formation spirituelle.

Au cours de l'année 2008, année de lancement de l'unité de formation, un curriculum de formation est élaboré. En effet, ???????

A partir de septembre 2010, l'unité de formation connaît un grand développement avec le début du partenariat entre le Centre et le programme D/AFOP du gouvernement camerounais. En effet, ce dernier permet l'arrivée au Centre d'environ 35 apprenants boursier du dudit programme portant à environ 70 nombre d'apprenants pour cette l'année académique. Le fait que les apprenants boursiers suivent un curriculum et un traitement différents de celui conçu par le Centre pousse celui-ci à des ajustements. En effet, certains cours sont faits ensembles avec les deux groupes et les apprenants du programme modulaire du Centre prennent part à certains cours destinés aux apprenants boursiers. D'autres parts, les étudiants boursiers reçoivent une ration alimentaire de 1000 F CFA par jour. Le Centre n'ayant pas assez de moyens pour faire jouir ses propres apprenants des mêmes prérogatives et pour éviter des revendications, commence la tradition de faire un repas pour les étudiants tous les jours pour les apprenants. Cette initiative augmente ses besoins en fond de roulements.

Outre les cours théoriques et pratiques que le Centre donnent aux apprenants depuis 2008, il est également un lieu de stage académique très sollicité par certaines spécialités des universités du Cameroun comme la Faculté d'Agriculture et de Sciences Animales (F.A.S.A.) de l'université de Dschang au Cameroun et celle de l'Université Catholique du Cameroun (CATUC) ; la faculté vétérinaire de l'Université de Saragosse en Espagne avec la signature d'un accord de partenariat en 2010 (Cf. Annexe 0000) et l'Ecole Technique d'Agriculture ??? de Bambili à Bamenda.

Les étudiants de ces universités et Ecoles de Formation qui arrivent au Centre varient de la première année du cycle universitaire à la deuxième année du Cycle Master. Leur présence dans le Centre a permis non seulement de développer l'unité de formation mais à travers leurs rapports de stage de mieux développer l'unité de production. Comme illustration, suite à la démission subite du responsable de l'unité de production des poulets de chair en août 2013, un nouvel employé est recruté. Ce dernier ne maîtrisant pas assez le chauffage des poussins cause la mort de plus 700 poussins avec un nombre grandissant de décès chaque jour. C'est grâce à l'assistance technique d'une étudiante de l'Université Catholique du Cameroun en stage au Centre pendant cette période que les causes du décès sont identifiées et des solutions adéquates trouvées et appliquées. Un jour après la présence dans cette unité le nombre de décès passe d'une centaine par jours à une vingtaine et finalement à trois ou quatre décès quelques jours après.

Le développement de l'unité de production

Bien que l'unité de formation et celle de production soient définies comme les deux axes principaux du projet du Nazareth Centre, l'unité de production est initiée avant et connaît une rapide évolution.

En effet, après la réception des premiers fonds d'investissement recherchés par le P. Juan Izuel, la première activité de production commence avec la présence dans la ferme de deux boeufs utilisés pour la traction animale dans les cultures en 1996. Mais cette expérience n'a pas durée car l'initiateur du projet décide non seulement de rentrer dans son pays natal l'Espagne mais de quitter le sacerdoce. Cet incident ralenti aussi bien le développement de l'unité de production que le projet tout entier lui-même.

Il faudra attendre l'année 1998 pour voir arriver le P. José Antonio Gimeno qui décide de poursuivre les initiatives du P Juan Izuel. Etant Docteur en Biologie Animale, il a plus d'intérêt à développer le projet. Ces multiples contacts en Espagne lui permettent de trouver des fonds et des équipements pour le Centre. Il ferra venir à travers plusieurs conteneurs des équipements notamment pour développement de la production des lapins, des oeufs, des porcs, et l'élevage des poulets et pour l'agriculture. Il fait venir des équipements tels que : la machine de classification des oeufs, une trentaine de cages complets pour l'élevage de lapins qui est par ailleurs son domaine d'élevage préféré ; appareils pour traitement des poulets et pondeuse ; médicaments pour animaux ; plusieurs livres sur l'élevage, le traitement des animaux et l'agriculture.

