WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Quelles perceptions des contenus sur smartphone dans les visites culturelles à  paris?

( Télécharger le fichier original )
par Céline Cauderlier
Groupe EAC - MBA management de projets dans les industries créatives 2012
   Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

52

1.1.2 : Géolocalisation versus vie privée

81% des possesseurs de téléphones mobiles souhaiteraient avoir la possibilité d'interdire la transmission de leur localisation à des entreprises commerciales117. Les nouvelles générations de Smartphones sont toutes équipées du GPS118, qui se développe de plus en plus. Le récepteur GPS intégré au portable communique avec des satellites pour connaître la position géographique de l'appareil. Sa précision s'est largement améliorée et est aujourd'hui de 15 mètres. Le signal GPS peut être perdu lorsque le ciel est couvert, les bâtiments trop élevés, ou lorsque nous nous trouvons en souterrain. Au-delà du côté pratique évident de l'outil, il est important de rappeler que faire appel à un GPS signifie surtout envoyer des données à un satellite qui saura les placer dans l'espace de manière extrêmement précise. De nouveaux acteurs jouent alors un rôle déterminant sur le contrôle et notamment la surveillance de la vie privée des individus. Les rôles des différents acteurs institutionnels ont évolué et les grands groupes tels Google ou Facebook ont acquis par leurs activités un pouvoir important sur les utilisateurs. La CNIL119est intervenue récemment pour déterminer la nature et la durée de conservation des données collectées par ces groupes sur les informations de géolocalisation (attention ces groupes sont de droits différents, selon l'implantation de leur siège social, la jurisprudence est propre à chaque pays). Des universitaires britanniques ont découvert que la société constituait une base de données avec les informations de géolocalisation des utilisateurs. Cette base de données contient tous les points Wi-Fi à proximité des endroits où s'est trouvé l'utilisateur sur une période d'un an. Cette base de données est conservée sur l'IPhone et sur le PC (Apple) de l'utilisateur. Mais ces faits posent des questions sur l'accès par Apple à ces informations. Dans quelle mesure la société les possèdent-elles, et dans ce cas, quelles en sont les utilisations ? La CNIL a donc décidé de faire des recherches à ce propos pour être sûre qu'aucune information sur la géolocalisation de l'utilisateur n'était transmise à Apple illégalement. Ils ont donc mis sous surveillance un iPhone 3Gs, connecté à un réseau Wi-Fi120. Il est apparu que « l'iPhone contacte également les serveurs géolocalisation d'Apple ponctuellement sans aucune intervention de l'utilisateur, dès lors qu'il est allumé et connecté à un point d'accès Wi-Fi » sur une observation de nuit. Apple met ici à contribution les utilisateurs pour alimenter une base de données sur les points Wi-Fi

117 Voir annexe tableau 3

118 Global Positionning System, voir index

119 La CNIL est la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés. Elle doit « veiller à ce que l'informatique soit au service du citoyen et qu'elle ne porte atteinte ni à l'identité humaine, ni aux droits de l'Homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques. », www.cnil.fr

120 Voir l'article, Géolocalisation : l'IPhone bavarde pendant votre sommeil, www.cnil.fr

53

disponibles. Les conclusions de l'enquête montrent qu'aucune information pouvant déterminer de quel portable il s'agit n'est communiquée à la société. Il s'agissait ici de s'assurer que les utilisateurs n'étaient pas tracés. La protection des données des utilisateurs est assurée par cette commission nationale, qui devient au fur et à mesure du développement des réseaux et de leur utilisation une institution de plus en plus importante.

précédent sommaire suivant