WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'UDC de C. Blocher: l'extrême droite au coeur de la concordance helvétique?

( Télécharger le fichier original )
par Julien Vlassenbroek
Université Libre de Bruxelles - Licence en sciences politiques 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

4.2.2.2. Les étrangers menacent la paix sociale et la cohérence nationale

Dans son programme national pour la législature 1999-2003, l'UDC arguait que «nous [les Suisses] avons aujourd'hui atteint les limites matérielles et sociales de notre capacité d'intégration. [...].»305(*) et que les «abus de plus en plus nombreux dont fait objet le droit d'asile» prennent une telle ampleur que la «paix sociale est menacée»306(*). Certains parmi les plus radicaux du parti - tels que Cristoph Mörgeli, conseiller national UDC, historien chargé de cours à l'Université de Zurich et idéologue de la section zurichoise du parti307(*) - iront jusqu'à dénoncer une immigration de masse «qui déstabilise notre pays [la Suisse], met notre culture, notre cohérence nationale en danger»308(*). De telles prises de positions ne sont donc pas accidentelles. Ce fait est illustré par certains discours des ténors de la formation adressés à un public militant309(*), voire par certaines de ses affiches électorales tournées contre «les cultures non-chrétiennes» qui «ne veulent pas s'intégrer et ne viennent en Suisse que pour encaisser les allocations»310(*) ou plus récemment lorsque dans le cadre de la campagne de soutien à l'initiative «contre les abus dans le droit d'asile» (cf. infra), l'UDC faisait placarder 3.200 affiches311(*) représentant un homme moustachu, menaçant, visiblement d'origine étrangère, ganté et portant des lunettes noires qui déchire avec un petit rictus le drapeau suisse. Les lunettes et les gants noirs évoquent le crime, les cheveux et la moustache noire ainsi que le teint hâlé de l'homme représenté sont sensés indiquer qu'il s'agit d'un étranger et le fait qu'il déchire le drapeau illustre son mépris de la Suisse et de ses symboles nationaux. Le texte de l'affiche est explicite «Accueil oui... laisser faire non». Pourtant l'affiche n'illustre en rien le premier aspect du slogan, mais juste un étranger qui déchire impunément un symbole national helvétique. La xénophobie évidente de cette campagne d'affichage avait d'ailleurs entraîné le dépôt de plusieurs plaintes contre l'UDC pour infraction à la législation suisse sur la discrimination raciale312(*).

D'après l'UDC, les étrangers feraient donc peser des menaces de plusieurs ordres sur la paix sociale et la cohérence nationale. On a déjà rendu compte de la thèse de la menace criminelle étrangère ; on a brièvement abordé la thèse de l'incapacité démographique d'accueil, qui repose sur le postulat que par «sa taille et sa densité démographique, la Suisse n'est de toute évidence pas un pays d'immigration»313(*) et que malgré ce fait «évident», la Suisse doit supporter une «immigration incontrôlée»314(*).

On n'avait pas encore précisé que, pour l'UDC, les étrangers représenteraient également un risque de déstabilisation économique du pays, un jugement qui repose notamment sur l'allégation que «chaque année nous [Suisses] payons plus de 2 milliards de francs pour financer les abus dans le droit d'asile»315(*) mais également sur les fraudes aux oeuvres sociales qui serait menée par « la fausse invalidité et les profiteurs sociaux étrangers »316(*) grevant les ressources de l'Etat. Dans le compte-rendu d'un discours prononcé lors d'une réunion de l'ASIN, on peut lire que «le taux de chômage [suisse] est inférieur à celui de l'UE malgré la proportion élevée de population étrangère»317(*). Ce «malgré» trahit donc le préjugé udécéen d'une corrélation entre le fait d'être étranger et celui d'être chômeur, de l'étranger exerçant forcément une pression sur les oeuvres sociales de son pays d'accueil.

On abordera un nouvel aspect de la menace que représentent les étrangers pour la Suisse, selon l'UDC, dans la partie suivante de ce travail. Il s'agit cette fois d'un aspect culturel. En effet, le parti qui fait l'objet de la présente étude se pose comme le défenseur de la culture suisse et de son identité nationale face aux dangers d'une emprise étrangère qui en menacerait la perpétuation318(*). Mais cette fois, le parti fait la différence entre deux types d'étrangers, car tous ne constitueraient pas le même degré de menace de ce point de vue (cf. infra).

* 305 Programme de l'UDC - Suisse 1999-2003, in O. MAZZOLENI, «Nationalisme et populisme en Suisse. La radicalisation de la `'nouvelle'' UDC», op. cit., p. 72.

* 306 UDC, «Plate-forme électorale : Politique d'Asile et des Etrangers», programme électoral de l'UDC en vue des législatives de 1999, consulté sur www.udc.ch, url : www.udc.ch/Franz/Wahlplattform/Etranger.htm

* 307 M. ABBET, « Le disciple à la droite de Blocher », L'HEBDO, 6 janvier 2000, Lausanne, consulté sur www.webdo.ch, url : www.webdo.ch/hebdo/hebdo_2000/hebdo_01/Suisse_01.html.

* 308 Propos de Cristoph Mörgeli, rapportés in Ibid.

* 309 Voir notamment M. FOLAIN, «Une soirée avec Cristoph Blocher et Moritz Luenberger», Solidarités, N° 122, du 21 février 2001, p. 20, consulté sur www.solidarités.ch, url : http://www.solidarites.ch/journal/index.php3?action=6&id=45&rubr=7

* 310 P. NIGGLI, «La droite radicale perce en Suisse», Le Monde Diplomatique, Paris, décembre 1999, p. 11.

* 311 M. GIROD, «L'Union Démocratique du Centre. Trois raisons d'un succès», op . cit., p. 71.

* 312 J. DEPOMMIER, «Une persistante ambiguité», Bulletin du POP, n° 32-33, du 20 août 1999.

* 313 UDC, «Plate-forme électorale 2003 à 2007», op. cit., p. 40.

* 314 «Non à une politique des portes ouvertes en matière d'immigration», communiqué de l'UDC - Suisse du 28 janvier 2003, Berne, consulté sur www.udc.ch, url : www.udc.ch/print.html?page_id=214

* 315 Affiche électorale de l'UDC, intitulé «ça, nous le devons aux autres partis», 2003.

* 316 Ibid.

* 317 C. BLOCHER, «Dix ans après le non au traité de l'EEE. Analyse de la situation et perspectives», op. cit., p. 13.

* 318 H.-G. BETZ, «Exclusionary Populism in Austria and Switzerland», Akademie für Internationale Politik des Renner-Instituts, Vienne, 2002, p. 13 ; article en ligne consulté sur www.renner-institut.at, url : www.renner-institut.at/download/texte/betz2.pdf

précédent sommaire suivant