WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Culture managériale et pérennisation des projets de développement au Cameroun: cas du nazareth agro pastoral training and production centre de menteh (bamenda)

( Télécharger le fichier original )
par Albert Legrand TODJOM MABOU
Université Catholique d'Afrique Centrale - Master Développement et Management des Projets en Afrique 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

B. Les particularités managériales du NAPTPC

La typologie desL'enjeu lié au choix d'un modèle managérial est principalement celui de faire prospérer l'organisation et de l'établir dans la durée en la rendant pérenne. L'analyse Identifier ledu modèle managérial du Nazareth CentreNAPTPC depuis sa création peut aider àest importante pour évaluer comprendre l'impact du management sur la durabilité du Centre.

1. Le management participatif

Revoir ce titre ! Ton titre doit traduire aisément ton contenu ! l'homme de la rue ou étranger à aux sciences sociales ne connait pas le Management Participatif !

L'implication de toutes les parties prenantes dans la gestion

L'implication de toutes les parties prenantes dans la gestion fait appel à la mise en pratique d'une culture managériale participative.

L'analyse documentaire et des données de l'enquête de terrain nous a permis de constater l'utilisation du style participatif par les promoteurs du projet à l'origine. Pour ce modèle managérial, « les meilleures décisions sont prises en tenant compte d'avis différents (...) Ainsi elLe management participatif s'appuie sur l'apport de chacun pour faire croître l'entreprise

Revoir l'écriture de tes notes de bas de pages

, il « considère les différences comme des ressources à valoriser ».190(*) C'est pourquoi dans ce modèle managérial des dispositions sont prises pour mettre  ; met « en place des modalités de participation pour résoudre les problèmes et prendre les décisions qu'impose un environnement qui évolue sans cesse. »191(*)

Une réelle participation des bénéficiaires ou de la population locale et non pas seulement une participation conceptuelle est capitale dans management participatif. En effet, on ne peut plus aujourd'hui monter des documents de projets de développement sans inclure les termes comme développement participatif. Mais souvent on a remarqué que : « Le mot `participation' est mentionné dans le document de projet pour indiquer la part active que les paysans devront prendre au projet qui leur est proposé ou, plus exactement, imposé. »192(*) Plusieurs bailleurs de fonds préconisent ainsi officiellement des méthodes participatives tout en acceptant de financer des projets exclusivement sectoriels qui ne prennent réellement pas en compte la participation active de toutes les couches sociales présentes dans la localité.

Cependant, l'implication et la motivation de toutes les parties prenantes d'un projet de développement est un élément fondamental pour sa réussite et surtout pour sa pérennité car « les gens qui se sentent bien dans leur peau produisent de bons résultats »193(*) Pour parvenir à l'implication de tout le monde, les promoteurs de développement doivent avant tout intérioriser l'approche d'un développement qui passe par l'autopromotion des populations. Jan Vankrunkelsven soutient cette vision du développement et invite à mettre l'homme, et surtout celui pour qui l'action sociale est entreprise dans une localité donnée, au centre du processus. En effet, pour lui :

« Le développement par l'autopromotion est un processus de développement qui valorise l'homme, le place au centre des activités parce qu'il en est l'acteur en même temps que le bénéficiaire. Ainsi sont pleinement mises en valeur la dignité de la personne et la responsabilité de chacun, de même que le dynamisme de chaque communauté ».194(*)

L'implication de la population de Nkwen et de Menteh se fait sentir dans l'élaboration du projet initial du Nazareth CentreNAPTPC à travers la contribution locale en dons de terres, de matériaux de construction et de main d'oeuvre pendant les travaux de construction. C'est ce que confirment les propos suivants des promoteurs après la fabrication des briques de terre par la population de Menteh: « Nous remercions la population de Menteh pour leur travail splendide et nous espérons que tous vont achever leur contribution dans les deux prochaines semaines afin que le reste des quartiers puisse mettre la main dans cet important projet éducatif et de développement »195(*) et ils poursuivent en lançant un appel à contribution : 

«  « Nous appelons toute la population de Nkwen et la population de Menteh en particulier de donner généreusement quelques bon plants d'eucalyptus afin que nous puissions planter pour le projet à Menteh. Puisse le comité de l'Eglise de Menteh et l'association des parents d'élèves faire la campagne ». »196(*)

Le résultat ne se fait pas fait attendre : une forte mobilisation de la population du quartier Menteh et de ses environs au début du projet a permis l'implantation de la ferme dans ses débuts. En effet, les bénéficiaires de Nkwen et de Menteh en particulier ont considéré ce projet comme le leur et s'y sont investis tant sur le plan humain que financier. Jan Vankrunkelsven soutient que c'est vers un pareil objectif que doivent tendre les projets de développement en faveur des populations locales car « une autopromotion réaliste et efficace demande que les communautés s'organisent pour une prise en charge locale des actions de développement ».197(*)

