WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'utilité des peines de prison pour les criminels

( Télécharger le fichier original )
par Paul-Roger GONTARD
Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse - Maitrise de droit privé, option Carrières Judiciaires 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy
§ 2 Isoler des Hommes

La prison ne peut être réduite à ses barreaux. Il serait malhonnête de croire que seul le béton et les dispositifs technologiques participent à la mise en sécurité des détenus. Parce que la prison s'occupe de l'humain, elle doit être envisagée dans ses composantes humaines. Le personnel d'encadrement, qui oeuvre chaque jour pour sécuriser la prison, occupe une place centrale dans la mission de protection de la prison (A/). Les équipes de directions qui mettent en oeuvre les politiques carcérales ont une place importante dans l'efficacité des établissements qu'elles dirigent (B/).

A/ La surveillance des Hommes, par des Hommes

Pour les détenus, la surveillance est d'abord entendue par l'activité du surveillant. Cet Homme qui surveille d'autres Hommes prouve par son activité que la sécurité ne peut être exclusivement assurée par des automatismes ou des hauts murs de béton. Le travail du surveillant, non seulement s'apparente à celui d'un « gardien » qui observe et guète les comportements dangereux, qu'ils viennent de l'extérieur ou de l'intérieur, mais va au-delà jusqu'à devenir un membre de la société carcérale. Parfois, l'architecture des prisons privilégie l'observation, à l'interaction. Dans la prison de Moulins-Yzeure, les gardiens surveillent les détenus depuis un étage supérieur. Une position qui leur permet de dominer du regard un grand ensemble tout en restant dans une position qui semble sécurisante. L'expérience montre que non seulement les surveillants ne ressentent pas cette hypothétique sécurité9(*) mais qu'elle n'exclut pas les situations dangereuses. La prison de Moulins-Yzeure a connu en 2003 deux prises d'otages, dont une très médiatisée les 24 et 25 novembre 200310(*). Ces prises d'otages auraient pu être évitées par une plus grande communication entre les détenus et ceux qui les gardent.

La connaissance des détenus permet d'anticiper ces réactions, et de prévenir les incidents inhérents à la détention. Bien sûr, cette connaissance est avant tout empirique et apprise « sur le tas » comme aiment à le souligner les surveillants eux-mêmes, mais la formation qu'ils reçoivent, dispensée à l'Ecole de l'Administration Pénitentiaire, comprend des modules d'initiation à la psychologie, à la sociologie ou encore à la communication. Evidemment cette formation implique un apprentissage pratique du métier de surveillant (maîtrise d'un individu dangereux, maniement des armes ...) mais une dimension académique des sciences humaines et sociales révèle à quel point l'humain doit être pris en considération dans les rapports carcéraux.

Pour ce qui est de l'avenir des ces rapports, la commission CHAUVET préconise une spécialisation des tâches carcérales11(*). Ou, pour le moins, une formation spécifique de membres volontaires de l'administration pénitentiaire à des populations particulières, au maniement de certains outils, dispositifs ou armes nécessitant un référant dans la prison. La diversification des tâches des surveillants de la détention et la multiplication des outils qui les guident ou les accompagnent dans leur travail, légitime cette spécialisation. Cependant, pour la bonne santé professionnelle des surveillants, il paraît nécessaire de leur autoriser un roulement dans les différents secteurs de la surveillance. Une trop grande spécialisation des tâches diminuerait cette rotation qui permet aux surveillants d'acquérir une large expérience, et qui donne un regard parfois plus neuf, mais toujours professionnel, sur le travail des différents postes de la détention.

* 9 Maud GOUBET, LA SÉCURITÉ EN PRISON ; Mémoire de DEA Droit et Justice, sous la direction de Nicolas DERASSE, école doctorale n°74, Lille 2, 2001-2002, p°40

* 10 Le Parisien, mardi 25 novembre 2003

* 11 Rapport dit CHAUVET sur LA SÉCURITÉ DES ÉTABLISSEMENTS PÉNITENTIAIRES, la documentation française, 2001, p°47 « 2c - de la question de la spécialisation à la professionnalisation »

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net