WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

A propos d'une analyse objective de la voix de 40 sujets présentant des troubles musculo-squelettiques

( Télécharger le fichier original )
par Marion VIENNOT
UHP Nancy - Certificat de Capacité d'Orthophonie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

I.2.2 Le diaphragme comme muscle principal

Le diaphragme est un muscle impair. Il a la forme d'une coupole irrégulière qui est plus développée postérieurement qu'antérieurement. Situé dans le thorax, il sépare ce dernier de l'abdomen. La partie centrale du diaphragme appelée le centre phrénique, est une structure fibreuse aponévrotique et ne peut donc pas se contracter (puisque ne possédant pas de fibre musculaire). Le centre phrénique est donc tracté par les fibres musculaires qui l'entourent. Ces fibres musculaires partent du centre

11 Le Huche F., Allali A. (1978), p32, Op. cit. p12.

phrénique, sont disposées en rayon et se terminent sur le pourtour de la cage thoracique. Le lieu où elles s'attachent détermine leur nom: fibres costales, fibres sternales et fibres vertébrales. Les fibres vertébrales étant plus longues que les fibres sternales, la contraction du diaphragme entraîne un mouvement plus important vers l'arrière que vers l'avant. Les poumons étant posés sur le diaphragme, le moindre mouvement de celui-ci se répercute donc sur la partie basse des poumons.

La contraction du diaphragme a pour effet d'augmenter le volume de la cage thoracique, verticalement et latéralement (en poussant les côtes vers le haut et l'extérieur). Le volume des poumons augmente donc, créant ainsi une pression alvéolaire négative.

Lorsque le diaphragme se relâche, il vient reprendre sa place initiale.

Projection des coupoles diaphragmatiques sur le gril costal (d'après Le Huche) 12

I.2.3 Les muscles inspirateurs costaux

Les muscles inspirateurs costaux agissent depuis l'extérieur de la cage thoracique. Nous les avons regroupés selon la région depuis laquelle ils agissent.

I.2.3.1 Les muscles qui élèvent les côtes depuis

la ceinture scapulaire et le bras

Le petit pectoral s'insère en haut sur la saillie antérieure de l'omoplate et ses fibres descendent antérieurement pour former un éventail qui vient s'insérer sur les 3ème, 4ème et 5ème côtes. Sa contraction élève les côtes vers l'avant et permet une inspiration dite « sous la clavicule ».

Le grand pectoral s'étale au-dessus du petit pectoral et relie la clavicule, les huit premières côtes et le sternum. Ce muscle puissant entraîne une inspiration plus

12 Le Huche F., Allali A. (1978), p15, Op. cit. p12.

basse et plus ample que le petit pectoral.

Le grand dentelé s'insère sur le bord interne de l'omoplate et sur la partie médiane des dix premières côtes. C'est l'un des muscles inspirateurs les plus puissants. Sa contraction donne une inspiration « en anse de seau » puisqu'elle tire les côtes latéralement et vers le haut.

I.2.3.2 Les muscles qui élèvent les côtes depuis la colonne dorsale

Les surcostaux sont de petits muscles qui relient les apophyses transverses des vertèbres dorsales aux côtes. Chacun de ces muscles possède des fibres qui s'insèrent sur la partie postérieure de la côte inférieure voisine et sur la côte située deux étages plus bas. La contraction des surcostaux élève les côtes postérieurement depuis la colonne dorsale.

Les petits dentelés postérieurs et supérieurs s'insèrent sur les trois dernières vertèbres cervicales et sur les trois premières vertèbres dorsales. Leurs fibres descendent pour venir s'insérer au niveau de l'angle postérieur des quatre premières côtes. Leur contraction tirent les côtes vers l'arrière et vers le haut.

Les spinaux sont des muscles profonds qui relient chaque vertèbre à l'apophyse de la côte inférieure. Ces muscles sont extenseurs de la colonne dorsale, ce qui, indirectement, élève la cage thoracique, la plaçant ainsi en position d'inspiration.

I.2.3.3 Les muscles qui élèvent les côtes depuis la tête et le cou

Les scalènes antérieurs relient les apophyses transverses des 3ème, 4ème, 5ème et 6ème vertèbres cervicales à la première côte. Les scalènes moyens relient les bords externes des 2ème, 3ème, 4ème, 5ème, 6ème et 7ème vertèbres cervicales à la première côte également. Les scalènes postérieurs s'insèrent sur les 4ème, 5ème et 6ème vertèbres cervicales et contrairement aux autres scalènes, s'insèrent plus bas sur la 2ème côte. Les scalènes soulèvent les côtes latéralement en les mobilisant en poignée de pompe.

Les sterno-cléïdo-mastoïdiens s'insèrent en bas sur la face antérieure du manubrium sternal et sur le quart interne du bord supérieur et postérieur de la clavicule. En haut, ses insertions s'étendent de l'apophyse mastoïde à l'occiput. Les sterno-

cléïdo-mastoïdiens participent surtout lors d'inspirations hautes en élevant la cage thoracique à partir du sternum.

Enfin, les petits dentelés postérieurs et supérieurs décrits précédemment participent aussi lors d'inspirations hautes.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net