WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Quelles perceptions des contenus sur smartphone dans les visites culturelles à  paris?


par Céline Cauderlier
Groupe EAC - MBA management de projets dans les industries créatives 2012
  

précédent sommaire suivant

2.4 Le public de la culture

Le comportement du public de la culture est particulièrement difficile à définir donc à manipuler.57 Les sociologues donnent trois types de significations d'oeuvres qui suscitent un comportement chez le public 58: premièrement la relation du visiteur avec l'oeuvre, qui reflète l'esprit de l'auteur. On constate le lien préexistant entre un public de connaisseur et l'oeuvre, le public reconnaissant dans l'oeuvre la marque de l'auteur. Ensuite, la relation avec le texte, c'est-à-dire l'oeuvre déchiffrée par le public, la relation est plus impersonnelle, le public devine, apprend à deviner l'auteur à travers l'oeuvre. Enfin, la transmission générique : la réception de l'objet par le public est déterminée par la connaissance que possède ce dernier du genre (science-fiction, policier documentaire, etc..), le public fait partie d'un espace social où circulent des produits parfaitement situés, il s'attend à retrouver des stéréotypes qui définissent l'oeuvre. Ainsi des marques comme Disney se sont forgée leur propre identité générique59, ils représentent une « application contrôlée du dessin animé de long métrage ». En France, le Ministère de la Culture organise régulièrement des enquêtes par le biais de questionnaires appelés « Pratiques culturelles des français ». Ainsi, un quart des Français n'ont fréquenté dans l'année aucun équipement culturel : ils ne sont allés ni au cinéma ni dans une bibliothèque, n'ont assisté à aucun spectacle vivant et n'ont visité aucun lieu d'exposition ou de patrimoine. La plupart d'entre eux cumulent tous les handicaps en matière d'accès à la culture et manifestent très peu d'intérêt pour la culture en général : ils lisent peu de livres, écoutent rarement de la musique, les trois quarts d'entre eux n'ont jamais utilisé l'internet et leur mode de loisirs reste largement centré sur la télévision. Un autre quart des Français (27 %) atteignent un score de trois à cinq points, en général parce qu'ils manifestent un intérêt plus diversifié pour la vie culturelle en visitant notamment des lieux d'expositions. Leur fréquentation reste majoritairement occasionnelle ou spécialisée : leur rythme de sorties ou de visite est faible dans la majorité des cas et ceux d'entre eux qui vont plus régulièrement au

56 Ibidem

57 « Pour la sociologie, le concept de « public » est particulièrement difficile à manipuler. Il est relativement facile d'appréhender « les professions médicales » ou « les paysans dans la mesure où l'on peut localiser commodément les uns et les autres ; des comportements liés à des évènements ou à des milieux particuliers, comme « les mouvements sociaux » ou « les seins nu s à la plage », peuvent également être observés dans des espaces bien définies. Mais comment et où trouver « le public » du film Le Grand bleu, de la série Lost, du musée des Beaux -Arts de Lyon ou du dernier Houellebecq ? » ( Jean-Pierre Esquenazi, Sociologie des publics)

58 Cf. « La sociologie des publics » Jean -Pierre Esquenazi

59 Ibidem

21

cinéma ou dans les musées sont rarement familiers des bibliothèques et des lieux de spectacle. 22 % des français manifestent à la fois l'intérêt pour la culture et vers un mode de loisirs à l'extérieur du domicile60. Ils constituent la majorité des visiteurs d'établissements culturels.61

précédent sommaire suivant