WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

A propos d'une analyse objective de la voix de 40 sujets présentant des troubles musculo-squelettiques

( Télécharger le fichier original )
par Marion VIENNOT
UHP Nancy - Certificat de Capacité d'Orthophonie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

IV La Posture

IV.1 Linguistique et historique

IV.1.1 Repères linguistiques

Avant d'aborder la description du système postural d'aplomb, un peu de linguistique semble nécessaire. L'équilibre, la posture, la stabilité, l'aplomb, l'attitude, tous ces termes relatifs au fait de « se tenir debout » ne relèvent pas des mêmes réalités.

En physique, on parle d'équilibre lorsque les forces sont alignées, égales et opposées ce qui ne peut se concevoir pour un corps humain « dont toutes les parties sont douées d'activité »118. L'équilibre est donc un état de repos, relatif, résultant de forces qui se compensent mutuellement. En outre, le verbe « être » est un verbe d'état. Un corps est en équilibre ou non. L'Homme, lui, n' « est » pas en équilibre mais cherche sans cesse cet état où les forces en jeu s'annulent par des ajustements successifs: c'est ce qu'on appelle la stabilité.

En effet, la stabilité est « l'état d'un solide qui tend à revenir à sa position initiale lorsqu'il en est écarté »119. Le terme stabilité offre donc une souplesse que n'a pas l'équilibre puisque l'équilibre est binaire alors que la stabilité peut s'exprimer de multiples façons différentes. Ainsi, les deux statokinésigrammes120 ci-contre représentent les projections successives du centre de gravité d'un sujet, projections qui restent à l'intérieur du polygone de sustentation et signent donc un soit-disant état d'équilibre. Cependant, le premier enregistrement est normal, alors que sur le second, la personne a exploré les limites de sa stabilité. Le posturologue s'intéresse donc à la stabilité plus qu'à l'équilibre, idéal rarement atteint.

118 André Thomas in Gagey P.-M., Weber B., et coll. (2004), Posturologie Régulation et dérèglements de la station debout, 3ème édition, Paris: Masson, p9.

119Ibid. p15.
120Ibid. p14.

Deux statokinésigrammes (d'après Gagey) 121

Si l'on revient à des définitions mécaniques, les deux forces opposées qui s'exercent sur le corps debout sont la gravité et la force de résistance à la gravité. Et ces deux forces sont en permanence contrariées par les stimulations venant de l'environnement et de l'organisme lui-même. Car, même lorsqu'on ne bouge pas, notre organisme n'est jamais totalement immobile. Flourens (1830) a nommé cet état debout au repos: << aplomb ». Selon le dictionnaire Le Robert, l'aplomb est l'<< état d'équilibre du corps reposant sur ses membres ». Gagey et Weber parlent donc de << système postural d'aplomb » permettant l'activité de stabilisation du corps.

Mais en quoi l'étude de l'aplomb présente-t-elle un intérêt puisqu'elle s'intéresse à l'homme debout au repos, alors que l'homme est le plus souvent en mouvement? La définition du Littré apporte un premier élément de réponse: l'aplomb << se dit, en physiologie, et de la répartition régulière du poids du corps sur les membres et de la direction la plus favorable de ceux-ci considérés comme supports pour le soutien du tronc et l'exécution des mouvements du corps ». L'aplomb est donc nécessaire à la préparation de tout mouvement. On peut faire un parallèle avec l'expression << tous à vos postes » qui pourrait se traduire par << tenez-vous tous dans une posture qui vous place en position d'effectuer un mouvement ». La posture c'est la position du corps dans l'espace, c'est la << manière dont on pose, tient le corps, la tête, les membres » d'après la définition du Littré.

Il faut également différencier la posture de l'attitude. Lorsque le mouvement est figé par le peintre ou le sculpteur par exemple, on parle d'attitude. << Attitude,

121Gagey P.-M., Weber B., et coll., p14, Op. cit. p62.

d'origine, est un terme d'art relatif au beau [...] >, d'après le Littré, là où le Robert explique que c'est la « manière de tenir son corps >,. Ces deux définitions, bien que d'apparence différente, font référence à un phénomène social. On dit « avoir une bonne/mauvaise attitude >, pour un comportement social, alors que « être dans une bonne/mauvaise posture >, est plutôt relatif à l'action qui s'annonce. On oppose donc la posture relative au mouvement, à l'attitude relative à la pose (comme chez le photographe).

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net