WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Culture managériale et pérennisation des projets de développement au Cameroun: cas du nazareth agro pastoral training and production centre de menteh (bamenda)

( Télécharger le fichier original )
par Albert Legrand TODJOM MABOU
Université Catholique d'Afrique Centrale - Master Développement et Management des Projets en Afrique 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

I. Efficience et Efficacité dans la mise en oeuvre des projets de développement

L'efficacité est le rapport entre les résultats obtenus et les objectifs fixés. Alors que l'efficience caractérise la capacité à atteindre des objectifs au prix d'une consommation optimale de ressources. Améliorer en permanence l'efficacité et l'efficience de ses processus est un moyen important pour garantir la stabilité et la survie de toute structure.

A. Pour une gestion efficace et efficiente des projets de développement

Un projet est appelé à atteindre ses objectifs en utilisant les moyens disponibles. L'efficacité et l'efficience en gestion de projet devient ainsi un véritable enjeu. Au sein d'une entreprise ou d'un projet, les directions ou instances mettent en place des structures et stratégies qui permettent d'atteindre les objectifs fixés sans déficit ou surplus non justifié de moyens. Sans prétendre à l'exhaustivité, on peut citer la stratégie de communication, la stratégie de gestion commerciale et la stratégie de gestion financière.

1. Stratégie de communication et de gestion commerciale en vue de l'efficacité

« Il n'y a pas de communication d'entreprise sans plan de communication. »243(*) Cette affirmation de Thierry Libaert souligne la nécessité de planifier la communication dans une entreprise comme tous les autres aspects de la vie. Même si la communication peut s'organiser différemment, elle est très liée à la gestion commerciale. En effet, tout ce que la structure produit et développe ne peut créer un impact et ne peut être écoulé que si cela est bien connu dans l'entourage immédiat et lointain de la structure, à travers une stratégie affichée de communication et une procédure de gestion commerciale.

Elaborer une stratégie de communication, c'est planifier et coordonner la communication. En effet, en raison d'un contexte de concurrence de plus en plus vive, le marketing indifférencié atteint rapidement ses limites. La stratégie de communication permet de surmonter ces limites, à travers le plan de communication qui donne de la cohérence aux différentes actions de communication de l'entreprise notamment la presse, la publicité, le marketing et la communication interne et externe. Pour organiser le plan de communication, il faut viser les cibles en fonction d'objectifs précis et prendre en compte les enjeux du contexte ou de l'environnement dans lequel est établie la structure concernée. La gestion commerciale quant à elle, bénéficie des fruits de la communication, qui porte spécifiquement sur les procédures mises en place pour faire connaître et écouler ses produits au NAPTPC. C'est pourquoi le plan de gestion commerciale et celui de la communication s'imbriquent ou se complètent.

Le déficit de communication est l'un des dysfonctionnements qui mettent en péril la pérennisation du NAPTPC. En effet, en dehors de quelques dépliants conçus en noir et blanc et contenant des informations sur les activités du NAPTPC et de quelques publicités radiophoniques, aucune action véritable n'a été engagée dans le domaine de la communication. Lors de l'enquête, les critiques de la population locale fusent de manière récurrente au sujet de la pénurie en informations sur les activités du NAPTPC. Ainsi, l'urgence d'une stratégie de communication appariée à une politique de gestion commerciale est pour le NAPTPC une suggestion importante. Cette double exigence découle de la réponse à ces cinq questions : « Qui, dit quoi, à qui, par quel canal, avec quel effet ? »244(*)

Les enquêtes qui ont été menées au NAPTPC ont permis de relever malgré quelques points positifs, beaucoup d'insuffisances qui justifient en partie la médiocrité des performances. En effet, concernant la popularité du NAPTPC, 63% de la population interrogée affirme ne pas connaître le NAPTPC contre 27 % seulement qui en ont déjà entendu parler (Cf. graphique N° 1).

Graphique N° 1: Répartition du nombre d'enquêtés connaissant le NAPTPC

Source : Analyse des données de notre enquête effectuée au NAPTPC du 30 juillet au 03 août 2013.

Concernant les personnes qui sont au courant de l'existence du NAPTPC, elle sont 46% à affirmer l'être au moyen d'un ami, d'un voisin ou d'un parent (A), 27% le connaissent à travers un employé du NAPTPC (C) et 27 % à travers d'autres moyens de communication (D) notamment les communiqués à l'Eglise (Cf. graphique N° 2).

