WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact de la qualité de l'éducation sur le revenu individuel à  Goma

( Télécharger le fichier original )
par Eric CIRUZA MUDERWA
Université de Goma - Licence en sciences économiques  2008
  

précédent sommaire suivant

I.2 REVUE DE LA LITTERATURE EMPIRIQUE

Plusieurs études semblables à la notre ont été menées à travers le monde. C'est ainsi que nous allons parcourir certaines d'entre elles en vue de s'enquérir des résultats obtenus dans leurs études.

Nous allons commencer par le cas des pays de l'Amérique Latine et des Caraïbes et terminer par le cas du Madagascar, tous étant des pays en développements.

J°. Cas des pays de l'Amérique latine et des Caraïbes26

Selon un article publié le 17 octobre 2007 à Washington portant sur : << L'accès à l'éducation n'est pas suffisant : l'élément clé est la qualité de l'apprentissage. », il y a été mentionné que << la majorité des pays de l'Amérique Latine et des caraïbes assurent une couverture scolaire quasi-universelle pour le cycle primaire et ont augmenté le taux de scolarisation pour l'enseignement secondaire et tertiaire.

Depuis les années 90, des tests normalisés effectués au niveau national dans la pratique, tous les pays de cette région ont donné lieu à des résultats mitigés. Dans certains cas, des tests d'évaluation des connaissances comme APRENDO en Equateur ou PRONERE au Guatemala, initialement financés par une organisation internationale, ont été abandonnés dès le tarissement des ressources d'origine externe. Dans d'autres cas, des pays ont donné priorité aux tests nationaux qui ont été régulièrement appliqués et ont eu un réel impact sur la politique éducative.

Cependant, et bien que le budget de l'éducation soit passé en moyenne de 2.7% du produit intérieur brut (PIB) à 4.3% en 2003, quelques pays de la région sont encore à la traîne par rapport aux autres à revenu moyen élevé. En 1960, les pays d'Amérique Latine, d'Asie de l'Est, de Scandinavie ainsi que l'Espagne présentaient des niveaux de réussite scolaire similaires. Mais en 2005, l'Amérique latine et les Caraïbes ont accusé un réel retard en ce qui concerne le nombre d'enfant achevant une scolarité sur 12 ans.

D'après les conclusions d'un nouveau rapport de la Banque Mondiale- Raising Student Learning in Latina America : The challenge of the 21st Century (relever le niveau de l'éducation scolaire en Amérique latine : le défi du 21e siècle)- la qualité de l'éducation dans les pays d'Amérique latine et des Caraïbes pourrait avoir une plus grande influence sur la croissance économique que le nombre le nombre d'années d'instruction. C'est pourquoi

l'amélioration des méthodes d'apprentissage constitue le plus grand défi qui se pose aujourd'hui à cette région sur le plan éducatif. Le rapport indique également que - dans leur effort d'assurer des taux de scolarisation universelle- des nombreux pays de la région ont négligé d'autres objectifs tels que l'amélioration de la qualité de l'enseignement. En outre, les pays de cette région obtiennent les résultats les plus bas dans les évaluations internationales des compétences scolaires, avec une grande proportion des élèves au-dessous du seuil minimum dans tous les sujets.

Une des conclusions les plus intéressantes du rapport concerne la disparité en matière de réussite scolaire parmi les élèves, mettant ainsi en valeur les inégalités flagrantes en matière d'apprentissage parmi des élèves de milieux différents, une situation très courante dans plusieurs de ces pays. Bien que les élèves issus des minorités ou des milieux pauvres aient plutôt tendance à avoir des résultats plus bas comparé à leurs homologues issus d'un milieu socio-économique plus élevé, le fait est que les notes obtenues dans les tests internationales de majorités ethniques et raciales dans la région sont encore inférieurs à ceux des élèves des pays de l'OCDE. Ce résultat réfute le mythe selon lequel les élèves issus des milieux privilégiés de la région bénéficient d'une éducation de qualité.

<< L'Amérique Latine présente notamment des niveaux d'inégalité relativement standard en matière d'éducation, en plus d'une forte inégalité en matière de revenus », a déclaré Pamela Cox, vice présidente de la Banque Mondiale pour l'Amérique Latine et les Caraïbes. << Bien que les pays de la région aient étendu leur couverture scolaire et offrent un accès équitable aux possibilités d'apprentissage pour la plupart des enfants, les inégalités en matière de revenus, le sous-développement et la pauvreté persistent encore ».