Cette recommandation de Vankrunkelsven a trouvé un écho favorable dans le projet du NAPTPC au cours de sa mise en oeuvre. En effet, Ll'implication de la population locale ne s'est pas limitée à la phase de l'implantation du projet. En effet, eElle s'est poursuivie quelques années plus tard lorsque la ferme a développé l'unité de production et s'est concrétisée par la constitution d'un Conseil d'Administration dans lequel siégeaient le représentant légal de la Congrégation des Pères Piaristes, le directeur du centre, le chef de quartier de Menteh, des techniciens d'agriculture et d'élevage du village et le représentant du personnel enseignant. Coordonné par le représentant régal de la Congrégation des Pères Piaristes, ce conseil, organe de décision avait pour rôle d'approuver tous les projets et grandes orientations et de suivre leur exécution ; d'approuver le budget annuel; d'approuver les bilans comptables ; de suivre le management de la structure et de valider tous les recrutements de personnel. Les propos d'Albert Lorent trouvent dans cette manière de gérer tout leur sens. En effet, pour lui :

« Le management participatif s'appuie sur l'apport de chacun pour faire croître l'organisation, met en place des modalités de participation, pour résoudre les problèmes et prendre les décisions qu'impose un environnement qui évolue sans cesse, développe les capacités de négociation entre les différents acteurs pour parvenir à un compromis, le plus satisfaisant possible, entre les intérêts des individus et ceux de l'organisation ».198(*)

C'est grâce à cette forte implication de la population locale dans la conception, la mise en oeuvre et la gestionNazareth Centre, que le NAPTPC s'est très rapidement développé et s'est forgé une notoriété considérable dans le village et la région du Nord Ouest. Les gens se déplaçaient de loin pour venir s'y approvisionner. Ils appréciaient la qualité des produits commercialisés comme l'atteste le jugement d'une ménagère :

« « J'ai entendu parler beaucoup de ce Centre comme un lieu où l'on apprend comment prendre soin des animaux et où l'on élève les animaux. Je suis moi-même allée là-bas et j'ai apprécié tout cela surtout la qualité de leurs oeufs, poulets et légumes de champs. Quand j'en ai besoin ce n'est que là-bas que je vais acheter ». »199(*)

Au regard de ce rayonnement, on pouvait tabler sur la durabilité du projet dans le temps et l'espace. Mais actuellement il n'est plus que l'ombre de lui-même, car les crises au sein de l'équipe dirigeante sont parfois perçues par la population. En outre, c'est le ralentissement de certaines et surtout certaines activités qui drainaient la population vers le Centre fonctionnent maintenant au ralenti et d'autres ont été suspenduet même l'arrêt complet de certaines d'entre elles qui indignent les gens comme en témoignent les récriminations du Chef deu quartier de Menteh corro:

« « Les gens voyaient l'Eglise comme un oeuf. Ils ont eu confiance en elle. C'est à l'Eglise que les terres ont été données. Les gens espéraient que le développement viendrait rapidement quand c'est un Centre religieux qui est installé chez. Mais maintenant on ne comprend pas pourquoi tout est arrêté ; les poulets et les porcs ne sont plus produits alors que moi-même j'allais m'approvisionner au Centre pour élever. Je suis membre du Conseil d'Administration mais cela fait déjà longtemps que nous n'avons plus siégé comme on le faisait avant. J'ai écouté que l'ancien Directeur n'était pas en bon terme avec ses supérieurs et certains bailleurs de fonds. Nous voulons que les choses reviennent à la normale ». »200(*)

La structure est même menacée de faillite. Le management participatif qui a fait rayonner le NAPTPC ne peut remettre en cause sa pérennisation. Une analyse minutieuse et surtout l'enquête auprès du personnel actuellement en service accusent un certain style de gestion qui s'est enraciné au fil des années dans les moeurs et qui met en péril sa pérennité. qui justifie ce risque de disparition du Nazareth Centre.

* 190 Albert LORENT, Management participatif et conduite du changement, Yaoundé, Coll. Apprendre, PUCAC, 2011, p. 69.

* 191 Ibid.Lorent Albert, Management participatif et conduite du changement, PUCAC , Mai 2011, p. 69.

* 192 Anne-Marie HOCHET et al., Développement rural et méthodes participatives en Afrique, la recherche - action - développement, une écoute, un engagement, une pratique, Paris, Harmattan, 1995, p. 1995.

* 193 Blanchard KENNETH et Johnson SPENCER, Le manager minute, Op. cit., p. 23.

* 194 Jan VANKRUNKELSVEN, Autopromotion du monde rural, Op. cit., p. 15.

* 195 Saint Michael Catholic mission - Futru-Nkwen, Newsletter, 21 janvier 1996 (Traduit de l'anglais par nous-même).

* 196 Ibid.

* 197 Jan VANKRUNKELSVEN, Autopromotion du monde rural, Op. cit. p. 20.

* 198 Albert LORENT, Management participatif et conduite du changement, Op. cit., p. 140.

* 199 Propos d'un habitant du village Nkwen recueillis pendant l'Source : enquête effectuée à Menteh du 30 juillet au 3 août 2013. (Traduit de l'anglais par nous-même).Enquête du........

* 200 Ibibid.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.