WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'UDC de C. Blocher: l'extrême droite au coeur de la concordance helvétique?

( Télécharger le fichier original )
par Julien Vlassenbroek
Université Libre de Bruxelles - Licence en sciences politiques 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

4.3.3. Confrontation des constatations empiriques aux modèles théoriques et analyses

S'il faut préciser d'emblée que la dimension conservatrice et sécuritaire ne constitue pas à proprement parler un dénominateur commun des extrêmes droites occidentales contemporaines462(*), on notera toutefois que cette composante moralisatrice du tissu idéologique udécéen correspond à ce que Mazzoleni décrit comme la «toile de fond de l'émergence de la droite extrême et conservatrice au cours des années 80 et 90 dans les sociétés occidentales»463(*) et dont l'ambition serait de «défendre les `'valeurs morales'', par la réactivation partielle du principe de l'autorité et du patriotisme, par le rôle central donné à la famille et par le respect des moeurs traditionnelles»464(*). Cette exigence de «normes morales fortes, capables de sauvegarder les principes d'un Etat souverain et soudant une `'communauté d'individus responsables''. [...] serait une manière de réagir à la `'révolution silencieuse'', à la remise en question des valeurs en cours depuis les années 1960 autour des mots d'ordre de la révolution sexuelle, de la libération des femmes, de l'antimilitarisme, de la tolérance envers les autres cultures, de la contestation de l'autorité parentale et de la critique du rôle dominant de l'économie de marché»465(*).

Si, dans le sillage de Taguieff, on considère que le courant national-populiste de l'extrême droite contemporaine insiste sur ces «valeurs vitales»466(*), c'est d'une part parce qu'il véhicule une «perspective `'vitaliste'' [...] para-darwinienne»467(*) (dont on abordera une des manifestation doctrinale au point 4.4.); et d'autre part, parce que, à l'instar de l'UDC si l'on en croit les extraits ci-dessus, il défend une conception `'organique'' de la communauté, issue du traditio-communautarisme, «violemment anti-progressiste, dont on retrouve l'essentiel dans le conservatisme agraire»468(*) ; on dispose alors à première vue ici d'un élément de rapprochement possible entre le parti de Blocher et les théories du courant national-populiste de l'extrême droite contemporaine où tout «comportement `'déviant'' - telles l'homosexualité, la consommation de drogues, la `'criminalité montante'', la `'permissivité'' - est dénoncé au nom de `'la loi et l'ordre'' dont l'Etat , considéré dans ses fonctions régaliennes, doit se faire le garant»469(*).

On peut également rapprocher les thèses de l'UDC de celles d'autres partis d'extrême droite, et notamment du Front National français et du Vlaams Blok, à propos de ces sujets, puisqu'il apparaîtrait que pour les partis de ce courant «the ideal state is the classical Etat-gendarme [ en italique dans le texte]. The ordered community is only possible if the public authority is endorsed with real power. The far right parties demand a very large increase in the strength of all police forces»470(*). Une affirmation qui peut s'appliquer à l'Union Démocratique du Centre au vu des extraits relatés plus haut ou encore lorsqu'elle affirme que «la police a besoin d'un appui politique pour travailler efficacement»471(*) car «la sécurité de la population est la première des priorités»472(*) ; il ressort également que pour ces formations d'extrême droite « the family is the basic unit of this harmonious and organically structured community. [...]. The family is the married heterosexual couple whose duty is to have children in order to maintain and strengthen the community. [...]. Part of the educational task of the family is to instil national commitment in the children»473(*), une vision qui ne paraît guère s'écarter de celle du premier parti de Suisse quand celui-ci affirme que «la famille traditionnelle [...] en tant que noyau de la société constitue une valeur fondamentale et durable, surtout à une époque de globalisation. Elle est la base du développement des enfants, de la prospérité commune et de la cohésion des générations»474(*).

4.3.3.1. La dimension conservatrice et sécuritaire dans le cadre théorique développé par Pierro Ignazi

Ignazi soutient la thèse que les partis d'extrême droite dits de la `'troisième vague'' des années quatre-vingts et nonante, sont des «fruits inachevés de la société postindustrielle»475(*).

L'auteur entend par là que ces partis sont nés, ou ont progressé, en offrant des réponses à des exigences politiques nées des clivages de la société post-matérialiste et notamment d'«une demande chez les citoyens de la prise en charge (ou de la représentation) des besoins non traités par les partis traditionnels tels que la sécurité et l'identité»476(*) inhérentes, selon l'auteur, à ce type de société. Les partis contemporains du courant d'extrême droite auraient également, d'après le politologue italien, hérité des valeurs issues du néo-conservatisme, courant qui constituerait «[an] alternative and parallel view of reality»477(*) à celle de la gauche progressiste478(*).

Ce mouvement néo-conservateur, décrit comme «sharply opposing post-material libertarianism»479(*), se caractériserait notamment par le fait que «the role of the family and traditional moral values have been partly re-emphasized and partly redefined in response to postmaterialist issues»480(*). Des valeurs qui se retrouvent dans le corpus idéologique des partis d'extrême droite, puisqu'elles constituent des éléments clefs d'une idéologie qui sert de base doctrinale à ceux-ci. Les années quatre-vingts auraient ainsi été le théâtre d'une réinterprétation radicalisée de cet héritage néo-conservateur par, les partis d'extrême droite contemporains, qui s'est notamment traduit par le fait que «traditionalmoral issues were reinforced to urge moral general anti-civil-rights standings ; state enforcement was strengthened to invoke tough law and order provisions»481(*).

