WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

A propos d'une analyse objective de la voix de 40 sujets présentant des troubles musculo-squelettiques

( Télécharger le fichier original )
par Marion VIENNOT
UHP Nancy - Certificat de Capacité d'Orthophonie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

V.2 Etudes posturales sur la voix

Dans cette deuxième partie, nous présenterons de nombreuses études réalisées à propos de la voix et de la posture, tout d'abord sur la posture cervicale spécifiquement, puis dans la cadre de la projection vocale, et enfin relativement à la pathologie vocale.

V.2.1 Études sur la posture cervicale

Pour commencer, nous allons parler de deux études ayant montré l'impact d'un changement de la posture cervicale sur les qualités acoustiques de la voix.

V.2.1.1 Dans la raucité vocale infantile

En 1986 déjà, un mémoire d'orthophonie a étudié la posture d'enfants ayant des troubles vocaux. Il a mis en évidence une corrélation entre raucité vocale infantile d'une part, et certaines limitations ou blocages du rachis cervical, voire des premières côtes d'autre part140.

V.2.1.2 Influence de la posture cervicale sur la voix

Les qualités acoustiques de la voix varient avec la position du corps uniquement si le changement de position affecte directement le cou et donc le larynx141. Ainsi, une contraction des abdominaux associée à une flexion des genoux n'affecte en rien la qualité de la voix, contrairement à une hyper-flexion du cou.

Par ailleurs, un travail du redressement de la statique vertébrale effectué spécifiquement au niveau de la colonne cervical donne un timbre plus riche142.

140Genevee-Lacharme M. et Demeule-meester-arnould N. (1987), Intérêt de la posturologie dans l'étude de la raucité vocale infantile, Mémoire d'Orthophonie, Université Paris IV.

141Mathonat L., Roux A.C. (1996), Changement de posture et influence sur la voix, Mémoire d'Orthophonie, Université Claude Bernard, Lyon1.

142Gras F. (1999), Incidence d'une correction de la posture sur la qualité vocale de huit patients dysphoniques: étude de cas, Mémoire d'Orthophonie, Université de Franche-Comté, Faculté de Médecine et de Pharmacie.

V.2.1.3 Rôle clé des sterno-cléïdo-mastoïdiens

Rubin et coll. ont observé des anormalités musculo-squelettiques de même type chez tous leurs patients dysphoniques143. Ces déviances s'expliquent en partie par l'existence de comportements posturaux pauvres dans les sociétés occidentales. Ainsi, les muscles postérieurs de la colonne vertébrale, souvent contracturés, dominent sur leurs antagonistes antérieurs, qui ne peuvent maintenir l'équilibre normal du rachis, en particulier au niveau cervical. Par conséquent, les muscles de la ceinture scapulaire ont tendance à abandonner leur mobilité pour adopter un rôle de stabilisateur de la colonne. Ce phénomène s'observe fréquemment chez les patients dysphoniques.

Pour ces chercheurs, le sterno-cléïdo-mastoïdien est le muscle le plus responsable des tensions laryngées et péri-laryngées. En effet, c'est le muscle dont les insertions, notamment sternales et claviculaires, permettent les changements de position les plus importants de la colonne cervicale, en particulier concernant son extension. Or, toute contraction excessive du sterno-cléïdo-mastoïdien se répercute:

-sur le processus styloïde de l'os temporal, ce qui implique une contraction du muscle stylo-hyoïdien

-sur le processus mastoïdien, ce qui peut entraîner des contractions excessives du digastrique.

Tout raccourcissement des fibres des muscles stylo-hyoïdien et digastrique a un impact sur la longueur des fibres des autres muscles supra-hyoïdiens, ainsi que sur la position de l'os hyoïde. C'est pourquoi, les tensions au niveau des sterno-cléïdomastoïdiens, par un effet « boule de neige » élèvent la position du larynx, contraignent les mécanismes phonatoires et altèrent le timbre de la voix en changeant la forme du tractus vocal.

Selon les auteurs de cette étude, il est également possible de regarder ce schéma de transmission des tensions en partant de la fin. Ainsi, un effort vocal soutenu accroit les tensions des muscles péri-laryngés, particulièrement des muscles suprahyoïdiens, tensions qui vont se répercuter à leur tour sur les muscles de la ceinture scapulaire.

Même si ces déductions paraissent simplistes, Rubin et al. en observent les

143Rubin S. J., Dlake E., Mathieson L. (2007), « Musculoskeletal patterns in patients with voice disorders », Journal of Voice, 21,4; 477-484.

conséquences chez leurs patients dysphoniques. Ils font en outre le postulat de répercussions de ces tensions sur les mouvements du cartilage thyroïdien (et donc sur la tension des cordes vocales). De plus, l'avancée de la tête qui résulte de ces tensions musculaires, augmenterait la pression s'exerçant sur les disques inter-vertébraux. Finalement, les tensions musculaires de la ceinture scapulaire ont des répercussions sur la phonation autant que sur la posture cervicale.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net