WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Quelles perceptions des contenus sur smartphone dans les visites culturelles à  paris?


par Céline Cauderlier
Groupe EAC - MBA management de projets dans les industries créatives 2012
  

précédent sommaire suivant

4.2.3 Un désir de se déconnecter

Le désir de se déconnecter n'empêche pas de partir avec son téléphone mobile, et ne reflète pas totalement les attentes des touristes. Ils désirent de plus en plus accéder à une connexion wifi si possible gratuite dans les hébergements par exemple. D'autre part, pour ceux qui ont préparé leur déplacement, il s'agit essentiellement :

- De préciser, et de compléter une information, car ils estiment qu'il est plus facile de valider les choix d'activités en amont et trouver des cartes pour pouvoir se repérer sans difficulté sur place.

- D'actualiser une information, voire de prendre en compte ses changements d'envies ou d'intégrer de l'inattendu ;

- De mettre à profit le contact direct

- Une envie croissante de personnalisation. Pour certains, des souhaits de conseils réellement personnalisés « Une offre large quand même, pour avoir le choix de mettre de l'argent dedans ou pas.»106

4.2.4 La visite sur place et les outils numérique

La présence sur place fait émerger des interrogations qui n'étaient pas forcément manifestées avant le départ. Cette personnalisation est notamment la déclinaison, pour chaque personne du groupe, de besoins individuels qui n'avaient pas été pris en compte en amont. Les attentes restent ainsi basiques L'essentiel des demandes porte sur des préoccupations pratiques tel que l'hébergement, restauration ou encore les activités. Les webcams sont plus souvent passées sous silence que critiquées. Une quasi-méfiance pour ce qui relève de l'enrichissement de l'expérience, y compris chez les plus jeunes et les technophiles. En effet, le recours à la réalité augmentée est perçu comme faisant écran à l'émotion vraie (en situation de visite touristique, pas forcément s'il s'agit de trouver un service). Les personnes interrogés disent ainsi : « Pas dans des lieux culturels (musées, etc.) - vivre la visite intensément nécessite d'être à fond dans ce moment, vivre le moment une fois sur place - aucun enrichissement nécessaire sur le moment... si j'ai des questions par la suite, je me renseigne sur internet en rentrant chez moi.». La version classique du

106 Ibidem

43

papier n'est pas hors-jeu, même pour la « génération Smartphone ». Ses points forts sont notamment la vision synoptique107. Le papier à l'avantage selon les visiteurs de ne pas tomber en panne et ne nécessite pas d'avoir une connexion internet. Le papier représente une valeur affective et peut également être conservé. Cependant ses points faibles restent handicapants pour le touriste toujours plus mobile. Le rapport volume occupé / capacité est en effet médiocre. Les guides sont encombrants et peuvent être oubliés. Les personnes interrogées reprochent également la multitude publicité qui « pollue » les pages des guides et le manque de renseignement sur les activités qui sont gratuites. D'autre part, internet perd un peu de son importance une fois le touriste sur place car, beaucoup évitent de recréer dans leurs loisirs des gestes associés au quotidien. Même ceux qui restent connectés par nécessité professionnelle ou familiale le font moins pour de l'information touristique, puisque celle-ci a souvent été engrangée avant le départ, en utilisant par exemple son Smartphone comme GPS ou les borne Wi-FI pour rester en contact. Éventuellement, en dépannage pour les imprévoyants ou étourdis qui n'ont pas préparé leur voyage à l'avance.

précédent sommaire suivant