WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Guide touristique aux pays des CHO, à  l'usage des managers


par Emilie GAUTIER
EM Lyon - Master Management des unités opérationnelles 2018
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

I. COMPRENDRE L'EMERGENCE DES CHO

Le rêve américain existe ! Chade-Meng Tan en a fait l'expérience !

107ème employé de Google en 1999, il décide, après moins d'un an dans l'entreprise, de changer son poste, en passant d'ingénieur à « Jolly Good Fellow » ou Joyeux Camarade. A l'origine, une blague... Mais le créateur du 1er site de bouddhisme en 1995, croit dur comme fer que le lieu de travail doit être une fontaine de bonheur et d'illumination5.

Pionnier, M. Bonheur, ce philanthrope est aujourd'hui milliardaire et a été nommé plusieurs fois au prix Nobel de la paix.

La SiliconValley, où est installé Google, voit alors fleurir de nombreux CHO. Mais ce n'est que depuisla fin des années 2010 que la France s'est ouverte à ce nouveau concept. Le bonheur au travail a été le lieu de nombreuses recherches prises en compte tardivement. Mais qu'en est-il du retard de la France ? Et en quoi consiste cette nouvelle profession ?

1. Frise historique de l'intérêt porté au bonheur au travail

On peut définir le bonheur comme un « état de conscience de complète satisfaction » 6. Thomas Hobbes7 propose aussi une vision philosophique du bonheur à travers la poursuite incessante de la réalisation de ses désirs. On peut alors comprendre le paradoxe entre désirs et bonheur : le bonheur se trouve dans la réalisation des désirs et donc dans la disparition des troubles du désirs, soit du désir lui-même. Le bonheur est de ce fait dans le moment présent lorsque le désir n'est (nait) plus et est remplacé par la béatitude, le bien-être et la félicité.

C'est avant tout un état personnel et subjectif dépendant de notre perception du monde extérieur. Les facteurs externes peuvent donc le favoriser mais pas le créer. Ils créent les conditions nécessaires à la réalisation de nos désirs. C'est donc à chacun d'être capable d'accepter ce qui a été, ce qui est et ce qui sera.

On place généralement le bonheur comme l'objectif ultime de notre existence. Il se révèle alors important d'en tenir compte dans ce qui prend un tiers de nos journées : le travail.

5- « Meng hopes to seeeveryworkplace in the world become a drinkingfountain for happiness and enlightenment. », http://chademeng.com/about/bio/

6- http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/bonheur/10144, Définitiondu dictionnaire Larousse

7- https://dicophilo.fr/definition/bonheur/, Définition philosophique du bonheur par Dicophilo

Je vous propose donc une frise historique non exhaustive de la prise en compte du bonheur dans le domaine professionnel.

1990  Csíkszentmihályi crée le concept du FLOW8 suite à son expérience de 1975 et de nombreuses études. C'est un état mental atteint par une personne lorsqu'elle est complètement plongée dans une activité, se trouvant dans un état maximal de concentration, de plein engagement et de satisfaction dans son accomplissement. C'est une immersion totale, qui représente peut-être l'expérience suprême, en employant les émotions au service de la performance et de l'apprentissage.

2002  Création du poste « maitresse de maison » dans les Laboratoires Boiron dont le rôle n'est ni plus ni moins que celui du CHO.

Baudelot et Gollac9démontrent que ce n'est qu'au XVIIIème siècle que l'idée de bonheur commence à être associée au travail.

Création de l'institut français « Great place to work »10. La France est le 4ème pays européen à développer les services de cet institut né en Amérique. A l'origine, en 1981, une maison d'édition de New York demande à deux journalistes économiques, R.Levering et M.Moskowitz d'écrire un livre intitulé « The 100 Best Companies to Work for in America ». Ils démontrent durant la fin du XXème siècle que les fondements d'une entreprise où il fait bon travailler reposent bien sur la haute qualité des relations humaines sur un lieu de travail, caractérisé par  la confiance, la fierté et la solidarité.

