WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'implication de la République Démocratique du Congo dans la lutte contre le réchauffement climatique.


par alpha bagaza bangamo
université protestante au congo - licence en droit public international 2012
  

précédent sommaire suivant

III.3. les perspectives d'avenir dans la lutte contre le réchauffement climatique sur le plan international et national

ï Les perspectives d'avenir dans la lutte contre le réchauffement climatique sur le plan International

Maintenir l'intégrité de l'environnement, c'est intégrer dans l'ensemble d'actions des communautés humaines la préoccupation du maintien de la vitalité et de la diversité des espaces et de l'ensemble des écosystèmes naturels terrestres et aquatiques, notamment par des mesures de protection de la qualité de l'environnement par sa restauration et son aménagement.

L'altération, de l'environnement naturel est fondamentalement d'origine tropique et s'accentue avec la spectaculaire croissance des pays émergents et le rattrapage légitime des pays en voie de développement qui se matérialise par le réchauffement climatique , la dégradation de la couche d'ozone, la rareté d'eau douce , la disparation des forêts , une diminution sans précédent de la biodiversité , l'accélération de la désertification et de la stérilité de la biodiversité, l'accélération de la désertification et de la stérilité des terres dans plusieurs parties du monde , l'augmentation de toutes les formes de pollution , l'accroissement des catastrophes naturelles, industrielles , écologiques et sanitaires.

Le réchauffement climatique est principalement du à l'augmentation très significative depuis le début de la révolution industrielle, de la concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère qui se traduit par des importants effets négatifs.

La conscience environnementale s'est développée dans les années 1970 à la suite d'une augmentation spéculaire de la population mondiale et de l'augmentation considérable du niveau de vie dans les pays développés au lendemain de la deuxième guerre, la poursuite de la prospérité matérielle et la course à l'armement qui enclenchent une relance économique et essor industriel sans précédent.

Dans cette course accélérée vers le développement, les atteintes à l'environnement se multiplient, les pressions sur les ressources naturelles se font de plus en plus fortes. Ici et là en occident, des associations écologiques et des spécialistes manifestent leurs inquiétudes sur les risque liés à cette exploitation des ressources et au manque d'attention sur la dégradation de l'environnement mais leur action reste presque sans échos.

L'une des étapes par laquelle le droit international de l'environnement doit à présent passer est celle de la recherche des moyens propres à lui permettre de faire exécuter et sanctionner ses normes. Ce problème crucial a été posé et le demeure, à cause des menaces irréversibles contre l'environnement mondial.

La déclaration de Stockholm invitait déjà les Etats à coopérer pour développer le droit international en ce qui concerne la responsabilité et l'indemnisation des victimes de la pollution et d'autres dommages écologiques malgré quelques tentatives faites dans cette direction , cette initiative n'a pas connu de véritable développement par la suite . La déclaration de Rio a pris le relais, en préconisant en dehors du développement, des législations nationales relatives à la responsabilité pour dommage à l'environnement. Malheureusement depuis la conférence de Rio aucun progrès n'a été fait non plus en ce qui concerne la responsabilité internationale, celle des Etats selon les normes du droit international toutefois différents aspects de la responsabilité non étatique visant surtout la réparation des dommages environnementaux ont été abordés par plusieurs instruments internationaux. Plusieurs auteurs ont fait la remarque selon laquelle cette matière se manifeste encore aujourd'hui par sa pauvreté conventionnelle en effet, la quasi - totalité des litiges interétatiques a été réglée par la négociation. C'est un véritable défi pour le droit international de l'environnement prospectif, car les obstacles à surmonter sont nombreux.

Certes, le juge international est aujourd'hui sollicité de manière croissante pour ce qui concerne les questions environnementales, il faut reconnaitre que ses pouvoirs sont encore limités tout comme les juridictions sont inégalement armées, notamment sur le plan procédural. Excepté en droit communautaire, la possibilité de sanctionner un Etat pour non respect d'un accord mondial environnemental n'a pas encore été bien définie et droit international de l'environnement devrait dans l'avenir doter la communauté internationale d'une institution spéciale pour règlement de toute violation relative à la protection de l'environnement global.

