WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

A propos d'une analyse objective de la voix de 40 sujets présentant des troubles musculo-squelettiques

( Télécharger le fichier original )
par Marion VIENNOT
UHP Nancy - Certificat de Capacité d'Orthophonie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

I.3.3 Recueil de données stabilométriques

Les données posturologiques proviennent des bilans effectués par Mme Carlier-Bailly. La plate-forme stabilométrique est de type Dune, sa fréquence d'échantillonnage est de 40Hz. Dans un premier temps, n'ont été utilisés que les résultats, patients chaussés, yeux ouverts et yeux fermés, obtenus grâce aux enregistrements de la plate-forme stabilométrique. Ainsi, les données posturologiques et vocales auront été obtenues dans des conditions les plus similaires possibles. Puis nous avons utilisé les résultats pieds nus, yeux ouverts et fermés pour distinguer les différents types de troubles musculo-squelettiques. Par ailleurs, Mme Carlier-Bailly a déterminé la présence ou non, ainsi que le type de dysfonction en Y chez ses patients.

I.4 Analyse statistique

L'analyse statistique a été réalisée grâce au logiciel « Calc » d'Open Office. Le TMP a été mesuré directement dans la fenêtre d'analyse de Praat.

Pour les calculs du jitter, du shimmer, du rapport harmoniques/bruit (H/N), nous avons toujours procédé de la même manière pour sélectionner la portion de signal à analyser. Ainsi, nous avons systématiquement utilisé la portion située entre:

-0,5 et 2,5 secondes pour les hommes (soit une moyenne de 207,26 cycles vibratoires)

194Cf Annexe3.

-0,5 et 2 secondes pour les femmes (soit une moyenne de 319,41

cycles vibratoires).

Pour les calculs du TMP, du jitter, du shimmer et du rapport H/N, nous avons effectué la moyenne des données recueillies sur les 3 /a/ tenus.

La hauteur moyenne (ou fréquence fondamentale moyenne) a été mesurée à partir de la phrase « Elle n'aimait ni maman ni mamie ».

La recherche des corrélations a nécessité l'utilisation du coefficient de corrélation « qui2 »

Enfin, nous avons déterminé le type de dysphonie, relativement à la classification en 5 types de Yanaguihara, à partir de l'analyse visuelle des spectrogrammes de tous les enregistrements vocaux réalisés, c'est-à-dire à partir des trois /a/ tenus, de la phrase « Elle n'aimait ni maman ni mamie », ainsi que du texte « Grand-mère raconte ».

Par ailleurs, les résultats du VHI 10 ont été calculés à partir de l'addition des scores obtenus aux items correspondant à chaque catégorie de handicap vocal (fonctionnel, physique et émotionnel).

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net