2005  Gosselin affirme que les concepts de bien-être, de qualité de vie et de bonheur sont proches.

Ann March dans son article « The art of work », « fait remarquer que de nombreuses entreprises, parmi lesquels Microsoft, Pentagonia et Toyota se sont rendues compte que la création d'un environnement de travail favorablement au Flow et offrant aux salariés la possibilité d'accéder à leur maitrise d'activité pouvait permettre de gagner en productivité tout en rendant le personnel plus satisfait de ses conditions de travail. »11

2010  Le ministère du travail demande à H. Lachamnn, C.Larose, M. Penicaud de travailler sur la prise en compte du bien-être et de la santé mentale des employés. Ils rendent leur rapport nommé « Bien-être et efficacitéì au travail - 10 propositions pour améliorer la santeì psychologique au travail - ». Les DRH se voient donc imposer de prendre en compte ses nouveaux facteurs dans leurs missions9.

Création de l'IRB-T12 (indice relatif au bonheur au travail) par Pierre Côté, conférencier et fondateur de l'IRB. Il s'agit d'un questionnaire portant sur 24 facteurs d'influence du bonheur dont 5facteurs d'influence au bonheur au travail. Il permet de développer un outil pour poser un diagnostic et d'identifier des solutions pour améliorer ces facteurs clés.

2011  « L'étude scientifique publiée le 5 septembre dans le New York Times prouve que le désengagement coûte 300 milliards de dollars aux sociétés américaines. »13

9 septembre, sortie du livre « L'entreprise du bonheur » de T.Hseih. Ce dernier est le Chief executiveofficer (CEO) et cofondateur de  Zappos, entreprise de vente en ligne de chaussures. Il fait part de son expérience et comment en misant non pas sur les profits et le rendement, mais sur les préoccupations liées au bonheur, Zappos atteint en 2001, la 6ème position13 au classement CNN-USA des `best companies to work for' et vendue en 2009 pour 1 milliard de dollars à Amazon.

2013  15 octobre, sortie du livre « Happy RH : Le bonheur au travail, rentable et durable » de Laurence Vanhée. Un livre (r)évolutionnaire écrit par cette belge qui, en 2009, passe de DHR à CHO au sein du ministère belge de la sécurité sociale. Le coût du projet s'élève à 10M€ mais a un ROI de 18mois. Cela a permisde faire des économies monumentales ; par exemple,aujourd'hui, à hauteur de 9M€ par an sur les frais locatifs. Elle décortique son poste, ses missions, les risques. Elle opère, dissèque et digère tout ce qu'il est utile de savoir. Ce livre est considéré dans ce milieu comme la Bible pour le RH, CHO ou même les entreprises orientées Stratégie du Bonheur.

1er congrès de psychologie positive (ou science du bonheur) francophone où l'entreprise est un des thèmes traités.9

2014  D.Pink dans « La vérité sur ce qui nous motive » met en évidence les différentes formes de motivation et donc de reconnaissance, autres que pécuniaire, qui permettent aux salariés d'atteindre leurs objectifs et ceux de l'entreprise à court, moyen et long terme.

1er Janvier, sortie du Livre « Happy houris 9 to 5 » d'A.Kjerulf. Ce livre contient des données qui montrent que les personnes les plus heureuses sont plus productives, plus innovantes, plus motivées, offrent un meilleur service à la clientèle et permettent de mieux gérer le changement.L'auteur nous livre une recherche dans 30 pays qui démontre que le bonheur au travail repose sur les résultats et les relations. « Happy Houris 9 to 5 » donne des conseils détaillés et pratiques sur le renforcement des compétences et de l'énergie pour améliorer ces résultats et ces relations.14

2014 à2016 :En France, les annonces d'emploi pour le poste CHO augmentent de +967%.15

2016  Reportage « Envoyé spécial, Travail : tous bienveillants », diffusé en septembre, en primetimesur la chaîne publiqueFrance 2, signé L.Poussery et S.Pak. Ils montrent les nouveaux postes du bonheur et les dérives liées à cette problématique.16

Rapport « La qualité de vie au travail (QVT)17 : un levier de compétitivité. Refonder les organisations du travail » de E.Bourdu, MM.Peìretieì et M.Richer. Ce rapport traite en deux volets du lien entre QVT et performance : recherches et expériences terrain.

On remarque notamment que si les études sur le bonheur et l'amélioration des conditions de vie ont fleuri au cours de la 2ème moitié du XXème siècle, c'est bien à partir des années 2000 que la réflexion dans le domaine professionnel a vu le jour. Il est donc impossible de ne pas faire le lien avec le bouleversement économique qu'a connu cette période. En 2001, le Krach boursier explose et l'on commence à parler et à s'interroger sur le lien étroit entre rendement, productivité, performance etbonheur. En 2008, une crise économique de 4 ans s'installe en France et l`on voit les entreprises agir : les premiers postes de CHO apparaissent. A partir de 2010, les entreprises sont prêtes à payer pour faire passer des tests afin de connaitre le niveau de bien-être de leurs salariés.