ï Les perspectives d'avenir dans lutte contre le réchauffement climatique sur le plan national

Sous le terme de protection de l'environnement, on entend toutes les mesures qui sont prises ou qui doivent être prises dans le secteur public ainsi que dans la grande et petite industrie pour protéger l'environnement. On y inclut aussi bien les mesures préventives qui doivent aider à réduire la pollution apportée par les gaz carboniques et les déchets envers les hommes, les animaux, les plantes ainsi que les mesures permettant de réhabiliter les parties de l'environnement endommagées. En particulier, on prend en compte les mesures qui permettent d'économiser les ressources et de réduire la consommation d'énergie. Bien sur, dans les foyers domestiques, il y a des mesures sur la protection de l'environnement qui valent d'être mentionnées.

Dan certains pays la politique de l'environnement comprend toutes les activités qui sont nécessaires pour atteindre les trois objectifs suivants :

Protéger le sol, l'air, l'eau, la végétation et les animaux contre les effets néfaste de l'activité humaine ;

ï Réparer les dommages causés par l'activité humaine

Les experts considèrent que des progrès majeurs devraient être réalisés en matières de technologies des transports et de ressources énergétiques alternatives à l'horizon pour relever les défis à venir en remplacement à terme des énergies fossiles et lutte contre les émissions des gaz à effet de serre mais ils retiennent principalement l'apport de quelques innovations technologiques :

ï Les biocarburants ; produits à partir d'huiles ou de sucre, les biocarburants, peuvent être mélangé au gazole ou à l'essence, leur production pourrait nécessiter de mobiliser des surfaces agricoles importantes.

ï Les biomasses : les carburants de synthèse produits à partir de la totalité de la plante pourront se substituer aux carburants pétrolier, il est encore au stade de la recherche, leur production pourrait commencer d'ici 1 à 15 ans . ils pourraient représenter entre 30 et 50 % des carburants des transports à terme.

ï Les véhicules hydrides électriques rechargeables permettent actuellement une amélioration importante de la consommation du carburant, a plus long terme, ils pourraient permettre de baisser la pollution de 90 g de CO2 / Km, avec une recharge naturelle des batteries qui aura un impact plus ou moins import en terme de gaz à effet de serre.

ï Inciter davantage les constructeurs automobiles à concevoir des véhicules moins ou pas polluants de par leur moteur, leur système de combustion,

ï Développer les transports collectifs (Train, Tramways, bus, métros navettes fluviales et ferroviaires, par ailleurs le mode de combustion des transports collectifs doit montrer l'exemple en matière de lutte anti - pollution ;

ï Développer les itinéraires cyclables et favoriser les accès à pied et encourager l'utilisation durable,

ï Informer et sensibiliser les citoyens sur la qualité de l'air et promouvoir le contrôle anti-pollution des véhicules ;

ï Avoir une politique active de protection et de développement des forêts et des espaces verts ;

ï Encourager de nouvelles sources d'énergie pour les véhicules.

La prévention qui est l'étape indispensable à toute stratégie de bonne gestion aura pour objectif d'éduquer, informer la population afin de la rendre consciente de l'état de l'environnement et des problèmes qui s'y rattachent.

Eduquer, informer et former la population à cet égard constitueront une politique engagée en faveur de l'environnement qui est à encourager et sera orientée vers une connaissance de la nature, de la biodiversité, de la biosphère et de la maitrise des formes de protection de l'environnement. Développer et renforcer l'arsenal juridique existant en prenant des mesures strictes et contraignantes, en renforçant les lois relatives à la protection de l'environnement parce que les lacunes du droit de l'environnement sont remarquables et le laxisme de la réglementation des Etats en matière de la protection de l'environnement sont comme tel.

Elaborer un code universel d'éthique en matière d'environnement sur le concept de gestion responsable et avisée de la nature par l'homme.

Les mesures curatives visent à arrêter ou à remédier aux causes de dégradation subies par l'environnement, elles visent aussi à aider ou a contraindre les personnes ou les acteurs de la vie économique à abandonner les pratiques néfastes ou les mauvaises habitudes ayant entrainé une détérioration de l'environnement.

Le principe d'action préventive et de correction a priori à la source des atteintes à l'environnement, en utilisant les meilleures techniques disponibles à un coût économique acceptable.

précédent sommaire suivant