WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Education et Mondialisation : les conséquences de la libéralisation de l'éducation prônée par l'Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS) ; illustration sur la base de la position canadienne et belge

( Télécharger le fichier original )
par Ahmed Seghaier
Univeristé de Genève - diplôme d'études approfondies en études du développement 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.2-Les aspects économiques de la mondialisation : la globalisation économique et financière

Le développement du commerce international qui a évolué dans le sens de la spécialisation géographique a amené au développement des flux commerciaux entre pays. La sous-traitance internationale, quant à elle, se développe fortement dans le même esprit de spécialisation locale. Dans le même temps un fort développement des marchés financiers, une libéralisation des changes, a contribué d'une manière très déterminante à la création d'un système économique et financier puissant capable d'assurer le financement des opérations de commerce et d'investissement au niveau international .À cet égard, les frontières territoriales des Etats nations ne peuvent plus en faire obstacle.

Ce sont les multinationales qui incarnent bien ce paysage de la globalisation de l'économie comme une nouvelle étape du système capitaliste. L'internationalisation des flux par l'implantation à l'étranger, la circulation des capitaux par milliards d'un pays à l'autre en créant de grandes opportunités spéculatives est à l'origine du phénomène de l'internationalisation et la globalisation économique et financière.

Le rôle des multinationales est très déterminant dans le phénomène de la globalisation économique et financière. Les multinationales fonctionnent selon le principe des avantages comparatifs. Elles produisent chaque élément dans le pays où les conditions sont les plus favorables et elles distribuent leurs produits et services dans tous les pays afin de couvrir le marché mondial et d'assurer l'augmentation de leurs bénéfices.

Egalement, nous pensons que l'évolution de l'économie, de la pensée économique et l'accroissement de la mondialisation n'est pas un simple discours qui cherche à imposer la libéralisation et la déréglementation des économies comme le disent certains alter-mondialistes. La mondialisation est une réalité qui se construit, qui se développe et qui essaie de s'adapter avec les circonstances en même temps que ses efforts de faire adapter et intégrer les éléments politiques, sociaux et culturels de certaines régions du monde qui refusent pour différentes raisons de se mondialiser et de s'internationaliser.

Par ailleurs, les politiques d'ajustement structurel adoptées par plusieurs pays sous les recommandations du FMI et de la Banque Mondiale ont un grand impact sur les évolutions que subissent l'éducation et le système éducatif. La décentralisation et la privatisation, qui consistent successivement à transférer certaines compétences de l'Etat à des collectivités locales élues et à des acteurs privés, sont conçues comme des politiques de reforme associées à la mondialisation. Dans ce cadre, l'Etat est désormais appelé à limiter son intervention dans le domaine des services éducatifs. Son rôle essentiel consiste à faciliter l'accès des investissements privés et à limiter parallèlement son intervention dans l'offre des services et le financement de l'éducation.

L'Etat doit également réduire les dépenses publiques dans l'éducation et augmenter les investissements privés en favorisant une gestion plus efficace des ressources, cela conduit, d'après les bailleurs de fonds, à une amélioration quantitative et qualitative de l'offre éducative. Selon la Banque Mondiale15(*), les mesures de privatisation, l'augmentation des frais payés par les étudiants et la contribution de différents bénéficiaires au financement de l'éducation doivent être encouragées.

Cette politique conduit à l'instrumentalisation de l'éducation au profit de la croissance économique en privilégiant la formation de ressources humaines selon les besoins en main d'oeuvre du marché. Les savoirs et les compétences offertes par le système éducatif public seront de plus en plus définis par les acteurs privés du marché.

La décentralisation et la privatisation de l'éducation engendrent la « diversification de l'offre éducative »16(*). Dans ce cadre, les ressources financières deviennent un déterminant de l'accès aux différents établissements éducatifs. Elles accentuent les écarts entre les différentes zones et les différentes classes sociales d'un même pays.

La création des établissements scolaires est déterminée par l'existence d'une demande solvable. La diversification de l'éducation pose essentiellement le problème de l'accès à l'éducation pour une population qui ne dispose pas des mêmes ressources financières.

Au Vietnam par exemple, la nouvelle politique éducative engagée dans le pays depuis quelques années préconise que l'accès au système éducatif public au-delà des trois premières années du primaire doit être payant17(*). Les uniformes, la fourniture scolaire et les cours privés, qui sont généralement obligatoires et souvent indispensables pour réussir l'année, sont à la charge des familles.

Également, d'après Jandhayla B.G.Tilak18(*), les études sur terrain qui sont réalisées sur l'évolution de l'éducation dans les pays asiatiques soumis à des politiques d'ajustement structurel comme le Pakistan, les Philippines, l'Indonésie et le Népal, montrent qu'il n'existe « aucune relation significative entre les indicateurs de capacité économiques comme le PNB par habitant et les dépenses publiques d'enseignement »19(*). Au contraire, dans ces pays soumis aux politiques d'ajustement, les analyses enregistrent « une baisse de toute une série d'indicateurs du développement de l'éducation »20(*). La réduction des dépenses publiques versées dans le secteur de l'éducation, le recul des taux d'inscription, notamment dans le primaire, la baisse des indicatifs relatifs à la qualité de l'éducation et à l'équité de l'accès à cette dernière sont des phénomènes associés à la globalisation économique.

* 15 Lire par exemple, Christian Laval et Luis Weber, « la Banque Mondiale, le marché scolaire à l'assaut de la pauvreté », le nouvel ordre éducatif mondial, Edition Syllepse, Paris 2002, pp, 47-73.

* 16 Michel carton, Fabienne Lagier, Frédérique Weyer, Rapport secteur Education, savoir, mondialisation, inégalités, éducation, IUED, Genève, décembre 2003, www.ruig-gian.org , p.24.

* 17 Michel carton, Fabienne Lagier, Frédérique Weyer, op.cit, p.28.

* 18 Jandhayla B.G.Tilak, « les effets de l'ajustement sur l'éducation : l'expérience asiatique », mondialisation économique et politique de l'éducation, Perspectives, numéro 101, mars 1997, pp. 91-115.

* 19 Ibid., p. 93.

* 20 Ibid., p.107.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net