WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'implication de la République Démocratique du Congo dans la lutte contre le réchauffement climatique.


par alpha bagaza bangamo
université protestante au congo - licence en droit public international 2012
  

précédent sommaire suivant

SECTION II : LES CAUSES ET CONSEQUENCES DU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

II.1. LES CAUSES DU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

La concentration d'un gaz à effet de serre dans l'atmosphère résulte de son accumulation, elle reflète la somme de ses émissions antérieures pondérées par des coefficients qui traduisent les modalités et les rythmes à la marge d'un cheminement.

Cet accroissement de la concentration des gaz à effet de serre s'est considérablement accru depuis le début de l'ère industrielle. Cet accroissement de la concentration des gaz à effet de serre est clairement lié à l'activité humaine , ainsi en 1990 pour les pays industrialisés la production d'énergie à hauteur de 38% , le transport à hauteur de 24% les autres activités industrielles pour 21 % , l'habitat et l'agriculture pour 16% , constituent les principales sources anthropiques d'émissions en dioxyde de carbones provenant de la combustion de carbone fossile . Les activités agricoles contribuent de façon significative aux émissions de protoxyde d'azote et aussi de méthane de plus de 50% du total et viennent ajouter essentiellement des contributions des déchets.

Le gaz carbonique est le principal gaz à effet de serre rejeté par l'activité humaine , c'est également l'un de ceux dont le temps de résidence dans l'atmosphère est les plus long a la différence des autres gaz dont les sources anthropiques sont liées à des activités spécifiques telle que l'industrie ou l'agriculture pour lesquelles certaines actions correctives sont envisageable dans des délais relativement courts, les émissions de dioxyde de carbone sont largement liées à la production d'énergie , les actions correctives sont donc beaucoup plus difficiles a mettre en place quand on sait que :

ï les besoins énergétiques mondiaux en augmentation continuelle, tirés par la croissance, la démographie et l'essor économique du tiers monde ;

ï 85% de ces besoins sont actuellement assures par des combustions fossile (charbon, gaz et pétrole) générateur de C02

ï les prévisions de rejets de CO2, si rien n'est fait pour les limiter atteindront les 15 milliards de tonnes de carbone par an en 2050 soit un doublement par rapport a la décennie actuelle.

La comparaison du volume cumulé des émissions de CO2 et de l'augmentation de sa teneur dans l'air montre que seule la moitié environ sa teneur du gaz émis s'accumule dans notre atmosphère et l'autre moitie est absorbée par la végétation continentale et l'océan.

Les émissions sont généralement regroupées en cinq grandes catégories :

ï l'industrie, la production d'électricité, les transports, le chauffage et le reste qui représentent de 70% à 75% des émissions des pays développés, ce pourcentage est inférieur dans le pays moins riches où les émissions d'origine agricole sont essentiellement composées de méthane et de protoxyde d'azote sont proportionnellement plus importantes.

Etablir un diagnostic de l'évolution du climat requiert de choisir des indices intégrant ce qui peut se passer un peu partout sur la planète, le plus utilisé est la température moyenne au sol, la température qui depuis le début de l'ère industrielle a augmenté de 0,6 à 0,9°c, une augmentation qui parait supérieure aux variations naturelles du climat estimées sur le dernier millénaire.

LES ORDURES MONDIALES BRUTES

ï Les ordures ménagères 2,5%

ï Les déchets des bâtiments 3,5%

ï Les déchets spéciaux 18%

ï Les déchets industriels 76%.

En 2006 ont été produit annuellement en France 627 millions de tonnes de déchets :

ï 47 millions de tonnes de déchets municipaux (déchets ménagers et déchets de communes), 62 millions de tonnes de déchets industriels et spéciaux,

ï 100 millions de tonnes de déchets inertes (chantiers de démolition et déchets de mines et carrières, 418 millions de tonnes de déchets agricoles et industriels agro alimentaires.

précédent sommaire suivant