Graphique N° 2: Représentation des canaux d'information en fonction des personnes connaissant le NAPTPC

Source : Analyse des données de notre enquête effectuée au NAPTPC du 30 juillet au 03 août 2013.

Parmi les personnes connaissant le NAPTPC, elles sont 73% à affirmer acheter au moins un produit contre 27 % qui affirment ne rien acheter du tout (Cf. graphique N° 3).

Graphique N° 3: Représentation du nombre de personnes connaissant le NAPTPC et achetant ses produits

Source : Analyse des données de notre enquête effectuée au NAPTPC du 30 juillet au 03 août 2013.

 

En ce qui concerne les produits achetés au NAPTPC, nous notons que 37% des clients affirment acheter régulièrement les oeufs (E) tandis que 25% affirment acheter les poulets de chair (G). 25% disent acheter au moins deux produits (I) au NAPTPC tandis que 13% affirment acheter les porcs (H) (Cf. graphique N° 4).

Graphique N° 4: Représentation des produits les plus achetés

Source : Analyse des données de notre enquête effectuée au NAPTPC du 30 juillet au 03 août 2013.

Concernant les raisons d'achat, 50% de clients affirment le faire en raison de la qualité des produits uniquement (Ye J) ; 25% à cause du prix uniquement (Ye K) et 25% en raison des deux (Ye M) (Cf. graphique N°5).

Graphique N° 5: Représentation des raisons d'achat

Source : Analyse des données de notre enquête effectuée au NAPTPC du 30 juillet au 03 août 2013.

À propos de la connaissance de l'existence d'une autre ferme et la destination des produits achetés, 62% de clients affirment connaître une autre ferme et revendent les produits achetés (YeYe T), 13% connaissent une autre ferme et disent utiliser les produits achetés à des fins ménagères (YeYe U) et 25% des clients disent ne pas connaître une autre ferme que NAPTPC (Ye No T). Ceci signifie que pour la plupart des clients, acheter des produits à NAPTPC relève tout simplement d'un choix (Cf. graphique N° 6).

Graphique N°6 : Représentation des personnes achetant les produits, connaissant d'autres fermes et destination de l'achat

Source : Analyse des données de notre enquête effectuée au NAPTPC du 30 juillet au 03 août 2013.

 

En effet, le premier élément qu'il est important pour le NAPTPC de définir dans son plan de communication et de gestion commerciale se rattache aux acteurs qui vont exécuter le plan. Puisqu'il n'a pas encore une cellule de communication compte tenu de sa taille, c'est le directeur marketing qui devra se charger de préparer et de veiller à la mise en pratique des plans de communication et de gestion commerciale.

Ensuite, il sera nécessaire de cataloguer le contenu de la communication et de la gestion commerciale. Il s'agira ici de répertorier tous les produits du NAPTPC, ses services et ses activités que l'on veut promouvoir. La question « à qui ? » permet de définir les cibles du plan de communication et de la politique de gestion commerciale. Les différents publics cibles peuvent être regroupés en quatre catégories auxquelles correspondent un type de communication : les collaborateurs à qui correspond la communication interne ; les consommateurs ou les réseaux de vente à qui correspond la communication marketing ou la gestion commerciale ; Les masses populaires à qui correspond la communication sociale et les partenaires à qui correspond la communication financière. La stratégie marketing actuelle du NAPTPC est inefficace, car elle est essentiellement basée sur le « bouche à oreille ». Il est question de toucher un client venu au NAPTPC, un voisin ou un ami dans l'espoir qu'il diffusera l'information. Il est également question de passer des communiqués à l'église paroissiale ou les chapelles environnantes au NAPTPC, de prendre contact avec les clients potentiels désireux d'acheter ou venant au NAPTPC acheter un produit et de les relancer au téléphone lorsqu'une nouvelle unité de production est lancée.

