WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'UDC de C. Blocher: l'extrême droite au coeur de la concordance helvétique?

( Télécharger le fichier original )
par Julien Vlassenbroek
Université Libre de Bruxelles - Licence en sciences politiques 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

5. Conclusion

5.1. Mettre à jour l'idéologie de l'UDC blochérienne

On avait mis en évidence, dans le troisième chapitre de ce travail, que l'implantation essentiellement cantonale des conflits partisans qui caractérisait le système politique helvétique était passablement remise en cause par les récentes évolutions de cet ensemble systémique. On avait également constaté que l'UDC avait été particulièrement concernée par cette évolution centripète qui fait en sorte que la discipline des différentes sections par rapport aux mots d'ordres et aux programmes nationaux s'est nettement renforcée au cours des dernières années au sein des formations partisanes suisses, permettant dans une large mesure, et d'autant plus dans le cas de l'Union Démocratique du Centre, d'aborder la morphologie idéologique d'un parti à partir de sa section nationale, sans toutefois omettre de rapporter les éventuelles dissensions se manifestant au sein de certaines sections cantonales.

Ensuite, le point 3.2. a permis la mise en exergue, au sein de l'UDC, du processus à travers lequel «l'aile radicale [issue de la section zurichoise] de M. Blocher a marginalisé les forces modérées à l'intérieur du parti»590(*). Le leadership de plus en plus ferme, voire autoritaire de M. Blocher, appuyé par ses fidèles, au sein de la section zurichoise et ensuite sur l'ensemble du parti, a coïncidé avec une progression électorale du parti, au niveau national, sans précédent dans l'histoire politique du pays : aux élections fédérales, la formation est passée de 11,9% des suffrages en 1991, à 14,9% en 1995, 22,5% en 1999 et 27,7% au dernier scrutin d'octobre 2003591(*). Des chiffres qui ont conforté la logique de blochérisation du parti, à tel point que le leader de l'UDC serait aujourd'hui «devenu la personnalité centrale du paysage politique helvétique»592(*) et a fini par entrer au Conseil fédéral.

Il paraît donc acquis que l'Union Démocratique du Centre est aujourd'hui un parti où Cristoph Blocher occupe sans partage la place de leader charismatique (à défaut d'en être le leader statutaire, le président de la section nationale étant Ueli Maurer, un proche de Blocher). On a pu démontrer que l'ensemble organique partisan udécéen apparaît de plus en plus discipliné par rapport à sa section nationale, qui est elle-même acquise aux thèmes de la section radicale zurichoise et où l'influence de la section modérée bernoise est désormais réduite à une peau de chagrin, au point que sa «disparition semble programmée à terme»593(*).

C'est pourquoi, sur base de ces constats, on a choisi de se baser principalement sur les sources issues de la section nationale du parti (les communiqués sont exclusivement issus de cette section, les plates-formes et programmes électoraux utilisés concernaient des élections fédérales et impliquaient donc l'organe national du parti, les éditoriaux et autres publications des organes de presse de l'UDC ont tous été consultés sur le site de la section nationale) ainsi que sur les interviews, écrits et discours de Cristoph Blocher et d'autres mandataires du parti au niveau national.

Une fois ce travail préliminaire effectué, on a pu s'atteler à construire empiriquement la logique idéologique udécéenne, sur base de l'exploration des quatre dimensions apparaissant comme les plus importantes dans la littérature de la formation.

5.1.2. Les dimensions idéologiques de l'UDC

En se basant sur la définition de l'idéologie de Sainsbury594(*) et en suivant les préceptes de Mudde595(*) et de la méthode `'Duverger'' telle qu'énoncée par Ignazi596(*), c'est en décortiquant les communiqués de presse, les plates-formes et les programmes électoraux, les publications des organes de presse, les écrits, interviews, discours et propositions à caractère législatif des leaders et mandataires du parti que l'on a tenté de dessiner les contours idéologiques de l'UDC telle qu'elle se présente aujourd'hui.

Ce faisant, on a pu dégager une construction idéologique udécéenne articulée autour de cinq dimensions structurantes : l'antisystémisme (point 4.1.), le nationalisme (point 4.2., dont on a vu qu'il s'exprime surtout à travers un discours xénophobe - point 4.2.2. -, et anti-intégration supranationale - point 4.2.1. - ), le conservatisme (point 4.3.2.) lié dans une certaine mesure à la dimension `'law and order'' (point 4.3.1.), et l'ultralibéralisme économique (point 4.4.).

Après avoir confronté ces dimensions idéologiques, une à une, aux cinq modèles théoriques du parti d'extrême droite qui constituaient la base théorique de cette étude, et ce afin d'évaluer dans quelle mesure ces éléments impliquaient un rapprochement ou un éloignement par rapport au concept théorique de cette mouvance, on va à présent tenter de tirer des conclusions globales concernant le rapport UDC - extrême droite, sur base d'une superposition de l'ensemble des constats empiriques aux outils conceptuels élaborés respectivement par Ignazi, Taggart, Camus, Mudde et Kitschelt.

* 590 P. NIGGLI, «La droite radicale perce en Suisse», op. cit., p. 11.

* 591 Les chiffres sont issus de l'Office fédéral de statistique et de www.admin.ch, repris in M. GIROD, «L'Union Démocratique du Centre. Trois raisons d'un succès», op. cit., p. 12.

* 592 A. BASSIR POUR, «En Suisse, le populiste Christophe Blocher se prépare à un nouveau triomphe électoral», Le Monde du dimanche 19 et lundi 20 octobre 2003, p. 4.

* 593 J.-Y. CAMUS, «L'idéologie du FPÖ autrichien : éléments de comparaison avec les nationaux-populismes européens», op. cit., p. 110.

* 594 D. SAINSBURY, «Swedish Social Democratic Ideology and Electoral Politics 1944-1948. A Study of the Functions of Party Ideology», op. cit., p. 8.

* 595 C. MUDDE, «The ideology of the extreme right», op. cit., p. 167.

* 596 P. IGNAZI, «Extreme Right Parties in Western Europe», op. cit. , p. 31.

précédent sommaire suivant