WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le web 2.0 et l'édition juridique : le droit peut-il se passer d'éditeur ?

( Télécharger le fichier original )
par Armelle Nianga
Université Paris 2 Panthéon-Assas - Master 2 sociologie du droit et communication juridique 2009
  

précédent sommaire suivant

a-2) Le blog d`avocat non commercial.

Dans la blogosphère référencée, les blogs d'avocats à des fins non commerciales sont peu nombreux.

1) Ils sont le fait d`avocats qui décryptent l'actualité juridique dans des blogs abrités par les sites d'organes de presse :

· Le blog Derrière le barreau abrité par le journal Rue 89 recueille les analyses à chaud de l'actualité d'une avocate au barreau de Paris.

· Le blog Actualités du droit hébergé par le site du journal 20 minutes recueille les réflexions sur l'actualité juridique de l'avocat Gilles Dervers.

2) Ils sont les blogs personnels d'avocats qui souvent possèdent d'autres blogs et sites à des fins de publicité et ont choisi de recourir au support blog pour parler librement de leurs professions, formuler des critiques, pointer ses dysfonctionnements, parfois avec humour, parfois avec plus de virulence..;

· Le blog la parole est à la défense :

«  dépot sec?

Il faudra m'expliquer pourquoi, à l'audience, le Président appelle les dépôts secs quand tout le monde est trempé à cause de la chaleur.

Publié par Jean de VALON à l'adresse 10:41 »

«  Le temps des moissonneuses batteuses

S'agissant du RPVA, la politique du CNB est celle du rouleau compresseur.
On continue, quoi qu'il arrive.
L'avenir dira si cette politique était sage ou suicidaire.
C'est, manifestement, maintenant, le temps des vacances.
Moissonneuses-batteuses, plus que bitume.
Mais que personne ne s'y trompe il n'y a dans le silence actuel aucun renoncement.
Et ce ne sont pas les rodomontades institutionnelles qui dissimuleront le fait que le ver est dans le boîtier.

Publié par Jean de VALON à l'adresse 12:08 »

· Le blog de maître Chapotard. Ce blog dont l'auteur avait souhaité conserver l'anonymat a été fermé par le Conseil national des Barreaux.

« Bon, petite question au passage : qui a rédigé le règlement intérieur national ?

Le Conseil National des Barreaux, bien entendu !

Et qui a mis à la disposition de tous les avocats de France une plateforme de blog utilisant le nom de domaine générique « avocats.fr » ?

Et oui, c'est encore le Conseil National des Barreaux !!!

Les internautes non-avocats de passage s'interrogeront sur la puissance de cette logique. »

(Chapotard bafoue ouvertement la déontologie, billet du 12 Juillet 2010). »

3) Il s'agit enfin d'avocats qui bloguent en dehors de leurs fonctions, souvent anonymement, en vue d`échapper à la réglementation qui pèse sur les sites d`avocats et pour partager leurs vécus, expériences, passions, recherches, de manière a priori désintéressée :

· Le blog de Jean-Baptiste Soufron :

« This is a weblog about what I like and what I work on : Law, Internet, Culture, Entrepeneurship and tons of other things. I have been poking around since 1999. You can read more about me, or about my work. If you've got questions, concerns, or interesting links, send them along. »

· Law Think Tank Blog :

Il s'agit d`un blog « dédié à des traits d'humeur, contre-pieds et commentaires (en principe) juridiques de l'actualité, de l'économie et de la finance, du droit, du sport et en matière de justice et d'avocature » dont l'auteur « avocat (et aimant cela) » a souhaité conserver l'anonymat.

· Le blog de Maître Mô :

Dans ce blog, l'auteur qui a souhaité conservé l'anonymat, entend « raconter, le plus subjectivement possible, tout ce que [son métier] signifie au quotidien, ainsi que plus généralement tout ce [qu'il voit] à Lille, ainsi encore plus généralement que tout ce [qu'il aura] envie d'y raconter. »

· Le blog de la société d'avocat Iteanu.

Il s'agit du blog d'un cabinet d'avocat dont le nom du cabinet n'apparait que dans les mentions légales et dans l'encadré de présentation.

Tout ce qu'on sait du cabinet, c'est qu'il est une « Société d'Exercice Libéral à Responsabilité Limitée (Selarl) dont le siège social est situé à Paris (75008), 164, rue du Faubourg Saint-Honoré » et «  immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le n°D 452 626 815.

Les auteurs de ce blog l'ont lancé pour partager avec « tous [leur] quotidien de praticiens du droit des technologies de l'information » et souhaitent à travers leurs écrits « faire partager [leurs] expériences », leurs « constats », leurs « coups de gueule », leur « conception des choses » et « apporter ainsi une pierre au débat » autour d'un « droit » qui « vit dans un environnement dont, s'agissant des technologies de l'information, il dépend étroitement. »

· Le blog de maître Eolas.

Il s'agissait au départ du blog d'un avocat « passionné de [son] métier et aimant à flâner sur le web », clairement inscrit dans une démarche de vulgarisation du droit.

Ayant « constaté [que l'] intérêt poussé pour la justice et le droit de manière générale, [était] laissé insatisfait par l'opacité de la matière et la difficulté [que pouvait éprouver « un esprit non formé [voire « déformé »] ] à l'appréhender, il a « décidé d'y ajouter [sa] petite pierre numérique» :

· En narrant « chaque jour[...] des choses vues et entendues aux audiences auxquelles [il a] assisté et [...] l'envers du décor du Palais. »

· « Et [en donnant] à qui voudra[it] bien [le] lire quelques clefs pour comprendre un débat juridique ou un fait divers dont on parle dans la presse sans hélas d'approche pédagogique. »


Ainsi parce qu'il ne s'agissait pas du « site d'un cabinet » et que « [son] but n'[était] pas de pêcher des clients sur l'internet ou de [se] faire de la pub clandestine », il avait choisi de ne pas révéler son « identité » et de ne pas délivrer de « consultations juridiques ».

« Voilà pourquoi je blogue anonymement : je ne veux pas que ce site soit considéré comme un site d'avocat et soumis à cette réglementation. Je ne me fais pas de pub via ce site, je ne réponds à aucune demande de consultation et décline toutes les sollicitations reçues par e mail de gens que je ne connais pas et qui ne me connaissent pas. Il va de soi que je reste tenu dans mon activité de blogueur aux principes essentiels de ma profession : le respect du secret professionnel, qui fait que je ne parle jamais des dossiers dans lesquels j'interviens, la dignité, la modération, et la délicatesse. J'essaye de m'y conformer, sans sombrer dans la platitude du politiquement correct. Je pense y parvenir, puisque j'ai des lecteurs fidèles, et l'Ordre m'a jusqu'à ce jour fichu une paix royale, alors que je sais qu'il en connaît l'existence. Je vois dans ce silence une approbation muette, et lui en sais gré. »

Blog maître Eolas.

 

Toutefois, au fil de ses billets, son blog lui a permis d'acquérir une certaine notoriété qui fait désormais penser que s'il l'a été dans les premiers temps, l'anonymat n'est plus aujourd'hui une garantie de la sincérité et du caractère non commercial du blog d'un avocat.173(*)

* 173 Cf. plus loin: développement sur la « blogstory ».

précédent sommaire suivant