Une stratégie de communication efficace a pour objectif d'apporter des changements dans la structure et autour d'elle. Ce changement avant d'être communiqué aux autres cibles commence d'abord au niveau interne. En effet, comme le note Jean Marc Décaudin, « Une entreprise doit élaborer un plan annuel dont l'objectif est de relayer sa stratégie, susciter l'adhésion de ses salariés, créer du lien et développer une culture commune »245(*) Le style managérial du NAPTPC, autocratique dans le passé a créé une tension entre l'équipe de direction et les autres employés et quelquefois entre l'équipe de direction et les promoteurs. Certains de ces acteurs du NAPTPC se sont parfois engagés dans la contre publicité ou ont décidé de ne pas contribuer à le rendre visible ou à faire connaître ses activités et ses produits. Le style managérial autocratique doit donc se convertir en style participatif afin de créer dans le NAPTPC une « action collective »246(*) avec des personnes motivées et fières des leurs activités et prêtes à parler de leurs produit pour les rendre visibles. En effet, la première à payer les frais de la démotivation des employés est bien évidemment l'entreprise. La démotivation étant communicative, Il suffit parfois d'un seul salarié démotivé pour impacter toute une équipe. Cette réalité est un véritable frein aux relations professionnelles constructives.  Plus encore, cela peut devenir un cercle vicieux qui affecte directement la productivité en générale et très souvent la qualité du travail.

Les canaux de la communication et de la gestion commerciale sont variés. Toutefois, les dispositifs retenus doivent être pertinents et efficaces. Ainsi, le NAPTPC peut faire appel à la communication et à la gestion commerciale médiatiques à travers les chaînes de radio et de télévision privée et publique, la presses écrite et la production des supports de communication tels que les dépliants et autres objets floqués du nom et des photos du NAPTPC.

A ce niveau, quatre opportunités s'offrent au NAPTPC. Premièrement, il peut faire appel pour une durée déterminée à un technicien en infographie et dessins pour concevoir des supports médiatiques complets et attrayants sur ses activités et ses produits. La rémunération de ce technicien peut être faite sur la base de la définition des objectifs à atteindre. Deuxièmement, il peut utiliser d'autres canaux de la communication hors-média tels que la procédure de fidélisation des clients par des gratifications et des ristournes, ainsi que la promotion des ventes et le lancement annuel des activités. Cette possibilité permet de recruter de nouveaux acheteurs et d'assurer la fidélisation des anciens. Cette dernière a un effet immédiat et puissant dans l'écoulement des produits, par rapport à celui de la publicité. Cet effet observable et mesurable importune considérablement les concurrents. Le sponsoring qui est le quatrième canal pourrait aussi permettre au NAPTPC de multiplier sa clientèle et des apprenants pour la formation en parrainant les championnats de football pendant les vacances scolaires et en organisant le concours du meilleur planteur ou éleveur.

Le plan de communication et la politique de gestion commerciale doivent évaluer au préalable leurs effets. Mesurer l'impact d'une action, surtout quand elle a nécessité un budget, est indispensable. Pour Jean-Marc Décaudin, sur le plan interne « Il s'agit d'interroger les salariés cibles pour, dans un premier temps, savoir s'ils ont compris l'objectif de la campagne et s'ils l'ont appréciée et, dans un second temps, évaluer son impact sur leur comportement »247(*) sur le plan externe, il s'agit d'identifier ce qui pourra changer dans la production ou la formation après la mise en pratique du plan de communication et de la politique de gestion commerciale. La pérennisation d'une structure ne dépend pas seulement de ses productions, de l'efficacité de la communication ou de la qualité de sa gestion commerciale. Elle dépend bien plus de sa méthode de gestion.

* 243 Thierry LIBAERT, Le Plan de Communication, définir votre stratégie de communication, Paris, 4e Edition, Dunod, 2013, p. 2.

* 244 Harold LASSWELL in Thierry LIBAERT, Le Plan de Communication, définir votre stratégie de communication, Paris, 4e Edition, Dunod, 2013, p. 39.

* 245Jean-Marc DECAUDIN in http://www.journaldunet.com/management/dossiers/0705189-communication-interne/conseils-plan-communication.shtml, (Consulté le 29 novembre 2013 à 22h15 mn).

* 246 Michel CROZIER, Erhard FRIEDBERG, L'acteur et le système : les contraintes de l'action collective, Op. cit., p. 17.

* 247 Jean-Marc DECAUDIN, in http://www.journaldunet.com/management/dossiers/0705189-communication-interne/conseils-plan-communication.shtml, (Consulté le 29 novembre 2013 à 22h15 mn).

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.