WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les obstacles d'ordre juridiques et économiques à l'exploitation en agriculture biologique

( Télécharger le fichier original )
par Benoit d'Humières
Institut des hautes études de droit rural et d'économie agricole - IHEDREA 2007
  

précédent sommaire suivant

5. La Chrysomèle du maïs : un nouvel exemple d'application uniforme des règlements. 105(*)

L'exemple de la chrysomèle du maïs est un nouvel exemple plus actuel qui met encore plus en relief un évident manque de souplesse dans l'application du système de traitement des épidémies.

La chrysomèle est un petit coléoptère américain qui a été repéré pour la première fois en Europe en 1992, à l'aéroport de Belgrade (Serbie-Monténégro). Sans doute venue par avions américains, elle n'a cessé, depuis, de progresser. (Italie, Suisse). Elle a fait son apparition en France en 2002. Cet envahisseur est d'autant plus nuisible que son prédateur naturel est resté dans sa région d'origine, l'Amérique centrale.

Dans le courant de l'été 2005, un arrêté ministériel est pris afin de traiter par hélicoptère à l'aide de 25 000 litres d'insecticide "Decis Expert", quatre foyers de Chrysomèle identifiés en Essonne, dans les Yvelines et en Seine-et-Marne. Le problème était que parmi les agriculteurs concernés, se trouvaient des agriculteurs biologiques à qui ces traitements massifs et indifférenciés allaient causer préjudice.

La FNAB et le GAB106(*) île de France sont alors intervenus auprès du Ministère de l'agriculture et de la Direction Départementale de l'Agriculture des Yvelines, avec l'appui de toutes les organisations agricoles régionales (syndicats et Chambre d'Agriculture) et de plusieurs organisations de défense de l'environnement et de la santé, afin soutenir la demande des agriculteurs bio de réaliser un traitement à base de produits naturels autorisés par la réglementation de l'agriculture biologique. Les pouvoirs publics ont accepté cette prise en compte de leur mode de production. Mais là encore et même avant d'en arriver là, il était possible de mettre en place des méthodes de lutte biologique pour éradiquer le parasite. La première bonne pratique qui aurait dû être appliquée était la rotation des cultures, dont il est établi qu'elle suffit à supprimer la Chrysomèle du maïs. Or c'est précisément parce que la parcelle à l'origine du foyer de Chrysomèle incriminé avait été emblavée de maïs sur maïs que ce foyer est apparu.107(*) Et même dans le cas où l'insecte est présent, il est encore possible de traiter avec un insecticide biologique comme la Roténone. Systématiquement, les autorités préfectorales organisent la lutte contre les indésirables en préconisant ou imposant des traitements chimiques, ce qui oblige les agrobiologistes à intervenir auprès des autorités et leur coûte beaucoup de temps et d'énergie.

* 105 Sources: Communiqué de la FNAB, consultable sur le site d'Agrisalon, http://www.agrisalon.com/06-actu/article-15463.php

* 106 GAB : groupement d'agriculture biologique (antennes régionales de la FNAB)

* 107 Qui plus est, cette parcelle était gérée par l'INRA, qui est pourtant censé être une référence en matière de bonnes pratiques agricoles.

précédent sommaire suivant









La Quadrature du Net