Le rapport» Raising Student Learning in Latin America : the challenge of the 21st Century» (relever le niveau de l'éducation scolaire en Amérique Latine: le défi du 21e siècle) donne à penser que la qualité peut avoir un plus grand impact sur la croissance que le nombre d'années d'instruction. Plusieurs analyses et des constatations probantes montrent de plus en plus que la qualité- et non pas la quantité- peut être responsable de la perpétuation des inégalités de revenus et, inversement, qu'elle peut aussi permettre d'atténuer ces dernières. L'impact de la qualité sur l'éducation, comme en témoigne les notes obtenues dans les évaluations internationales, est plus important que l'impact de la quantité.

Selon le rapport, pour que la qualité se traduise par une augmentation des revenus au niveau individuel et une hausse de la croissance économique, les pays ont besoin d'un environnement macroéconomique et d'un marché de travail adéquats, d'une théorie sur la

façon de dispenser l'enseignement et d'une définition claire des rôles et des responsabilités de toutes les parties prenantes de manière à garantir une éducation de qualité.

2°. Gas du Madagascar27

Dans son article portant sur Le taux de rendement de l'éducation sur le marché du travail d'un pays en développement, Florence Arestoff propose une analyse des rendements éducatifs issus du modèle de Mincer (1974) qui se presente de la manière suivante :

Ln YS= c + rS + aE +bE2 + u

Avec YS, le revenu individuel ; c, la constante, et u, un terme stochastique.

« A la fin des années 70, le pays jouissait encore d'un avantage comparatif en matière d'éducation par rapport aux autres pays africains. Depuis le début des années 80, il ne peut plus assurer ni le développement ni le maintien d'un système éducatif public de qualité.

Avec la récession économique, les dépenses publiques d'éducation ont considérablement chuté, provoquant une notable désaffectation de l'éducation publique au profit de l'éducation privée. »

C'est ainsi qu'au Madagascar, il a été constaté que plus de 50% des élèves étaient scolarisés dans une école privée en 1997, c'est ainsi que le type d'éducation a été pris aussi en compte dans son étude.

C'est face à ce problème que Florence a voulu analyser le rendement de l'éducation sur le marché du travail malgache tout en ajoutant certaines variables au modèle de base de Mincer. Le modèle transformé se présente de la manière suivante :

Ln Yi= c + r1S1 +r2S12 + aE +bE2 + u

Elle a utilisé la méthode déductive. Elle s'est basée sur des analyses économétriques pour aboutir à ses conclusions. Parti du model initial de Mincer, celle-ci l'a adaptée aux réalités socioéconomiques que données le Madagascar en général et la ville d'Antananarivo en particulier. Les données utilisées ont été tirées de deux enquêtes auprès de 3000 ménages d'Antananarivo. Cette étude n'a pas pris en compte uniquement le salaire des individus mais le montant mensuel de leur rémunération.

27 Florence ARESTOFF, Opcit, pages 5-6

C'est ainsi qu'après analyse, en utilisant la méthode de moindre carrée ordinaire, elle s'est rendue compte que l'éducation ne semble exercer aucun impact direct sur les revenus, sous l'hypothèse d'un marché concurrentiel bien entendu.

Elle ne servirait donc que d'indicateur de la motivation et des facilités de chacun de travailler. Ce résultat est confirmé, selon Florence, dans le secteur formel, lorsque l'on suppose que le marché du travail de la capitale malgache est segmenté. En revanche, dans le secteur informel, elle s'est rendue compte que le taux de rendement d'une année d'éducation supplémentaire atteint 7% et l'enseignement public engendre un revenu du travail significativement plus élevé que l'enseignement privé.

Pour clore ce chapitre, il serait mieux de présenter brièvement sa constitution.

Nous avons commencer par présenter la revue de la littérature théorique qui a été composé de trois sous sections en l'occurrence la présentation de la littérature relative à la qualité de l'éducation, l'énumération et l'explication des différents facteurs influençant la qualité de l'éducation et enfin, une brève littérature en rapport avec l'impact de la qualité de l'éducation sur le revenu individuel.

Dans la seconde section ayant porté sur la revue de la littérature empirique, il a été question de présenter différents travaux réalisés à travers le monde dans le domaine où le présent travail s'inscrit.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.