WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

A propos d'une analyse objective de la voix de 40 sujets présentant des troubles musculo-squelettiques

( Télécharger le fichier original )
par Marion VIENNOT
UHP Nancy - Certificat de Capacité d'Orthophonie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II Résultats: analyse et discussion

Rappelons tout d'abord nos hypothèses:

-hypothèse 1: Des troubles musculo-squelettiques peuvent être à l'origine d'une dysphonie dysfonctionnelle simple.

-hypothèse 2: Même si les qualités acoustiques de la voix des sujets avec troubles musculo-squelettiques sont altérées, aucun des sujets ne se considère comme dysphonique.

-hypothèse 3: La sévérité de la dysphonie est proportionnelle à la gravité des troubles musculo-squelettiques.

-hypothèse 4: Une dysfonction en Y négatif est la plus susceptible d'engendrer une dysphonie dysfonctionnelle simple.

Nous allons maintenant présenter les résultats de notre recherche.

II.1 Analyse vocale objective

L'objectif spécifique de notre recherche est de mettre en évidence des troubles vocaux chez des sujets souffrant de troubles musculo-squelettiques. En partant de cet objectif, nous avons retenu plusieurs critères, nécessaires pour déterminer la présence de troubles vocaux. Ces critères sont le rendement de la source vocale, la hauteur, l'intensité et le timbre de la voix. Pour évaluer chacun d'eux nous avons mesuré:

-le Temps Maximum de Phonation (TMP) pour le rendement de la

source vocale

-la fréquence fondamentale et le jitter pour la hauteur -le shimmer pour l'intensité

-l'échelle de Yanaguihara et le rapport harmoniques/bruit (H/N) pour

le timbre.

Nous allons maintenant exposer nos résultats concernant l'analyse objective de la voix des 40 sujets de notre étude.

II.1.1 Temps Maximum de Phonation

Le TMP permet de révéler une fuite glottique à la phonation et/ou une mauvaise coordination pneumophonique. En présence d'une dysphonie, la durée du TMP est généralement d'autant plus raccourcie que la dysphonie est importante. Un TMP est considéré comme normal pour une valeur:

-supérieure ou égale à 15 secondes chez les hommes
-supérieure ou égale à 10 secondes chez les femmes.

Il apparaît que 60% de notre population a un TMP pathologique, ce pourcentage s'élevant à 77% chez les hommes, et à 52% chez les femmes (cf tableau et graphiques ci-dessous)

nombre de sujets

normal

pathologique

homme

3

10

femme

13

14

total

16

24

% du nombre de sujets

normal

pathologique

homme

23,08

76,92

femme

48,15

51,85

total

40

60

TMP

TMP: distribution des sujets

TMP: distribution des sujets masculins TMP: distribution des sujets féminins

TMP: distribution des 40 sujets de l'étude

Plusieurs éléments peuvent expliquer ces proportions. Comme tous les sujets de notre étude souffrent de troubles musculo-squelettiques, il est possible que leurs tensions limitent la dynamique respiratoire, élément important pour la réalisation du TMP. Leurs troubles posturaux peuvent également toucher, de plus ou moins loin, la colonne cervicale, créant des tensions péri-laryngées néfastes pour la phonation.

Le tableau suivant mentionne les TMP maximum et minimum ainsi que la durée moyenne du TMP. La grande dispersion des résultats fait ressortir que le TMP, seul, n'est pas suffisant pour déterminer la pathologie. Même si le sujet ayant le TMP le plus court est également celui dont les qualités vocales sont les plus altérées, avoir un TMP très court ne signe pas pour autant la présence d'une dysphonie. De même, avoir un TMP très élevé ne signe pas pour autant la présence d'une bonne voix. Ainsi, le sujet 7 a une dysphonie de type 3 alors que son TMP est normal (17,4 secondes). A l'inverse, deux sujets, sur les trois n'ayant pas d'altération vocale, ont un TMP pathologique (sujets 2 et 16). Néanmoins, les quatre sujets dont les voix sont les plus altérées sont aussi ceux dont les TMP sont très pathologiques (entre 6,21 et 8,5 secondes pour les femmes).

 

TMP minimum

TMP maximum

Moyenne

femmes

6,21

31,27

11,4

hommes

7,13

22,77

13,26

TMP en secondes

Du reste, la grande variabilité de nos résultats correspond aux données de la littérature selon lesquelles il existe une grande variabilité du TMP entre les individus, au cours du temps, et selon les stratégies mises en place par les sujets. En effet, nous avons pu remarquer lors de nos expérimentations que de nombreux patients mettaient en place des stratégies diverses pour tenter d'augmenter leur TMP au fil des trois essais.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net