WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'implication de la République Démocratique du Congo dans la lutte contre le réchauffement climatique.


par alpha bagaza bangamo
université protestante au congo - licence en droit public international 2012
  

précédent sommaire suivant

I.3. Les programmes d'adaptation au réchauffement climatique en

ï La communication nationale initiale de la RDC sur les changements climatiques

La République Démocratique du Congo (RDC) a signé la convention des Nations-unies sur les changements climatiques lors du sommet de la terre sur l'environnement et le développement tenu à Rio de Janeiro en Juin 1992 et l'a ratifiée le 08 Décembre 1994.

Par ces actes, la RDC a souscrit aux engagements des parties à respecter et à appliquer les termes de cette convention, c'est pour cela que, en application de l'article 12 de celle-ci, notre pays vient de finaliser sa communication nationale initiale, ce travail traduit les grandes orientations stratégiques et les mesures prises ou envisagées par la RDC pour appliquer la convention cadre sur les changements climatiques, l'inventaire national des émissions anthropiques par sources et de l'absorption par puits de tous les gaz à effet de serre non réglementés par le protocole de Montréal uniquement pour l'année 1994 conformément aux exigences internationales du Groupe Intergouvernemental d'Experts chargé de l'évolution du Climat (GIEC) et d'autres informations que notre pays juge utile pour atteindre l'objectif de la convention.

Ces informations sont inspirées du plan triennal de développement du pays qui met l'accent particulier sur un programme de stabilisation et de relance économique et sociale à court terme pour freiner à la fois la régression économique et la détérioration continue des conditions de vie de la population. L'élaboration de ce document a en conséquence privilégié l'approche participative entre les différents ministères et services étatiques d'une part et entre le gouvernement, les organisations non gouvernementales et le secteur privé d'autre part.

La hiérarchisation des problèmes environnementaux et la formulation des actions y afférentes a permis de déterminer un plan d'intervention dans les domaines retenus et jugés prioritaires pour une meilleure préservation de l'environnement et une gestion rationnelle des ressources naturelles.

Le plan global d'actions environnementales se présente de manière suivante : ressources en eau, ressources en terre, pollution de l'air et de l'atmosphère, écosystèmes naturels, gestion de l'environnement urbain, patrimoine culturel et historique, calamités naturelles en rapport avec les changements climatiques, la désertification, la sécheresse et de toute forme de dégradation de l'environnement.

ï Le programme d'action nationale d'adaptation au changement climatique de la RDC

Au nombre des problèmes auxquels se trouve confronté notre humanité, figure celui des changements climatiques. Face à ce problème mondial, les différents Etats présents au sommet de la terre sur l'environnement et le développement tenu à Rio de Janeiro en Juin 1992, ont convenu sur la mise en application de la convention sur les changements climatiques. En respect à cet engagement, la RDC a consenti deux ans plus tard, soit plus exactement le 08 décembre 1994 à la ratification de cette convention. Pour y faire face, les Etats sont appelés à se prémunir des stratégies d'adaptation appropriées et durables.

Dès lors, notre pays s'est engagé dans une démarche volontariste visant à remplir les différents engagements auxquels il a librement et en connaissance de cause souscrit. Une première action d'envergure a été la préparation d'une communication nationale initiale sur les changements climatiques, présentée lors de la huitième session de la conférence des parties à New-Delhi en Inde en novembre 2002. Etant donné l'urgence de s'attaquer aux défis des changements climatiques et au regard des axes de vulnérabilité identifiés au niveau national, le ministère de l'environnement en tant qu'organe officiel de pilotage de la convention avait au lendemain de cette conférence amorcé des travaux d'élaboration du Programme d'Action Nationale d'Adaptation aux changements climatiques en sigle PANA.

Ce document préparé suivant un processus participatif et consultatif, intègre des aspects saillants des programmes, plans et autres documents de stratégies nationaux qui s'inscrivent dans la logique du développement durable et de la quintessence des accords multilatéraux sur l'environnement auxquels la RDC a adhéré. Le présent plan d'action constitue ainsi un processus d'adaptation devant permettre aux populations les plus vulnérables et aux communautés de base les plus exposées de faire face aux conséquences des changements climatiques dans le pays. Les stratégies qui y sont proposées anticipent les conséquences des défis climatiques majeures en intégrant les risques climatiques futurs lors de la sélection des options d'adaptation lesquelles ont été coulées sous forme des projets, conformément aux directives au Fonds pour l'Environnement National (FEM).

Ainsi donc, le volet phare de ces projets concerne la relance du secteur vital de la production agricole de base en vue d'atteindre la « sécurité alimentaire ». Par ailleurs, une attention a été portée sur les sources d'énergie propre dans les contrées ou des milieux particulièrement desservis en la matière.

A ce sujet et conformément aux conclusions de la communication nationale initiale de la RDC présentée à la 8ème conférence des parties en octobre 2002, à New-Delhi, le pays est particulièrement vulnérable aux impacts des changements climatiques de façon urgente dans les secteurs : énergétique, agricole, ressources en eau et diverses crises dues aux géosciences, les érosions et éboulements de terre.

ï Le programme d'identification et Evaluation des besoins technologiques et modalités de transfert des technologies propres en RDC

Ce document constitue le rapport de la RDC sur l'identification des besoins technologiques, les modalités de transfert des technologies écologiquement propres susceptibles de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d'atténuer les impacts des changements climatiques sur l'ensemble du territoire national, ainsi que l'état de lieu sur l'observation systématique du climat conformément aux dispositions pertinentes de la convention cadre des Nations-Unies sur le changement climatique.

La préparation de cette phase additionnelle des activités habilitantes sur le changement climatique permet à la RDC de satisfaire à ses obligations de renforcement des capacités nationales tant au niveau institutionnel qu'au niveau humain, par l'évaluation des besoins technologiques afin d'adopter des mesures et politiques d'atténuation et stratégies d'adaptation dans les domaines socio-économiques les plus vulnérables aux conséquences néfastes de changements climatiques.

Ce projet a consisté essentiellement à identifier les besoins technologiques, renforcer les capacités pour évaluer les besoins technologiques, les modalités pour leur acquisition et absorption et renforcer les capacités nationales pour la participation au réseau d'observation systématique du climat.

Les activités menées dans le cadre de ce projet ont porté sur :

ï La collecte des données et informations pertinentes susceptibles de contribuer à la réduction des émissions des gaz à effet de serre dans les secteurs de l'énergie, de l'agriculture, l'utilisation de changement des terres et forêts, de l'industrie et de déchets, l'état de lieu sur le réseau national d'observation du climat, les études de renforcement du réseau national d'observation du climat ainsi que l'identification d'un centre national de transfert des technologies en matière de changement climatique.

précédent sommaire suivant