Il existe de nombreuses applications et sites gratuits permettant de répondre à la question suivante : Etes-vous heureux au travail ? Mais intéressons-nous de plus prêt à l'IRB-T. Pierre Côté, son créateur, vit aujourd'hui de ses conférences et de ses audites « bonheur » en entreprise. C'est bien que certains dirigeants sont prêts à investir dans le bonheur même en cas de crise.

J'ai donc interviewé les managers : Comment réagiraient-ils à ce test ? Qu'attendraient-ils des résultats ?

Sept managers sur neuf sont enthousiastes à l'idée de mettre en place et de passer ce test, à condition que :

· L'entreprise ne le fasse pas par souci de visibilité, et/ou pour développer leur impact marketing.

· La transparence soit de mise dans la communication des résultats.

· La synthèse des résultats et les changements opérés par la suite, n'excluent aucun échelon : dirigeant, CODIR, CA, Managers, employés, collaborateurs.

8- https://fr.wikipedia.org/wiki/Flow_(psychologie), Définition Wikipédia

9- Marie-Pierre Feuvrier, Travailler pour être heureux ? Le bonheur et le travail en France ?Editions Fayard. Source :Article - Bonheur et travail, oxymore ou piste de management stratégique pour l'entreprise ? - Revue Management et avenir, 2014, p.165, p.166, p.172-173.

10- http://www.greatplacetowork.fr/a-notre-sujet/notre-histoire

11- Daniel Pink, La vérité sur ce qui nous motive, Edition Flammarion,septembre 2014, p.155.

12- Source Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=_Vhhvlb4Ylg

13- Laurence Vanhée, Happy RH: Le bonheur au travail, rentable et durable, « chapitre 1 : investir le patrimoine humain », Edition La charte, octobre 2013.

14- Résumé livre, http://www.goodreads.com/book/show/20642240-happy-hour-is-9-to-5

15- Caroline Lallemand, Un «responsable du bonheur» peut-il vraiment rendre les employés heureux, article leVif.be, 8 février 2017.

16- http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/sante-au-travail/video-envoye-special-travail-tous-bienveillants_1800371.html

17- http://www.vivementlundi.com/qualite-de-vie-travail-levier-de-competitivite-de-lentreprise/

· L'environnement, les pratiques managériales, l'opportunité de monter en compétences et la stratégie soient retravaillés, rediscutés tous ensemble dans une dynamique profonde individuelle et collective.

· Cela soit une prise de recul, de conscience qui permette une mise en actions

correctives concrètes et ouvre la communication.

· « J'attends d'avoir une transparence sur les attentes de mes collaborateurs [...], les

« Il n'y a pas que des Managers dans une entreprise. Le manager

Les attentes de chacun soient entendues et respectées : l'humain au centre.

Feedbacks seuls ne suffisent pas. Cela permettrait de déceler chez certains des manques, être au plus proche des gens, être sûr d'avoir toutes les clefs et vérifier qu'on aille tous dans la même direction, stratégie comprise et suivie. »

a un rôle dans le bien-être du collaborateur. Mais les collaborateurs ont un rôle dans le bien-être des autres collaborateurs. »

En résumé, toutes les personnes de l'entreprise devront être capable de se remettre en question pour opérer des changements positifs nécessaires à leur individualité et au collectif, si et seulement si la stratégie de l'entreprise est clairement définie et intégrée.

Quant aux réfractaires, ils sont curieux mais perplexes. Ils ont tendance à émettre des réserves car le bonheur au travail n'est pas palpable. Parler de ce thème renvoie à une connotation très psychologique. Cela dépend donc des capacités des salariés à répondre, s'ouvrir, être francs et cela dépend aussi du charisme du Leader de l'entreprise. Ils ont peur que l'IRB-T à défaut de rassembler, divise en émettant des comparaisons sur les différents services où il fait bon travailler. La comparaison, la compétition est encore un fois très ancrée dans notre culture française. L'aide est vécue comme une faiblesse.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net