Certains religieux se proposent de l'accompagner dans le projet. Il s'agit d'abord d'Albert Legrand Todjom Mabou, jeune religieux encore en formation. Mais ce dernier se retire quelques mois plus tard ayant trouvé que l'activité agropastorale ne correspond pas à son aspiration personnelle. Un autre jeune religieux se propose un an après. Il s'agit de GHANI Justine. C'est avec ce dernier que les bases de la production seront posées. Ce dernier va suivre les travaux ultérieurs de développement du centre et même diriger le centre car le P. José Antonio quitte brusquement le Cameroun en 1999 suite à un problème de coeur. Mais il garde avec Ghani Justine une relation étroite dans le développement de la production au Nazareth Centre (Cf. Annexe 0000).

Le secteur de production qui connaît un grand développement avec Ghani Justine est celui des lapins et des porcs. Cette production est essentiellement destinée à la vente à la population environnante et par les communautés des Pères Piaristes. Les fruits des ventes permettent de soutenir la production et de couvrir les besoins essentiels du Centre.

Ghani Justine coordonne les activités de production au Centre jusqu'en 2008, date à laquelle la Congrégation des Pères Piaristes l'invite à passer le témoin à un autre religieux de la même Congrégation, mieux préparé dans le domaine agropastoral. C'est ce qui ressort de cet extrait d'une correspondance que lui-même envoi à Manos Unidas, un des bailleurs de fonds du Centre : « Je voudrais signaler les intentions des Pères Piaristes de changer le responsable du projet. La lettre d'information et de demande de compréhension de ce changement sera bientôt adressée au bureau administratif de Manos Unidas par le Supérieur Majeur, le Révérend Père Mariano Grassa. La raison de ce changement est que notre frère (Djam Wilfred Chiatoh) qui était envoyé à l'Institut Supérieur des Sciences Agrovétérinaire (ISAV) à Kinshasa en République Démocratique du Congo vient de terminer ses études et est retourné afin de s'embarquer totalement dans le projet(...). Ainsi le rapport final sur le projet après ce deuxième rapport à mis parcours sera fait par Wilfred puisqu'il prendra bientôt en charge l'exécution du projet à partir de ce point. »125(*)

Avec l'arrivée de Djam Wilfred, rejoint un an plutard par le P. Roméo, un autre religieux formé dans le même institut supérieur, commence pour le Centre une période radieuse au niveau de la poursuite des investissements (Annexe 000) ; de la formation et surtout de la production. En effet, ces derniers se distinguent par un enthousiasme et le dynamisme dans le développement du secteur de production. La production des lapins est continué mais Ils développement notamment la production des porcs avec l'importance des races spéciales de la Belgique ; le lancement de l'élevage des pondeuses et la production des oeufs, le lancement de production des aulacodes et de développement de la production du maïs, ignames et plantes du jardin.

L'offre est en-dessous de la demande car plusieurs personnes se rendent au Centre pour acheter ces produits qui se distinguent dans la région par sa qualité et ses prix. Cet effort et engagement ne tarde pas à se faire récompenser. En effet, le centre reçoit le prix national de meilleure race de porc et de la meilleure race de lapin lors du comice agropastoral d'Ebolowa en 2011. En 2012, le Centre dispose d'un stock de plus de 250 porc avec certains pesant plus de 200 kilogrammes. La ferme avicole est en également florissante au vue du rythme constant de la production. En effet, avant la fin de la vente d'une cuvée de poulets, des poussins sont déjà dans la poussinière en train d'être chauffés.

Malheureusement c'est pendant cette année que le Centre connaît l'une de pire crise de son histoire. En effet, pour la première fois, la ferme est atteinte par la peste porcine. Presque tous les porcs sont atteints et décèdent les un après les autres ou sont abattus et brûlés. La perte est estimée à plus de 20.000.000 F CFA. Les autorités administratives de la région et surtout de la délégation régionale de l'agriculture du Nord Ouest ont fait plusieurs promesses d'assistance du gouvernement camerounais mais elles sont restées toutes vaines. Les dernières informations recueillies auprès de la même délégation disent que le dossier d'assistance se trouve déjà à Yaoundé et mais que le montant de l'aide du gouvernement ne peut aller au-delà de 3.000.000 F CFA.

Cette épidémie entraîne également la fermeture de l'unité porcine car les dispositions techniques suggèrent que la ferme soit désinfectée et qu'une nouvelle production porcine ne commence pas avant six mois. Après cette période de quarantaine de la ferme, la production porcine ne peut être relancée à cause des difficultés économiques auxquelles fait face le Centre. La ferme avicole a également fonctionné au ralentie car la production est passée de 6000 poulets à 1500.