Surtout, on notera que: «Law and orders issues have been also agitated by moderate-conservative parties from time to time, independently of immigration. But no conservative party has ever put as much emphasis on these issues, nor taken as extreme positions, as the ERPs have done»482(*).

L'insistance manifeste avec laquelle l'UDC met le doigt sur les questions de sécurité, sur les revendications sécuritaires en général, tout en les liant avec le problème des étrangers (cf. point 4.2.2.), indiquerait donc qu'elle intègre une nouvelle caractéristique des partis d'extrême droite. Ce courant de partis développerait, pour Ignazi, «a call for unbounded authority, [...] and the recasting of a strong state»483(*). Le fait que l'on retrouve de telles caractéristiques dans le cas de l'UDC de Blocher permet de compléter en partie les exigences du tableau théorique ignazien des éléments permettant d'identifier un parti d'extrême droite.

Ces prétentions de l'extrême droite contemporaine à un renforcement de la loi et de l'ordre sont en outre utilisées par Ignazi pour confirmer sa thèse de partis structurés sur des clivages post-matérialistes. Il indique en effet que: «A mounting sense of doom, in contrast to postmaterialist optimism, has been transformed into new demands [...]. These demands include law and order enforcement and, above all, immigration control, which seems to be the leading issue for all new right-wing parties»484(*). Des constats généraux qui semblent applicables au cas de l'UDC, au vu des éléments empiriques récoltés ci-dessus.

La dimension conservatrice et sécuritaire s'avère d'autant plus utile à étudier dans le cas de l'UDC, quand on sait que pour Ignazi : «Only ERPs play upon an harmonious and idyllic past where conflicts and anxiety about the future did not exist. Only ERPs, last but not least [en italique dans le texte], invoke law and order and a xenophobic policy against Third world immigration»485(*). Sur base des constats effectués dans ce chapitre et dans les précédents, on dispose donc de plusieurs éléments permettant d'affirmer que, si l'on s'en réfère à Pierro Ignazi, l'Union Démocratique du Centre déploie aujourd'hui dans son idéologie des éléments conservateurs et sécuritaires mêlés à des considérations xénophobes que `'seuls'' les partis d'extrême droite déploieraient. On ne prendra pas encore le risque de se prononcer définitivement quant à l'applicabilité du modèle théorique ignazien du parti d'extrême droite non-fasciste à l'Union Démocratique du Centre, mais il semble qu'on puisse déjà affirmer que de nombreux points de concordance peuvent indéniablement être établis entre l'un et l'autre.

* 462 Voir notamment J. EVANS, «The dynamics of social change in Radical Right-wing Populist party support», Paper prepared for the 14th Conference of the Council of European Studies, Chicago, 11-13 mars 2003, consulté sur internet, url : www.espch.salford.ac.uk/politics/RRP_dynamics.pdf ; R. HARMEL et R. GIBSON, «Right libertarian parties and the `'new values'' : a reexamination», Scandinavian Political Studies, vol. 18, n°2, 1995, pp. 97-118.

* 463 O. MAZZOLENI, «Nationalisme et populisme en Suisse. La radicalisation de la `'nouvelle'' UDC», op. cit., p. 54.

* 464 Ibid.

* 465 Id., pp. 54-55.

* 466 P.-A. TAGUIEFF, «La métaphysique de Jean-Marie Le Pen», op. cit., p. 174.

* 467 Id., p. 175.

* 468 Id., pp. 174-175.

* 469 O. MAZZOLENI, «Nationalisme et populisme en Suisse. La radicalisation de la `'nouvelle'' UDC», op. cit., p. 74-75.

* 470 G. IVALDI et M. SWYNGEDOUW, «The extreme-right Utopia in Belgium and France. The ideology of the Flemish Vlaams Blok and the French Front National», op. cit., p. 9.

* 471 «Les Socialistes mentent noir sur blanc», op. cit.

* 472 Ibid.

* 473 G. IVALDI et M. SWYNGEDOUW, «The extreme-right Utopia in Belgium and France. The ideology of the Flemish Vlaams Blok and the French Front National», op. cit., p. 8.

* 474 UDC, «Plate-forme électorale 2003 à 2007», op. cit., p. 24.

* 475 P. IGNAZI, «Les partis d'extrême droite : les fruits inachevés de la société postindustrielle», op. cit., p. 369.

* 476 Id., p. 381.

* 477 B. GIRVIN, «Introduction : Varieties of Conservatism», in B. GIRVIN (ed.), «The Transformation of Contemporary Conservatism», Sage, Londres, 1988, p. 10.

* 478 P. IGNAZI, «The silent counter-revolution. Hypotheses on the emergence of extreme right-wing parties in Europe», op. cit., p. 19.

* 479 P. IGNAZI, «Extreme Right Parties in Western Europe», op. cit., p. 25.

* 480 Ibid.

* 481 Id., p. 26.

* 482 Id., p. 24.

* 483 P. IGNAZI, «Extreme Right Parties in Western Europe», op. cit., p. 33.

* 484 P. IGNAZI, «The silent counter-revolution. Hypotheses on the emergence of extreme right-wing parties in Europe», op. cit., p. 25.

* 485 Id., p. 23.

précédent sommaire suivant