WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Quelles perceptions des contenus sur smartphone dans les visites culturelles à  paris?


par Céline Cauderlier
Groupe EAC - MBA management de projets dans les industries créatives 2012
  

précédent sommaire suivant

1.1.3 Aspects juridiques et Législation

D'après la directive 2002/58/CE du parlement Européen et du conseil du 12 juillet 2002 : « Par «données de localisation», on peut entendre la latitude, la longitude et l'altitude du lieu où se trouve l'équipement terminal de l'utilisateur, la direction du mouvement, le degré de précision quant aux informations sur la localisation, l'identification de la cellule du réseau où se situe, à un moment donné, l'équipement terminal, ou encore le moment auquel l'information sur la localisation a été enregistrée. » Extrait du considérant 35 de la même directive : « [...] Le traitement de ces données en vue de la fourniture de services à valeur ajoutée ne devrait être autorisé que lorsque les abonnés ont donné leur consentement. Même dans ce cas, les abonnés devraient disposer d'un moyen simple pour interdire temporairement le traitement des données de localisation et ce, gratuitement. » D'après ces deux extraits, une donnée de géolocalisation est considérée comme une personnelle et doit donc être protégée au titre du respect de la vie privée (Article 9 du code civil : « Chacun a droit au respect de sa vie privée »). L'une des conditions de l'utilisation de la géolocalisation (conformément à la loi n°2004-801 du 6 août 2004 sur les données personnelles et la loi n°2004-669 du 9 juillet 2004 en conformité avec la directive 2002/58/CE) est d'avoir le consentement de la personne concernée. De même, si une personne souhaite interdire temporairement le traitement des données géo-localisées sur son terminal, alors elle doit pouvoir le faire gratuitement.

1.2.4 La géolocalisation dans les applications : l'exemple de CultureClic

CultureClic est développée par la société i-Marginal créée en 1997, dont l'activité principale est l'édition d'applications pour Smartphones. CultureClic propose une application gratuite en Français disponible uniquement sur IPhone, celle-ci se présente sous forme d'un guide touristique. Le contenu provient de ses principaux partenaires (Cité des sciences, la Bibliothèque nationale de France...) et permet de naviguer parmi 500 oeuvres et documents, et 1300 musées et monuments géo localisés, superposés sur des images réelles à l'écran de son Smartphone, ainsi que de s'informer sur près de 600 évènements extraits du portail du Ministère de la Culture ( culture.fr). CultureClic mets à disposition de l'utilisateur des

54

informations concernant les différents points d'intérêt qui l'environne. Une fois l'application lancée, elle géolocalise l'utilisateur et affiche sous forme de carte les différents points d'intérêt les plus proches de sa position géographique. L'utilisateur sélectionne un point d'intérêt, il accède automatiquement à la fiche descriptive du point d'intérêt, cette fiche peut être un article décrivant une oeuvre, ou encore un regroupement de plusieurs informations sur les musées et les événements. CultureClic propose également une fonctionnalité de réalité augmentée qui permet d'afficher les différents points d'intérêt via l'appareil photo du Smartphone au même titre que Géoquestour et ZeVisit. On peut ainsi se projeter dans le Louvre, voir les premières photos de Notre Dame et de Montmartre en 1841, de la construction du pont Neuf, de la Tour Eiffel, la Place Royale de Bordeaux au XVIIIe siècle, etc.

55

précédent sommaire suivant