WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

A propos d'une analyse objective de la voix de 40 sujets présentant des troubles musculo-squelettiques

( Télécharger le fichier original )
par Marion VIENNOT
UHP Nancy - Certificat de Capacité d'Orthophonie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II.1.4 Timbre

L'échelle de Yanaguihara et le rapport harmoniques/bruit nous ont permis de faire une analyse précise du timbre des sujets de notre étude.

II.1.4.1 Echelle de Yanaguihara

L'échelle de Yanaguihara permet d'évaluer le degré de dysphonie à partir de l'analyse visuelle de spectrogrammes. Rappelons que le type 0 correspond à l'absence de dysphonie et que le type 4 signe une dysphonie sévère. Les deux tableaux cidessous exposent le nombre et le pourcentage de sujets en fonction du type de dysphonie relevé.

Yanaguihara

0

1

2

3

4

homme

1

8

2

1

1

femme

3

19

8

6

4

total

4

27

10

7

5

Yanaguihara %

0

1

2

3

4

homme

7,69

61,54

15,38

7,69

7,69

femme

7,41

40,74

22,22

18,52

11,11

total

7,55

51,14

18,8

13,11

9,4

Distribution des sujets sur l'échelle de Yanaguihara

Il ressort de ces deux tableaux que moins de 8% des sujets de notre population ont une voix « normale ». Ce résultat tend à confirmer notre hypothèse principale, à savoir que des troubles musculo-squelettiques peuvent avoir des répercussions sur les qualités acoustiques de la voix.

Une analyse plus fine, par type de dysphonie, révèle cependant que plus de la moitié des sujets présente une dysphonie de type 1, c'est-à-dire une altération légère des qualités acoustiques de leur voix (cf graphiques ci-après). Ceci vient nuancer notre propos. En effet, nous pensons qu'une altération vocale légère n'est pas réellement signe de pathologie. Car, il est fort probable qu'une étude de la voix de sujets tout venant retrouve une proportion équivalente de dysphonies de type 1. Ainsi, il semblerait que les dysfonctions posturales ne soient pas véritablement causes de dysphonie.

A l'inverse, 12 des 40 sujets, soit plus de 22% de notre population, présentent une dysphonie de type 3 ou 4 (c'est-à-dire de dysphonie sévère à proche de l'aphonie). Cette proportion va dans le sens de notre hypothèse. Ainsi, des troubles musculo-squelettiques semblent favoriser la présence de troubles vocaux de type dysphonie dysfonctionnelle simple.

Distribution des sujets masculins sur l'échelle de Yanaguihara Distribution des sujets féminins sur l'échelle de Yanaguihara

Distribution de l'ensemble des sujets sur l'échelle de Yanaguihara

La limite principale concernant ces résultats est inhérente à l'utilisation de l'échelle de Yanaguihara. Même si nous avons utilisé un large corpus de spectrogrammes, la catégorisation en différents grades de dysphonie relève d'une analyse visuelle et comporte donc une part certaine de subjectivité.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net