WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'UDC de C. Blocher: l'extrême droite au coeur de la concordance helvétique?

( Télécharger le fichier original )
par Julien Vlassenbroek
Université Libre de Bruxelles - Licence en sciences politiques 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

4.1.3.4. L'antisystémisme dans le cadre théorique développé par Cas Mudde

La définition du parti d'extrême droite offerte par Cas Mudde ne reprend pas explicitement le critère antisystémique comme un invariant du corpus idéologique élaboré par ce type de parti223(*). Il ne faut pas en conclure pour autant que ce scientifique nie toute relation entre éléments idéologiques antisystèmiques et parti d'extrême droite, mais bien qu'il ne considère pas ce type d'éléments comme indispensables à la classification d'un parti dans cette catégorie. Il faut, pour comprendre cette position, se rappeler que Mudde n'utilise pas le qualificatif anti-système mais bien celui d'anti-démocratique, tout en optant pour une vision strictement positiviste de la démocratie224(*) définie comme un ensemble de procédures et départie de toute considération jusnaturaliste de l'Etat de droit. Dans cet ordre des choses, on a vu que l'on ne pouvait pas considérer l'UDC comme anti-démocratique, puisqu'on y retrouve bien une acceptation formelle des procédures démocratiques malgré un rejet systématique des modalités concrètes d'application de ces procédures et de leurs responsables. La position de l'auteur s'arc-boute sur l'argument suivant : une définition plus large de la démocratie nécessite un «appel à des concepts tels que celui de protectuion [sic] des minorités, de tolérance comme valeur... Or, de ce point de vue, on trouve peu de partis démocratiques. Beaucoup veulent, par exemple, interdire l'extrême droite, ce qui n'est pas démocratique.»225(*)

Néanmoins, si le critère anti-système n'est pas présent dans la définition de Mudde, ce dernier n'en relève pas moins l'importance capitale de cet élément pour la classification d'un parti en tant que parti d'extrême droite. Il écrit notamment à propos des problématiques soulevées par ces partis : «[...]. All these issues are linked to `'the politics of resentment'', that is the criticism of political parties. It is particularly this `'issue'' that unites all ERPs even `'border cases'' [...]. Rather than rejecting the political party per se, contemporary ERPs produce a constant stream of populist anti-party sentiments. Their critique is directed at all established parties [...]. It is not so much the fact that the established/other parties hold different ideas which is criticised, but rather the `'fact'' that they have no ideas at all, and that they are only interested in political power and financial gain. [...]. In various cases, ERPs argue also that the established parties are part of an `'old regime'', out of touch with the population and with its current issues, yet desperate to keep power» 226(*).

Le populisme anti-parti que décrit Mudde semble en grande partie applicable aux caractéristiques anti-partis constatées dans le cas de l'UDC. Cette position pourrait nous permettre de rapprocher l'UDC de la famille politique de l'extrême droite dans la mesure où, selon ce spécialiste de la question de la définition de ce courant, ce serait particulièrement cette dimension anti-système qui rassemble tous les partis de cette tendance, même les `'border cases''. Cependant, il serait erroné de se prononcer avant d'avoir pu vérifier la congruence d'autres aspects de l'idéologie de l'UDC blochérienne avec les caractéristiques développées par cet auteur dans sa définition de l'extrême droite.

* 223 C. MUDDE, «Expliquer le succès de l'extrême droite», op.cit., p. 14.

* 224 Ibid.

* 225 Ibid.

* 226 C. MUDDE, «The Single Issue Party Thesis : Extreme Right Parties and the Immigration Issue», op. cit., pp. 191 - 192.

précédent sommaire suivant