WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

A propos d'une analyse objective de la voix de 40 sujets présentant des troubles musculo-squelettiques

( Télécharger le fichier original )
par Marion VIENNOT
UHP Nancy - Certificat de Capacité d'Orthophonie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II.1.2 Hauteur

II.1.2.1 Fréquence fondamentale

Rappelons que la fréquence fondamentale d'une voix est considérée comme normale lorsqu'elle est comprise entre 110 et 165Hz chez l'homme, et entre 220 et 330Hz chez la femme. Généralement, il est considéré que les patients dysphoniques ont une voix plutôt aggravée.

Dans notre étude, la hauteur de la voix, de 85% des hommes, et de 56% des femmes, est normale. Cela peut s'expliquer par la large étendue de fréquences considérées comme normales. Mais nous pouvons également avancer le fait que la hauteur dépend essentiellement de la tension et de la rigidité des cordes vocales. Or, les sujets de notre expérimentation n'ayant jamais consulté pour des problèmes vocaux, les possibilités mécaniques de leurs cordes vocales sont supposées normales. Le tableau et les trois graphiques ci-dessous répartissent les sujets selon leur fréquence fondamentale:

Hauteur

normale

pathologique

homme

11

2

femme

15

12

total

26

24

Hauteur %

normale

pathologique

homme

84,62

15,38

femme

55,56

44,44

total

65

35

Hauteur: distribution des sujets

Hauteur: distribution des sujets masculins Hauteur: distribution des sujets féminins

Hauteur: distribution des 40 sujets

Par ailleurs, les valeurs minimales et maximales des fréquences fondamentales de la population sont présentées dans le tableau ci-dessous:

fréquence fondamentale

minimale

maximale

moyenne

femmes

194,86

279,56

223,66

hommes

105,95

155,89

128,17

Hauteur: dipersion des valeurs brutes de la fréquence fondamentale

Nous pouvons remarquer que même les valeurs minimales ne sont pas significativement éloignées des normes.

Permettons-nous par ailleurs, d'émettre des réserves quant à la pertinence du choix de la phrase « Elle n'aimait ni maman ni mamie » pour l'analyse de la hauteur vocale. En effet, cette phrase est largement utilisée en clinique et en recherche, du fait de ses caractéristiques de production, idéales pour mesurer la fréquence fondamentale d'une voix195. Cependant, le contenu émotionnel que comporte cette phrase suggère des réactions de la part de celui qui la prononce, réactions qui induisent obligatoirement des variations des caractéristiques acoustiques de sa voix. Ainsi, lors de nos expérimentations, nous avons reçu de multiples commentaires et interrogations relatives au contenu de cette phrase.

II.1.2.2 Jitter

Les résultats, présentés dans les tableaux et graphiques suivants, font référence au jitter moyen, qui reflète les perturbations à court terme de la fréquence fondamentale de la voix. Seule une femme, sur les 40 sujets, a un jitter pathologique. Rapprochons ce résultat de l'écart, minime, séparant les fréquences fondamentales pathologiques des normes (en données brutes). Nous pouvons alors avancer le fait que

195Cf pp49-50.

la hauteur n'est pas réellement altérée chez les sujets de notre étude bien que 35% de notre population ait une fréquence fondamentale considérée comme pathologique.

Jitter loc

normal

pathologique

homme

13

0

femme

26

1

total

39

1

Jitter loc %

normal

pathologique

homme

100

0

femme

96,3

3,7

total

97,5

2,5

Jitter: distribution des sujets

Jitter: distribution des sujets masculins Jitter: distribution des sujets féminins

Jitter: distribution des 40 sujets

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net