WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Phénomène enfants de la rue comme facteur criminogène dans la cité de Bunia en RDC


par Paul BAVI KPADYU
Université du Cepromad Bunia RDC - Gradué en droit privé et judiciaire  2011
  

précédent sommaire suivant

II.2.3. Les organisations non gouvernementales (ONG-D)

Les organisations non gouvernementales sont de nature interne, nationale ou internationale, même si elles réalisent des activités internationales, elles ne constituent proprement pas vraiment des organisations internationales car n'étant pas des organisations interétatiques.

Elles sont créées et constituées par des personnes en fonction de droit interne

Une organisation non gouvernementale est un organe qui se base tout d'abord sur les prescrits de la loi, c'est ce qui lui donne une base juridique et une personnalité morale, une fois qu'elle établit son statut. Ayant comme but d'intervenir en cas de besoin au profit de l'intérêt général d'une population donnée.

Ainsi, plusieurs missions qui leurs incombent étant une organisation, détachement de l'Etat ou financer par l'Etat, pour atteindre la couche la plus reculée par ses actions appropriées, et suivant l'entendement de la région.

Personne n'ignore dès lors qu'une des missions est attribuée aux organisations non gouvernementales face au phénomène « enfant de la rue » cependant. Nous sommes persuadé que les ONG-D implantées en Ituri se battent corps et âmes dans le but de satisfaire la cible, cependant nos recherches nous montrent que les ONG n'ont jamais atteint le top de leur propre vouloir. « Nous devons appliquer notre action, passer à la vitesse supérieure » insiste le Directeur général du BIT, Juan SOMAVIA (21(*)).

BAN KI-MOON, explique à cet effet que : « Nous devons compenser une telle foi en étant nous-mêmes fermement déterminé. En utilisant les outils que nous avons à notre disposition. En engageant les ressources nécessaires. Et surtout en prenant des initiatives politiques. Je vous engage vivement à faire des objectifs du millénaire vos propres objectifs » (22(*)).

« A quoi bon de blanchir la situation de l'enfant congolais quand on sait que Kinshasa regorge environ 25.000 enfants de la rue que les parents et les ONG ont du mal à réinsérer ? Au non de quel principe éthique, les centres hébergent serviront-ils de « cachette » d'enfants en rupture avec le milieu familial ?

« Il faut qu'il y ait encore un engagement plus fort, plus ferme, plus déterminant, il le faut. Aussi, avec des personnes prêtes à s'engagent sur ce chemin. Car ça ne sert à rien qu'on nous envoie de l'aide et que les fonds soient utilisés à d'autres fins. C'est ne pas sérieux. Ce n'est plus un « phénomène », ... c'est grave mes amis, et les gens du haut,... C'est fléau » (23(*)).

Les ONGs n'ont pas droit de s'écarter des orientations alors qu'elles sont fixées face aux défis de la population. Elles doivent donc être exécutives et réalistes.

Les organismes et institutions agréés de la société civile du secteur de l'enfant assistent l'Etat dans sa mission de protection des enfants et de promotion de leurs droits, stipule l'article 82 de la loi sur la protection de l'enfant.

* (21) UN NEWS, Le BIT appelle a relancer la lutte contre le travail des enfants, New York, le 10 Mai, 2010

* (22) UN NEWS, Malgré les obstacles, les objectif du Millénaires sont réalisables, New York, 20 Septembre 2010

* (23) http://jean.akwablogs.com/news/le-phenomene-des-enfants-la-rue

précédent sommaire suivant