Relevons que l'épidémie de la peste porcine n'est pas à elle seule responsable de la crise financière de la ferme. A elle s'ajoute des problèmes managériaux au Centre. En effet, les membres de l'équipe d'administration de la ferme accusent la Fundacion Itaka Escolapios d'ingérence dans la gestion interne du Centre à travers son siège du Cameroun et de pression dans la réclamation des justifications en oubliant les aléas de la production et de la gestion de la ferme agropastorale. De l'autre côté la Fundacion Itaka Escolapios accuse l'équipe d'administration d'absence de clarté dans la gestion financière et de légèreté dans le suivi des activités de formation et surtout de production compte tenu du solde déficitaire de la ferme chaque année malgré les investissements et les promesses au début de chaque année de l'équipe d'administration de rendre la ferme autosuffisante.

Avec la dernière subvention reçue le Centre de la Fundacion Itaka Escolapios, la production est relancée depuis le mois d'août 2013. En effet, la ferme avicole a repris ses activités de production avec le lancement de la première cuvée de 1500 poulets suivi d'une cuvée de 4000 sujets et ensuite de 1500. D'autres l'élevage des pondeuses à repris avec la première cuvée comportant 2000 lancée en octobre 2013 et une deuxième cuvée prévue être lancée avril 2014. L'élevage porcin est relancé avec l'achat de 5 truies et d'un verrat chargés de repeupler la ferme de porcs.

Outres ces investissements, certaines dispositions administratives sont prises pour faciliter la croissance vers la pérennisation. Notamment, presque tout le staff administratif du Centre est renouvelé au cours des mois de juin, juillet et août 2013 : le Directeur du Centre démissionne et est remplacé par le Directeur de production qui devra cumuler les deux fonctions. Cette fonction est donnée pour la première fois à un laïc ; Un poste de Directeur Titulaire est créé et un religieux de la Congrégation des Pères Piaristes y est nommé ; Un poste de Directeur Marketing et de vente est créé et est confié à celui qui était précédemment le chargé des achats ; Un poste de comptable est créé et un comptable professionnel est recruté ; Le Centre est divisé en Unités de production avec à la tête un manager d'unité. Les unités de production sont conçues pour fonctionner désormais comme de petites entreprises au sein de la grande entreprise qu'est le Centre. Outres ces dispositions administratives, le siège central de la Fondation Itaka en Afrique centrale basé à Yaoundé qui est chargé du suivi technique et financier du Centre décide de faire des missions de suivi et de contrôle budgétaire et de fonctionnement général toutes les deux semaines

OUFFF !!!! Trop platonique. Analyse un peu au bout de chaque idée. Je veux dire tiré des petites leçons de chaque idée tout en faisant toujours le lien avec ton thème et ce que tu veux démontrer par cette recherche !

.

Inutile

Introduction

« Manager, c'est transformer le travail des autres en performance durable »126(*). Par ces propos le management peut ainsi se concevoir comme le processus par le lequel des résultats sont obtenus de manière efficace et efficiente à travers la coopération de l'autre en vue de durer dans le temps et l'espace. Le management en effet ne peut véritablement être séparé de la pérennisation dans une organisation ou projet. Nous voulons dans ce chapitre analyser ce lien qui existe entre le management et la pérennisation en illustrant nos propos avec le cas du Nazareth Agro Pastoral Training and Production Center.

* 119 Manos Unidas est une association de l'Église Catholique en Espagne pour l'aide, la promotion et le développement du Tiers monde. C'est, également une Organisation Non gouvernementale pour le Développement, (ONGD), de volontaires, catholique et laïc. Elle a pour mission de lutter contre la faim, les déficiences nutritionnelles, la misère, la maladie, le sous-développement et le manque d'instruction et travailler pour éradiquer les causes structurelles qui les produisent : l'injustice, la distribution inégale des biens et des opportunités entre les personnes et les peuples, l'ignorance, les préjugés, l'absence de solidarité, l'indifférence et la crise de valeurs humaines et chrétiennes. En plus de la ferme école de Menteh, elle a collaboré dans plusieurs projets des Pères Piaristes et de la Fondation Itaka au Cameroun.

* 120 Archives Fondation Itaka.

* 121 Arrêté N°00007/A/MINATD/DAP/SDLP/SAC du 19 janvier 2009.

* 122 Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural.

* 123 Ministre de l'Elevage, des Pêches et des Industries Animales.

* 124

* 125 Correspondance à Manos Unidas le 10 août 2008 traduit de l'anglais par nous-mêmes.

* 126 Stephen ROBBINS et al., Management, l'essentiel des concepts et pratiques, Opt. Cit., p.Management, l'essentiel des concepts et pratiques, P. 26.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.