WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

A propos d'une analyse objective de la voix de 40 sujets présentant des troubles musculo-squelettiques

( Télécharger le fichier original )
par Marion VIENNOT
UHP Nancy - Certificat de Capacité d'Orthophonie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

I.2.6 Action des muscles respirateurs durant

la phonation

Le rythme respiratoire est modifié pendant la phonation, celle ci s'effectuant sur l'expiration. Aussi, le temps inspiratoire se raccourcit et le temps expiratoire est prolongé. L'expiration, devenue active, est alors appelée « souffle phonatoire ».

M. A. Faure décrit quatre modes respiratoires couramment rencontrés14:

-l'inspiration scapulaire: souvent présente chez les personnes dont les courbures vertébrales sont exagérées, elle provoque un enroulement des épaules, un blocage du sternum et donc un moins bon contrôle du souffle phonatoire

-l'inspiration thoracique supérieure: relevant d'un besoin vital d'expansion pulmonaire, elle provoque des tensions au niveau de l'ensemble de la musculature respiratoire ainsi qu'une émission en soupir contraire à une bonne dynamique de communication

-l'inspiration abdominale: elle reflète une mise en tension du diaphragme et de la musculature abdominale. Exagérée, elle a pour effet de diminuer le temps phonatoire, du fait de l'exagération de la lordose lombaire et des tensions induites au niveau thoracique

-l'inspiration complète: mobilisant l'ensemble de la cage thoracique et de la musculature respiratoire, elle est accompagnée d'un redressement vertébral et d'une ouverture thoracique appropriée à la phonation.

Représentation schématique du travail des muscles respiratoires pendant la phonation15

14 Faure M.-A. (1988 b), « Dynamique respiratoire et qualités acoustiques de la voix », Bulletin d'audiophonologie Paris, Besançon, département d'ORL et d'audiophonologie, Faculté de Médecine de Besançon , 119,4; 95-106.

15 Cornut G, p45, Op. cit. p8.

I.3 Les résonateurs

Les résonateurs sont situés au-dessus des plis vocaux et comprennent les cavités pharyngée, nasale et orale. Ils composent ce qu'on appelle le tractus vocal. En effet, ce sont eux qui modulent le son laryngé. Ainsi, selon leurs formes, leurs volumes et leurs mouvements, ils timbrent la voix et articulent la parole.

I.3.1 Le pharynx

Le pharynx renforce de façon préférentielle les fréquences comprises entre 250 et 500 Hertz. Il se divise en trois parties distinctes qui sont, de haut en bas: le nasopharynx, l'oropharynx et le laryngopharynx.

En tant que résonateur, le pharynx permet, par les mouvements des différentes structures qui le composent, d'en modifier les positions et les dimensions. La forme du pharynx peut être modifiée par la position du larynx, l'action des muscles constricteurs du pharynx, la contraction ou non du voile du palais16 et la place de la base de langue.

En outre, les insertions laryngées de certains muscles pharyngés peuvent nous intéresser dans le cadre de cette étude. Les muscles pharyngés sont:

-les constricteurs pharyngés supérieurs (muscles formant les côtés et l'arrière du nasopharynx ainsi qu'une partie du mur postérieur de l'oropharynx)

-les constricteurs pharyngés médians (qui ont pour origine les cornes de l'os hyoïde et le ligament stylo-hyoïdien, et qui s'insèrent dans le raphé pharyngé médian)

-les constricteurs pharyngés inférieurs (qui sont reliés au cartilage

cricoïdien)

-les muscles salpingo-pharyngiens

-et les muscles stylopharyngiens (qui ont pour origine la base de l'apophyse styloïde de l'os temporal, et qui s'insèrent sur les cartilages thyroïdiens)

16 La décontraction du voile du palais ouvre le résonateur nasal, alors que sa contraction ferme ce résonateur.

Constricteurs et élévateurs du pharynx (d'après Le Huche) 17 Face antérieure du pharynx (d'après Le Huche) 18

I.3.2 La cavité orale

D'un point de vue physique, la cavité buccale renforce préférentiellement les fréquences comprises entre 700 et 2500 Hertz. Elle est le lieu privilégié de l'articulation et sa forme varie selon la position de la mâchoire, de la langue, des lèvres et des joues. Nous ne décrirons ici que la langue car, par son contact avec les dents et le palais, ainsi que par ses liens avec les structures adjacentes, nous verrons qu'elle joue un rôle privilégié tant pour la phonation que pour la posture.

La langue est constituée de muscles intrinsèques (fibres transverses, fibres longitudinales et fibres verticales) difficilement différenciables car fortement entrelacés. Les muscles extrinsèques attachent la langue aux structures voisines et lui permettent de se déplacer dans toutes les directions. Elle est liée:

- à la mandibule par le génio-glosse - à l'os hyoïde par l'hypoglosse

- au voile du palais par le glosso-staphylin

- à l'apophyse styloïde du temporal par le styloglosse

- à l'amygdale par l'amygdaloglosse
- au pharynx par le pharyngoglosse.

17 Le Huche F., Allali A. (1978), p116, Op. cit. p12.

18 Ibid., p114.

I.3.3 Les cavités nasales

La plupart du temps, les cavités nasales sont fermées par le voile du palais lors de la phonation sauf pour la production des phonèmes nasaux. Leur rôle dans la phonation ne nous intéresse que très peu dans le cadre de ce mémoire.

I.3.4 Les muscles de la face et de

l'expressivité

Très rarement décrits, contrairement aux cavités de résonance, les muscles peauciers peuvent eux aussi faire varier le timbre et l'articulation de la parole. De plus, ces muscles jouent un grand rôle dans l'expressivité et complètent l'informativité de la parole. On distingue essentiellement trois groupes de muscles peauciers de la face:

-les muscles des paupières et des sourcils: l'oocipito-frontal, le pyramidal, l'orbiculaire des paupières et le sourcilier

-les muscles du nez: la transverse du nez et le myrtiforme

-les muscles des lèvres: le canin, le buccinateur, le carré du menton, le mentonnier, le releveur naso-labial, le releveur de la lèvre supérieure, le petit zygomatique, le grand zygomatique, le risorius, le triangulaire des lèvres, le peaucier du cou, l'orbiculaire des lèvres et le compresseur des lèvres.

Muscles peauciers (d'après Le Huche) 19

19 Le Huche F., Allali A. (1978), p144, Op. cit. p12.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net